Proligue – J8

Tremblay n’est pas invincible

siakam-erwan-tremblay-131016-1390

Invaincu depuis le début du championnat, Tremblay a chuté pour la première fois de la saison en Proligue face à une belle équipe de Billère (29-26). Son dauphin, Pontault, a également été battu à Istres (27-19). Massy, qui a de nouveau infligé une défaite à Chartres (23-22), revient ainsi à deux points du leader tremblaysien.

Le match du week-end

honrubia-samuel-tremblay-131016-1404Au-dessus du lot depuis septembre, Tremblay passait un véritable test sur les terres de Billère, là où Chambéry avait chuté deux semaines plus tôt en Coupe de la Ligue. Les béarnais sont toujours dans une forme étincelante et se sont offerts le scalp du leader, rien que ça (29-26).

L’heure n’est bien sûr pas à l’affolement du côté des tremblaysiens, toujours en tête du championnat avec deux points d’avance sur Massy et Pontault. Mais ce revers sonne comme un rappel et un avertissement, confirmant que rien ne sera simple car l’équipe de David Christmann est plus que jamais la formation à battre en Proligue. Les billérois ont parfaitement joué le coup vendredi, avec un exceptionnel Arnaud Tabarand dans les cages. Le portier billérois a mis en échec les tireurs adverses, avec 17 arrêts à son actif. Seul Samuel Honrubia lui a donné du fil à retordre avec 9 buts à 90% de réussite.

tabarand-billère7.jpgLes billérois ont su faire le dos rond au cœur de la première période, alors que le leader déroulait tranquillement son handball et semblait se diriger vers un nouveau succès. Les béarnais n’ont jamais paniqué et ont toujours cru en eux, même lorsque l’écart est monté à cinq buts (7-12, 19’). Honrubia, le joker Pyshkin tout juste arrivé cette semaine, ou encore Sadoveac donnaient l’impression d’une nette domination. Il n’en fallait pas plus pour que les coéquipiers de Crépain repartent au combat, avec Zerbib et Querin à la finition (12-13, 23’). A la pause, grâce à un incroyable 7-0 et à un manque de réussite tremblaysien, Billère repasse devant et retrouve le moral (15-13).

Tremblay accuse le coup, bousculé comme rarement depuis le début de saison en Proligue. A l’image de Bojinovic, le danger reste bien présent aux quatre coins du terrain avec l’ancien pensionnaire de première division (16-16, 33’). Un vrai mano à mano s’engage alors, ponctué par les parades de Tabarand qui aident les locaux à garder la tête au tableau d’affichage (24-20, 50’). Tremblay est dans le dur et ne reviendra pas, s’inclinant au final de trois longueurs (29-26). En grande forme, Billère est un candidat de plus en plus sérieux aux play-offs. Voire plus, si affinités.

Le joueur du week-end

plaza-lara-enrique-cherbourg-151016-1789Serial buteur lors des deux dernières saisons à Angers, Enrique Plaza Lara a trouvé son rythme de croisière avec sa nouvelle formation, Cherbourg. L’arrière espagnol a fait parler la poudre vendredi avec 12 réalisations à son actif. Mieux, c’est lui qui a offert le but de la victoire dans un Chantereyne en folie à quinze secondes de la fin du match contre Dijon (26-25). Il est le meilleur joueur de cette 8ème journée de Proligue.

Toujours en proie au doute, malgré un retour dans le ventre mou du classement après son match en retard contre St Gratien, le DBHB peut s’en vouloir, lui qui a mené pendant une grande partie de la seconde période. Les joueurs de Jackson Richardson ne sont pas vernis depuis le début de la saison, et la cruelle défaite à quinze secondes du terme confirme que les bourguignons n’ont pas le sort avec eux. Le mérite en revient cependant à Cherbourg, qui a parfaitement joué le coup. Les joueurs de Sébastien Leriche ont d’abord eu la mainmise sur la rencontre en première période, en mettant la pression sur la défense dijonnaise. Avec Redei et Khermouche en réussite à la finition, l’écart monte jusqu’à cinq buts (10-5, 18’) et fait alors craindre le pire dans les rangs des visiteurs. Une exclusion de Massard pour deux minutes remet les visiteurs sur de bons rails et leur permet d’effacer une partie de leur retard (10-7, 19’). Les pertes de balle s’accumulent des deux côtés, laissant les deux équipes dos à dos à la pause (14-14).

richardson-dijon-3En seconde période, un 4-0 des joueurs de Jackson Richardson dès la reprise met la pression sur les épaules des cherbourgeois (14-18, 38’). La confiance semble avoir changé de camp. Dijon se montre plus précis à la finition et a surtout resserré son arrière garde. Les dix dernières minutes s’annoncent ainsi indécises (20-22, 50’). Enrique Plaza Lara reste un danger permanent, aussi bien aux jets de sept mètres que sur la base arrière. Poletti et Ighirri font également jouer leur expérience pour le DBHB, mais c’est finalement Cherbourg qui empoche les deux points de la victoire grâce à Plaza Lara (26-25). Dur pour Dijon, qui reste dixième au classement.

Les autres matches

Srsen IstresPontault a chuté pour la deuxième fois de la saison en championnat. Les coéquipiers de Candeias, de retour de sélection avec le Portugal, se sont inclinés dans les grandes largeurs à Istres (27-19). Les neuf pertes de balle ont été autant de munitions parfaitement exploitées par les joueurs de Gilles Derot, qui étaient dans un bon soir. De là à affirmer que les provençaux sont bel et bien lancés, seules les prochaines rencontres permettront de le confirmer. Même irrégulier, Istres est installé dans le peloton de tête, à seulement un point désormais de Massy et Pontault. Emmenés par le duo Kaabeche – Bochi, auteur de dix buts à eux deux, les istréens ont d’abord fait jeu égal avec le dauphin des tremblaysiens (12-12, 25’). Mais avant la pause, Istres met le bleu de chauffe et s’offre un 5-0 à cheval entre les deux mi-temps (17-12, 34’). Pontault est sonné mais pas abattu, lui qui avait notamment su retourner une situation compliquée à Chartres. Mais cette fois-ci, c’est bien Istres qui a le match en main. Cappelle est en forme dans ses cages, tandis que Pontault est trop imprécis pour renverser la situation (21-16, 49’). Rien ne semble s’opposer au succès des joueurs de Gilles Derot dans les dernières minutes (24-19, 55’). L’attaque pontelloise est en panne. Les visiteurs s’inclinent ainsi de hit buts (27-19).

meinby-pedersen-jesper-massy-151016-1988Massy réalisé une excellente opération suite à son beau succès sur le parquet de Chartres (23-22). Grâce à cette victoire, les joueurs de Benjamin Braux reviennent à égalité de points avec Pontault et à seulement deux points du leader, Tremblay. Une soirée parfaite en somme pour un collectif appliqué, à l’image de Perisic sans les cages (17 arrêts) et de Pedersen en attaque (6 buts). Chartres est de son côté toujours convalescent, avec une quatrième défaite en huit rencontres. Septième, l’ancien pensionnaire de LNH voit le haut du tableau se constituer sans lui et espère retrouver rapidement un effectif au complet, lui qui a évolué une bonne partie de la rencontre avec un droitier à droite. La faute à un manque de réussite offensive, même si le scénario du début de rencontre était en sa faveur (6-4, 16’). Sous l’impulsion de Kieffer et Hald, l’écart monte même à quatre buts (10-6, 20’) avant de retomber à 11-9 à la pause. Massy ne désarme pas, bien au contraire. Les franciliens profitent des arrêts de Perisic et du manque de réussite chartrain pour mettre la pression sur les locaux (14-14, 40’). Dès lors, un autre match commence. Chartres est en difficulté en attaque et semble moins appliqué en défense (17-20, 50’). Massy joue le coup à fond et grâce à un but de Pedersen à douze secondes de la fin repart avec la victoire (22-23).

ProD2 - Limoges - StanicA égalité de points avec Chartres au classement, Limoges a évité le piège à Valence en s’imposant de trois buts (27-29). Dans un match très serré, aucune des deux équipes n’a véritablement pris l’ascendant sur l’autre au tableau d’affichage. Que ce soit Valence ou Limoges, chacune a eu la possibilité de creuser l’écart sans jamais y parvenir véritablement. Les valentinois rentrent bien dans leur match, avec Bon ou encore Laurent à la finition (7-4, 12’). Il est déjà temps de réagir pour les joueurs de Nenad Stanic, qui profitent des pertes de balle adverses pour recoller au score (8-7, 16’). Le mano à mano peut alors commencer. Entre exclusions temporaires, tirs sur le poteau et pertes de balle, c’est finalement Valence qui vire en tête à la pause (13-11). Limoges recolle rapidement au score à la reprise (14-14, 32’), avant de prendre la tête grâce à Jonathan Roby quelques instants plus tard (17-18, 40’). La rencontre reste indécise jusqu’au bout, avant que Rac, Moreau et Darras ne scellent le succès des limougeauds (27-29).

pavade-nancy-3Sur le parquet de Caen, Nancy s’est montré solide en enchaînant un troisième succès en quatre rencontres (26-28). Les joueurs de Stéphane Plantin ont su exploiter les trop nombreuses pertes de balle adverses (14 !) mais se sont souvent montrés indisciplinés, avec sept exclusions temporaires à leur actif. Nancy a gardé les commandes de la rencontre pendant la quasi-totalité du match. Avec Pavade (6 buts) et Ducreux (5 buts) en principales gâchettes offensives, les nancéens creusent l’écart avant la pause (8-11, 26’) mais Dessertenne replace les siens à deux buts seulement à la mi-temps (11-13). Caen y croit encore, prenant même la tête au retour des vestiaires (15-14, 35’) mais un 4-0 nancéen change totalement la physionomie du match (15-18, 40’). Caen ne reviendra plus, voyant l’écart augmenter au fil des minutes (19-25, 50’) avant de s’incliner au final de deux longueurs (26-28).

camara-nathy-besancon-131016-1199Après trois défaites de suite, Besançon a profité de la trêve internationale pour se remettre les idées en place. C’est le promu Sannois St Gratien qui en a fait les frais, battu de quatre buts (29-25). Le joker Nathy Camara a de nouveau été décisif sur le front de l’attaque bisontine, avec huit réalisations  son actif. Il fallait bien cela pour contourner la défense francilienne et son gardien Jakub Krupa, auteur de 15 arrêts dans ses cages. Après un premier écart de quatre buts (7-4, 16’), le GBDH rencontre plus de difficultés à contenir les attaques d’une équipe toujours à la recherche de sa première victoire de la saison en Proligue. Pour autant, la lanterne rouge au classement n’en est pas moins valeureuse, et donne du fil à retordre à Besançon (11-11, 25’). A la pause, le suspense est d’ailleurs total (12-13). En seconde mi-temps, pertes de balle et exclusion temporaire n’aident pas le GBDH. Pourtant, les locaux font le dos rond et reste dans le sillage de leur adversaire du soir (16-17, 36’). Il faudra attendre un 4-0 de Besançon pour que le sort de la rencontre se décide (22-19, 43’). Sannois ne reviendra plus, et malgré les buts de Joumel en fin de rencontre, doit s’incliner de quatre buts (29-25).

Olivier Poignard

Pub Espace Pronos Proligue
Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves