Euro 2016 (F) – J3

Une France à deux visages s’incline

Crédit photo : S. Pillaud / FFHB

Crédit photo : S. Pillaud / FFHB

Après avoir livré une prestation incomplète, les Françaises se sont inclinées face aux Pays-Bas (17-18, FM) et cèdent leur première place à l’Allemagne. 

Ce match était attendu comme une référence pour les Françaises. Mais, après une très bonne première période, les Bleues ont traversé un gros passage à vide en deuxième mi-temps qui leur a été fatal. On a pourtant longtemps cherché les Pays-Bas dans cette première période… Bien que fort repérables par le orange de leur maillot, elles ont ainsi été totalement absentes dans le jeu. Face à une défense sérieuse des Françaises, elles n’ont pas su trouver la solution en attaque. Après dix premières minutes accrochées (5-4, 10′), les Néerlandaises attendront d’ailleurs seize minutes avant de retrouver le chemin des filer. Le temps pour les Bleues de faire le trou dans le sillage des régalades d’Estelle Nze Minko. Dans le but, Laura Glauser est aussi vigilante. Le visage des filles d’Helle Thomsen est peu commun, ce qui force la technicienne néerlandaise à poser deux temps mort en un mi-temps. Lorsque les Pays-Bas retrouvent enfin le chemin des filets par l’intermédiaire de van der Heijden, la France est déjà loin (10-5, 26′). La bande de Krumbholz rentre donc au vestiaire avec une avance de 5 buts (7-12, MT). 

Crédit: Stéphane Pillaud / EHF

Crédit: Stéphane Pillaud / EHF

Le réveil de Tess Wester et des Pays-Bas

De retour sur le parquet, Laura Glauser qui était à 50% de réussite en première, continue d’exceller. Mais le manque de réussite change de côté. Les Françaises ont plus de mal à trouver le but, Tess Wester met le turbo, et les Bleues multiplient surtout les fautes offensives ce qui offre des possibilités pour revenir à leur adversaire (14-12, 43′).  Les Hollandaises bien menées par Cornelia Groot et Maura Visser  parviennent même à égaliser puis à passer devant (15-16 49′). La gardienne hollandaise qui avait été timide depuis le début de la compétition monte en puissance au fil des minutes pour faire douter les Françaises qui traversent une mi-temps particulièrement creuse sur le plan offensive. Dans le money-time, Laura Glauser efface une balle de +2 et donne l’occasion à la France d’égaliser dans la dernière minute. Mais au bout de ce qui est leur dernière possession, par l’intermédiaire d’un tir sous la pression du refus de jeu, Gnosiane Niombla est contrée et Tess Wester peut capter un nouveau ballon. La France s’incline donc face à son adversaire le plus sérieux de cette phase de poule (17-18, FM) après avoir montré deux visages. L’Allemagne, de son côté, profite de la défaite des Bleues pour prendre la tête du groupe.

La France partira avec deux unités au tour principal. Tout comme les Pays-Bas et l’Allemagne. La Serbie débutera avec trois points, comme la Suède. L’Espagne commencera ce nouveau round avec zéro point.

Maxime Cohen

10 CommentairesPoster un commentaire

  1. max - le 8 décembre 2016 à 22h44

    5 buts en 2e mi-temps ! Hâte de voir ça sur TF1 🙂

  2. T44 - le 8 décembre 2016 à 22h45

    Sinon à quand des vrais arrières qui peuvent tirer de loin, la défense c’est bien mais l’attaque ça compte aussi, la différence entre les experts et les femmes de défis ce situe là, les bleus ont des monstres offensifs qui même si les enclenchements sont pas bons arrivent par leur qualité à passer au dessus du bloc ou à le perforer, perturbants les défenses qui ne savent plus se placer.
    Y’a pas ça chez les filles, les hollandaises ont pus alors qu’elles ne jouaient pas largement mieux qu’en 1ère mi-temps se reposer sur de vrais dynamiteuses sur la bases arrières, c’est pareil pour la Norvège ou la Russie, elles ont ce profil de joueuses.

    Le milieu de la formation du handball masculin français à fini par comprendre, il y’a 10 ans que l’attaque c’était aussi important, alors que paradoxalement les experts commençait leur long reigne sur des bases plutôt défensives, depuis nos jeunes sont les meilleurs attaquants du monde mais avec toujours un savoir faire défensif, résultats nos équipes par classe d’âge sont plus équilibrées et donc plus fortes d’où la domination presque totale de la France chez les hommes.

    Alain Porte voulait mettre un coup de pied dans la fourmilière et à été chasser à cause de cela, lui avait compris que le tout défenses ne suffirait plus, le problème c’est que lors des J.O les bleus ont eu de la chances, les J.O étants une compétition à part avec sa propre logique, et ont par delà retarder l’obligatoire réflexion sur la formation à l’attaque dans notre hand féminin.

  3. Keavenz - le 9 décembre 2016 à 01h53

    Assez d’accord mais je dirais plus : le projet de jeu des françaises est faible

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves