LNH – J25

L’heure des au-revoirs entre Nantes et Nîmes

En s’inclinant d’un minuscule but sur le parquet nantais, les hommes de Jérôme Chauvet ont malheureusement scellé leur destin à l’étage inférieur.Avec une émotion palpable, tout comme lors de la fin de match pour certains joueurs quittant la cité des ducs…

Quand votre quotidien s’apparente à « marche ou crève » depuis des semaines, que les joueurs blessés s’accumulent, assister à un dérapage incontrôlé chez un prétendant à l’Europe n’aurait rien d’étonnant. Sauf quand on est Gardois. Incroyablement concentrés et soudés, Tésorière et les siens ont bien failli réussir l’exploit à Nantes pour continuer d’espèrer. Failli, seulement.

« Beaucoup beaucoup de choses n’ont pas fonctionné en défense et donc ensuite en attaque, analysait simplement Thierry Anti, dont la satisfaction tenait avant tout au résultat final de ses hommes pour cette der à domicile. Et puis on n’a pas eu des gardiens dans un grand jour (9 arrêts ).  Heureusement, il y avait cette envie commune d’aller chercher cette victoire pour continuer à rêver d’Europe; Il en fallait pour revenir! On se loupe déjà à Sélestat et Tremblay, ce qui nous empêche de profiter de la performance de Paris contre Dunkerque. » Des considérations bien loin de celles de l’USAM, dont l’unique objectif était de renouveler un bail en LNH. Et malgré l’absence de Scaccianoce, la puissance de feu de Saurina (12 buts) ou la détermination de Haon auraient pu les porter vers la lumière.

Perpétuellement au contact sur le premier round, vérouillant au mieux Skatar et Dole, la troupe de Chauvet virait d’une courte tête à la pause. Suffisant pour mettre le doute dans le clan local, pas pour creuser l’écart. Car la foudre s’abattait via le bras du colosse suédois Kim Ekdhal du Rietz : trois buts venus de nulle part qui obligeaient les Sudistes à cravacher, puisant dans leurs maigres réserves.

C’était alors une ultime ligne droite des plus tendue qui s’offraient aux deux clans. Et une fois de plus dans ce rendez-vous, Rivera comme Ekdhal du Rietz entretenaient  la machine jusqu’à la dernière possession. Une opportunité qui filait entre les doigts nîmois, une perte de balle les privant de tenter le moindre tir. « Dans l’ensemble, on fait un bon match, alors c’est rageant de ne pas pouvoir prendre le shoot…, lançait, dépité, l’ancien Nantais Vergely. On joue avec nos valeurs et nos moyens, mais je pense que notre handball a sa place. Cela a été dur toute la saison, on rate le coche contre Paris; Il va falloir maintenant s’accrocher et tenir une 13e place. On ne sait jamais… »

Une issue rude pour un club dont l’histoire, si riche il y a quelques années, aurait encore de belles lignes à écrire…

Nantes – Nîmes  : 27-26

Et au rang des nouveaux chapitres, le HBC Nantes se prépare à en ouvrir de nombreux. Blessés « longue durée », Polydore et Ekdhal du Rietz quitteront la cité des ducs cet été (en voisin pour le premier, puisqu’il rejoindra Cesson, à RNL pour l’International suédois). « Cap’tain Feliho » rendra lui son brassard pour s’engager avec le Fenix de Toulouse et visiblement, ses deux saisons nantaises lui laisseront de beaux souvenirs, en témoigne l’émotion difficilement contenue, à l’instar des au-revoirs d’un autre capitaine, Bruno Pagès, qui saluait une dernière fois Beaulieu après 10 années. Première pierre d’un édifice aujourd’hui solide, le Montpelliérain se lance un nouveau challenge (après une rupture des croisés parfaitement remise) à Bordeaux.


HBC Nantes – USAM Nimes – Lob de Valero Rivera par Handnews

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves