JO 2012

Les Jeux démarrent, enfin !

les-anneaux-olympiques-ornent-deja-le-tower-bridge-de-londres-ou-les-jeux-s-ouvriront-le-27-juillet

Il y a quatre ans, nous quittions Pékin et ses Jeux Olympiques heureux, transcendés, les larmes plein les yeux. L’équipe de France masculine de handball réalisait alors le plus bel exploit de son histoire : décrocher l’or olympique, le Saint Graal.

Quatre ans déjà, que l’Olympe nous appartient. Quatre ans déjà que les Bleus – nos Bleus – sont allés chercher ce qu’il y a de plus beau dans le sport : le titre olympique. Quatre ans déjà que les Experts ont mis le handball français sur le toit du monde. A Pékin, la France a dominé de long en large tous ses adversaires, ne leur laissant que des bribes de ballons propulsés dans leur but. La phase de poules étaient une formalité. Comme d’habitude, pourrait-on penser. Venaient ensuite les quarts de finale, face à la Russie, l’éternel cauchemar des Bleus. Chaque joueur et chaque supporter avait en tête le terrible échec d’Athènes en 2004. Il n’en fut rien. La France gagne et se qualifie pour le dernier carré. La demi-finale contre la Croatie était une finale avant l’heure. Les premiers frissons se font ressentir. Les coeurs s’emballent, puis explosent quand Daniel Narcisse, d’une foulée ahurissante, venait propulser dans le but croate un kung-fu magistral. La France est au-dessus, rien ne l’arrête. Même pas l’Islande d’Olafur Stefansson. Même pas la blessure de son capitaine, Jérôme Fernandez. Les Experts ne font qu’une bouchée des Islandais en finale. Ils l’ont fait, ils sont champions olympiques. Depuis ce dimanche matin d’août 2008, rien n’est plus pareil. Le handball français prend un virage important. Le virage qu’il fallait.

Depuis, les handballeurs tricolores ont tout ravagé sur leur passage : deux fois champions du monde (2009, 2011) et une fois champions d’Europe (2010). Chaque compétition livre le même verdict. Chaque adversaire se casse les dents sur la boite à gifle française. Chaque fois le même scénario : la France gagne. Jusqu’en janvier dernier, tout du moins… Nos héros se prennent alors les pieds dans le parquet et trébuchent, violemment. La chute fait mal.

27 juillet 2012. Le monde du sport et du handball attendait cette date avec impatience. Ça y est, nous y sommes : Londres ouvre ses portes au monde entier pour le plus beau et le plus émouvant des spectacles : les Jeux Olympiques. Quinze jours durant, nous allons vibrer au rythme de nos deux équipes de France de handball, que nous rêvons de voir médaillées les 11 et 12 août prochain. Le rêve, c’est d’ailleurs le leitmotiv des Olympiades. Le frisson, aussi. Voir ces sportifs se dépasser pour atteindre le but de toute une vie, c’est grand. Mais les voir réussir et triompher après des mois de préparation, c’est incommensurable. Pas question, ici, de parler de match, de jeu, de stratégie, de tactique ou de coaching, non… Tout cela compte tout autant que le mental infaillible ou presque de ces athlètes hors-normes, et que le coeur qu’ils y mettent pour vaincre. Du coté des filles, une médaille, quelle qu’elle soit, sera une grande réussite. Du coté des garçons, Claude Onesta a prévenu : « Tout autre résultat qu’une médaille d’or sera une déception. » Les handballeurs français l’ont compris : seule la victoire est belle.

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. Walter - le 27 juillet 2012 à 20h40

    Fervent supporter des Bleus depuis 20 ans, je crains malheureusement que l’équipe actuelle n’ait plus tout à fait le tonus nécessaire pour l’emporter. Mais j’espère vivement me tromper et je savourerai une énième consécration comme jamais auparavant !

  2. DuD - le 28 juillet 2012 à 03h09

    A fond derrière vous quoiqu’il arrive ! Vous avez fait le boulot, vous avez mis la motivation, l’orgueil et aussi l’humilité, ces JO sont les vôtres car vous nous avez déjà assez régalé pour que n’ayons plus rien à réclamer de vous. Gagnez juste pour vous, pour entrer dans la légende entre potes.

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves