Hon (F) – Fehervar

C.Mendy : « Atteindre les play-offs »

mendy-fehervar

Cette saison, Claudine Mendy a décidé d’aller jouer de nouveau à l’étranger. Après le Buducnost Podgorica en 2012-2013, elle a choisi la Hongrie, plus précisément l’Alba Fehérvár KC, sixième l’année passée. Nous l’avons interrogée avant la reprise du championnat.

« Maintenant, ça va très bien ça n’a pas été évident au début, commence Claudine sur son intégration au sein de sa nouvelle formation. Cette année, c’est la première fois que le club accueille autant d’étrangères et les Hongrois ne l’ont pas vu d’un bon œil au début. Mais finalement tout le monde a fait un pas vers les autres et ça va mieux. » En effet, l’effectif de Fehérvár comporte six étrangères et Claudine Mendy est la seule Française. L’ancienne messine a également pu faire connaissance avec la langue locale, le hongrois. « Incompréhensible? Non, pas du tout, les doigts dans le nez, humorise-t-elle, avant de répondre plus sérieusement : on dit que le français est difficile mais je pense que le hongrois rivalise largement. Le début a été moins dur que je le pensais avant d’arriver parce que Biljana Bandelier est ici et elle parle très bien français. En plus c’est sa deuxième saison donc elle connaît déjà bien le club et la ville. Et puis, il y a aussi deux joueuses avec qui j’avais déjà joué à Buducnost donc finalement je passe plus de temps à parler français, serbe et anglais. Cela m’arrange vraiment car je ne risque pas de parler hongrois de sitôt (rires). »

Fehérvár a réalisé une préparation importante avec notamment dix rencontres amicales dont l’unefehervar remportée face à Győr, qui jouait cependant sans ses internationales ayant participé aux Jeux olympiques. « La préparation a été assez longue, confirme-t-elle, mais comme la moitié de l’effectif a changé, c’était nécessaire d’avoir beaucoup de matchs. » Sur cette formation considérablement remodelée, Claudine dit justement que « le maître mot est le mixage. C’est un mélange de joueuses internationales et d’autres qui n’ont pas encore eu la chance d’évoluer en coupe d’Europe ou en équipe nationale. Un mix d’étrangères et de Hongroises, de jeunes et de moins jeunes. Mais je pense que nous pouvons être très performantes et compétitives, déclare-t-elle. L’ambiance dans la salle n’est pas encore à la hauteur de Gyor ou le FTC mais ça reste une ambiance à la hongroise avec beaucoup de bruit et de soutien de la part des spectateurs. » Le palais des sports dans lequel évolue Fehérvár ne fait en effet pas partie des plus grands et des plus bouillants du pays avec seulement 1200 places. Concernant les faiblesses éventuelles, Claudine estime que « comme tout groupe qui a seulement un mois de vie commune tout reste fragile ».

mendy

Jelena Lavko, Biljana Bandelier et Claudine Mendy

Fehérvár a terminé à la sixième place du championnat la saison passée mais évoluera tout de même en Coupe EHF cette année. « Les objectifs du club sont d’atteindre les play-offs et de se qualifier à nouveau pour une coupe d’Europe. Sachant que la coupe EHF reste du bonus pour le club cette année. Tout dépendra du tirage mais ce serait sympa d’atteindre les poules. » L’équipe a d’ailleurs bien entamée sa compétition européenne en battant les Polonaises du Vistal Gdynia 28-17 à domicile. Le match retour se déroulera le dimanche 18 septembre en Pologne.

 

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves