Où en sont les Arenas ? (Episode 2)

Le 15 mars 2010, Daniel Costantini remettait le rapport de la commission Grandes Salles à Rama Yade. Ce rapport faisait état du retard pris par la France dans ses enceintes sportives et préconisait la construction de salles modernes pour développer les sports indoor. Il recensait à l’époque 9 projets d’Arenas. Plus d’une année est passée, et il est grand temps de faire un point sur l’avancement de ces projets et de ceux qui sont nés entre temps. Après avoir passé en revue les arenas de Montpellier, Bordeaux et Villeurbanne, nous nous intéresserons à des projets un peu moins bien lotis : Dunkerque, Orléans et le Pays d’Aix.

Dunkerque avance doucement

Le projet de Dunkerque a un contenu sportif plus qu’intéressant : une salle de 10000 places destinée essentiellement aux clubs de Gravelines (Basket) et Dunkerque (LNH). L’ambiance promet d’y être chaude, tant ces 2 clubs installés au haut niveau ont un public fidèle. Mais depuis que le site de Petite Synthe et le principe de financement (partenariat public-privé) ont été validés en Juillet 2010, le projet avance à une allure très modérée. L’appel d’offre pour la construction et l’exploitation de la salle s’est terminé en avril dernier, et on attend encore le nom du vainqueur (Eiffage, Bouygues, Vinci ?).

Pour un projet censé aboutir en 2013, ce n’est pas rassurant, d’autant plus que non loin de là, le Grand Stade de Lille peut se transformer à volonté en une gigantesque salle de près de 30000 places : la Boîte à Spectacles.

Le Pays d’Aix plombé par le poids du passé

La communauté du Pays d’Aix , dont les plus importantes communes sont Aix-en-Provence et Vitrolles, a dans ses cartons un projet de grande salle multi-fonctionnelle de 10000 personnes. Une étude a été menée et cinq sites ont été pré-selectionnés.

Mais voilà, en décembre dernier, des élus ont fait retirer la validation du projet de l’ordre du jour du conseil communautaire (Article La Provence). La raison principale ? Ils ont été largement échaudés par l’expérience malheureuse du Stadium de Vitrolles. Cette salle de 3500 places a été construite en 1995 sous le mandat de Jean-Jacques Anglade (PS) et totalement abandonnée par Bruno Mégret (FN) lorsqu’il est arrivé au pouvoir. Aujourd’hui, le Stadium coûterait tellement cher à remettre en état qu’il est toujours à l’abandon.

On comprend dès lors que les élus rechignent à rassembler un budget de 100M€ et risquer de le voir partir en fumée, d’autant plus qu’il n’y a pas encore de club d’envergure dans la région aixoise (le PAUC Handball est bien implanté dans le haut de tableau de la Pro D2, mais n’arrive pas à accrocher la montée en LNH).

Enfin cette salle risque de se faire doubler par un projet concurrent qui pourrait naître à Marseille. En effet des études sont menées dans le cadre du projet Euroméditerranée 2 sur la construction d’une grande salle (15000 places ?) à l’horizon 2020 (Article La Provence). Le hic, c’est que Marseille n’a pas d’équipe de haut niveau en indoor.

Orléans, un maire décidé mais isolé

Un projet de salle de 10000 places d’un budget de 100M€ a été lancé en 2009, porté à bout de bras par le maire Serge Grouard. Le site choisi est l’l’Ile Arrault mais le budget n’a pas encore été bouclé et la participation de l’état semble une condition indispensable à la réalisation du projet. Si on ajoute à cela la proximité de Paris et une très forte opposition des riverains au projet du fait d’une circulation déjà difficile, on voit mal comment cette Arena pourrait voir le jour en 2014 comme annoncé. Au niveau sportif, cette salle concernerait surtout l’Orléans Loiret Basket.

Le rapport Grandes Salles ressuscité ?

« Si dans six mois, ce comité (Arena NDLR) n’est toujours pas installé, ça voudra dire que notre rapport fait partie des centaines de milliers qui auront été enterrés aussi vite que présentés. » disait Costantini l’an dernier. On a bien failli croire que l’éviction de Rama Yade allait donner raison à notre ex-sélectionneur. Chantal Jouanno a cependant fini par reprendre le chantier en mai 2011, et le fameux comité Grandes Salles a vu le jour, avec une dotation de 50 millions d’euros (contre 140 M€ préconisés par le rapport Costantini). Entre temps, le Mondial 2015 est parti au Qatar, sans doute à cause d’un tas de paramètres, dont le manque de soutien de l’Etat a dû faire partie. On peut espérer que l’arrivée même tardive de ce soutien va donner à ces 3 projets le coup de pouce qui leur manquait pour se concrétiser. Ça pourrait peser dans la candidature de la France pour le Mondial … 2017.

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves