ALL

Kiel et Flensburg laissent filer Rhein-Neckar Löwen

Lauge

Déjà seul en tête, Rhein-Neckar Löwen a creusé l’écart sur ses deux principaux concurrents pour le titre, tenus en échec à l’extérieur. Göppingen et Hanovre peuvent encore revenir dans la course à l’Europe, alors que Lübbecke a signé son deuxième succès de la saison.

Le match de la semaine : Magdebourg – Flensburg

Face à une équipe de Magdebourg qui n’a plus rien à jouer en championnat mais qui est sur une série de six matchs sans défaite, Flensburg devait s’attendre à une rencontre très compliqué. D’entrée de jeu, le club de Saxe-Anhalt prend le dessus sur l’équipe coachée par Ljubomir Vranjes. Plus agressif et avec un jeu direct, le SCM prend l’avantage au score (5-2, 7′). La grosse défense autour du géant Finn Lemke et de Zeljko Musa pose des problèmes considérables à l’attaque de Flensburg. Le SG parvient à revenir au score (8-8, 20′), mais ne passe pas devant au score. Au contraire, c’est Magdebourg qui inflige un 3-0 à son adversaire pour reprendre le large, grâce notamment à Nemanja Zelenovic (11-8, 25′).

En début de deuxième période, Magdebourg continue sa marche en avant avec une défense très efficace et Jannick Green qui gagne son duel à distance avec Kevin Möller, son concurrent pour le poste de deuxième gardien en sélection danoise. Le portier du SCM réalise 17 parades sur le match, et est l’un des artisans du bon début de deuxième mi-temps des locaux, Lemke donnant cinq buts d’avance aux siens (17-12, 40′). Après le temps-mort de Vranjes (18-13, 42′), Flensburg revient pourtant dans le match et remonte au score. Bennet Wiegert prend un temps-mort pour stopper l’hémorragie (19-17, 49′). Insuffisant. Kentin Mahé, auteur de trois buts, égalise (21-21), avant que Holger Glandorf puis Rasmus Lauge donnent le premier avantage du match au SG (21-23, 58′). Mais après l’exclusion de Bogdan Radivojevic à un peu moins de deux minutes du terme, Magdebourg, en supériorité numérique, réussit à égaliser sur le gong : Jacob Bagersted, trois secondes avant la sirène, rapporte un point mérité à Magdebourg (23-23).

Nyokas et Balingen tiennent Kiel en échec

Comme la saison dernière où le champion en titre s’était incliné en Souabe en début de championnat, Kiel a bien failli perdre dans la salle de Balingen. Le jeu du THW manque de vitesse et bute sur la défense mobile et agressive du HBW. Mais derrière, Balingen ne concrétise pas ses attaques, notamment à cause d’un Niklas Landin au top en première mi-temps (12 arrêts, pour 15 au total). Le match reste donc accroché et avec peu de buts (4-4, 11′ ; 7-7, 20′). Kiel finit mieux la première période et pose les bases d’un éventuel succès en regagnant les vestiaires avec trois buts d’avance (10-13).

Le début de deuxième période reste dans la même veine, Kiel semble contrôler le match (13-17, 37′). Frank Bergemann, l’entraîneur de Balingen, décide alors de remettre Olivier Nyokas sur le terrain. Choix gagnant : le Français (meilleur buteur du match avec 7 buts) relance la machine en attaque en marquant trois beaux buts et délivrant une passe décisive. Le HBW revient alors à deux buts de Kiel (17-19, 44′). L’attaque des Zebras se grippe alors terriblement, et Balingen continue sa remontée. Nyokas, dans un très grand soir, égalise, puis donne l’avantage aux locaux, avant de provoquer un sept mètres transformé par Yves Kunkel pour conclure un 5-0 (22-20, 53′). Le scénario d’une défaite se précise alors que plus personne ne marque et que Rune Dahmke prend un deux minutes (22-20, 58′). En infériorité numérique, Kiel réussit pourtant à marquer après près de quinze minutes (!) de disette, et Nikolas Katsigiannis stoppe le dernier tir de Fabian Böhm. Le match nul 22-22, malgré le retour de Kiel en toute fin de match, est fêté comme une victoire par Balingen qui récolte ainsi un point précieux pour le maintien.

Rhein-Neckar Löwen s’approche du Graal

Ces deux matchs nuls font l’affaire de Rhein-Neckar Löwen, qui n’est pas passé à côté de son match contre Lemgo (33-19). C’est le cinquième match d’affilée remporté avec plus de huit buts d’avance de la part des Lions, qui accroissent leur avance en tête du classement. L’homme du match s’appelle Andy Schmid. Le Suisse, qui vient de prolonger jusqu’en 2020 (tout comme Mads Mensah Larsen et l’entraîneur Nikolaj Jacobsen) s’est approché du total buts de l’ensemble de l’équipe adverse, avec pas moins de quinze réalisations. Rhein-Neckar compte désormais trois points d’avance sur Flensburg et quatre sur Kiel (qui compte un match de moins), et peut aborder le Final4 de Coupe d’Allemagne, le week-end prochain, en toute confiance.

Göppingen n’abandonne pas l’Europe

Belle semaine pour Frisch Auf! Göppingen. Avant de battre Magdebourg dans le duel germano-allemand en Coupe EHF (31-25), les Souabes se sont relancés dans la course à l’Europe en Bundesliga. Face à Melsungen, quatrième au classement, la rencontre est d’abord serrée (8-8, 20′), et le carton rouge direct pris par Lars Kaufmann (23′) ne donne pas forcément l’avantage au MT puisque c’est Göppingen qui vire en tête à la mi-temps (13-12). Dans ce très bon match de handball, les deux équipes restent au coude-à-coude (19-19, 42′ ; 22-22, 50′). Göppingen doit finalement beaucoup à Daniel Rebmann. Le gardien de 22 ans, quatrième dans la hiérarchie des portiers de Göppingen, entre pour les dix dernières minutes et réalise six arrêts sur huit tirs (75%) pendant que ses coéquipiers reprennent l’avantage. Marcel Schiller donne la victoire aux siens dans la dernière minutes avec deux buts (27-24).

Berlin renversé par Leipzig

Göppingen profite de la contre-performance de Berlin pour revenir à deux points de la cinquième place. Le club de la capitale, en déplacement chez le promu Leipzig – qui fêtait vendredi les 50 ans de sa victoire en Coupe d’Europe – connaissait le traquenard que représente l’équipe-surprise du championnat, déjà maintenu. Les Renards entament bien la partie et font la course en tête, jusqu’à prendre quatre buts d’avance (5-9, 19′). L’écart reste le même à la pause, les Berlinois ont le match en mains (10-14). Mais après une entame de deuxième période ratée de la part des Füchse (13-14, 35′), les Leipzigois et les 5500 spectateurs de l’Arena Leipzig reprennent confiance et croient en l’exploit. Jens Vortmann réalise un nouveau grand match dans les buts (17 arrêts, 45%), et la salle s’embrase quand le capitaine Lukas Binder égalise (19-19, 49′), puis conclut un 4-0 (21-19, 52′). Les Saxons ne lâchent pas en fin de match et remportent un succès de prestige (25-23). L’opération est très mauvaise pour Berlin, avant d’affronter des équipes moins abordables sur le papier (Rhein-Neckar Löwen, Hanovre, Magdebourg).

Premier nul pour Wetzlar, Hanovre peut encore y croire

Chez les autres concurrents à l’Europe, Wetzlar est passé par toutes les émotions à domicile contre Gummersbach, qui peut aussi espérer quelque chose. Les locaux, sixième au classement, sont en position délicate dans le premier acte lorsqu’ils accusent trois buts de retard face à la bande de Julius Kühn (8-11, 23′). Avec Florian von Gruchalla en meilleur buteur (9 buts, dont 6 pen.), Gummersbach est ensuite suffisamment solide pour conserver son avantage en deuxième période. A dix minutes du terme, le VfL compte quatre buts d’avance (21-25). Kai Wandschneider, le coach du HSG, pose alors son temps-mort, et ses hommes reprennent des couleurs en fin de rencontre face à un adversaire qui commence à fléchir. Filip Mirkulovski donne l’avantage à Wetzlar (28-27, 56′), tout proche alors de réussir un sacré tour de force. Gummersbach sauve finalement un point avec un sept mètres de von Gruchalla à dix secondes du terme (30-30). Un match nul dont tout le monde se contentera, au vu du scénario.

Tous ces résultats font en tout cas l’affaire d’Hanovre, qui revient à deux points de Berlin avec son large succès sur Eisenach (37-27), malgré les six buts de Borut Mackovsek. En difficulté en première période (14-13), Hanovre a déroulé dans le premier quart d’heure de la deuxième mi-temps avec un 13-3 (27-16, 46′). Les Preux chevaliers se mesureront à Gummersbach puis à Berlin lors des prochains matchs, décisifs pour l’Europe.

Lübbecke y croit encore

Dernier du classement dans une saison catastrophique, Lübbecke disputait un match décisif contre Stuttgart : en cas de défaite face à ce concurrent direct pour le maintien, le TuS pouvait dire adieu à ses espoirs de sauvetage in extremis. Stuttgart entame mieux la partie (3-7, 12′) et tient les commandes en première mi-temps (10-13, 30′). Mais la pause a fait du bien aux locaux (13-13, 35′). Bobby Schagen, meilleur buteur du côté de Lübbecke (6 buts) donne même deux buts d’avance aux siens (18-16, 41′), avant que Djibril M’Bengue ramène le TVB à hauteur (18-18, 47′). La fin de match est très stressante. Dominik Weiß (7 buts) égalise à nouveau pour Stuttgart (22-22, 57′), avant que Pontus Zettermann redonne l’avantage à Lübbecke à deux minutes de la fin. Aucune des deux équipes n’arrive finalement à marquer davantage : Lübbecke signe son deuxième succès de la saison (23-22) et revient à trois points du premier non-relégable, Bergischer, exempté cette semaine. Stuttgart, avec trois points d’avance sur Eisenach, premier relégable, reste sous pression.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Allemagne

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves