LNH – Istres

S. Balomenos : « Je voulais jouer en France depuis longtemps »

Recruté comme joker médical par le club provençal, le grec fait figure de vrai talisman pour son équipe qui, depuis son arrivée, est sortie de la zone rouge et s’est même payé le luxe de sortir Saint-Raphaël en quart de finale de la coupe de France! D’un apport offensif modeste bien que très utile (3/5 à Dunkerque, 2/5 face à Sélestat) c’est sa science en défense qui a permis aux hommes de Christophe Mazel de signer l’exploit dans les Flandres et d’atomiser les Alsaciens à la maison. HandNews est allé à la rencontre de ce joueur expérimenté au parcours atypique. 

Bonjour Spyros, peux-tu te présenter brièvement étant donné que peu de français te connaissent ?

Bonjour, cela fait maintenant 10 ans que je joue à l’étranger et je suis très excité à l’idée de disputer ma première saison en France et de découvrir ce nouveau championnat. J’ai le plus grand respect pour la formation à la française et bien sûr pour son équipe nationale.

Pourquoi Istres et comment s’est réalisé ce transfert ?

Je voulais jouer en France depuis longtemps. On a commencé les discussions avec le club à Noël car il y avait de nombreux joueurs blessés. Cela n’a pas été facile car c’était au milieu de la saison mais Istres a trouvé l’argent pour contenter mon ancien club (l’Union Leoben, Autriche) qui m’a libéré.

Qui est le meilleur joueur istréen ? Et du championnat ?

Je pense que Sassi Boultif est un excellent joueur. Au niveau du championnat, Karabatic est clairement le meilleur !

Que peux-tu nous dire sur ta carrière ? As-tu des regrets ou des moments forts sur lesquels tu aimerais revenir et nous faire partager ?

J’ai joué pour beaucoup d’équipes dans différents championnats mais mon meilleur souvenir reste mon passage à Sävehof car on a remporté le championnat (2005) et l’équipe était constituée de très bons joueurs. Avoir joué en Allemagne restera également un grand moment car c’est le rêve de tout handballeur de jouer contre les meilleurs joueurs du monde et dans des salles combles. Cette période est un peu ternie par la longue blessure que j’ai eu et les difficultés éprouvées pour revenir dans l’équipe.

Que peux-tu nous dire à propos du handball grec puisque l’équipe nationale est absente des compétitions internationales depuis 2005 ? Pourquoi une telle traversé du désert ?

C’est vrai qu’après nos 6ème places aux J.O. (2004) et aux mondiaux (2005) l’équipe n’a plus été performante. Je pense que c’est dû au changement de coach non programmé puisqu’Ulf Sefert a été remplacé à la surprise générale. Cela nous a fait perdre tous nos fondamentaux de jeux qui étaient installés et s’est combiné à la faiblesse du championnat national où le réservoir est faible.

La violence est-elle toujours un problème dans les salles ?

Oui mais je pense que c’est plus lié à la société qui est plus violente que ce qui se passe dans les gymnases. L’injustice amène la violence.

Qu’en est-il de la corruption ?

Elle est présente dans la vie politique et les affaires depuis de nombreuses années. Elle fait partie du système et continuera tant que les intérêts privés de quelques uns seront supérieurs à ceux des Hommes.

Pour finir sur un note plus gaie, peux-tu nous donner ton 7 favori ?

Ailier gauche : Nikolaj Jakobsen, Arrière gauche : Jérôme Fernandez, Demi-centre : Stefan Lövgren, Arrière droit : Kim Andersson, Ailier droit : Luc Abalo, Gardien : Arpad Sterbik

Ils n’ont pas besoin d’entraîneur ^^ »

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves