All – J34

Lemgo maintenu, la fête à Rhein-Neckar

Crédits : tbv-lemgo.de

La dernière journée de Bundesliga a eu lieu samedi, l’occasion de fêter la saison ou de faire les adieux à ceux qui partent. Lemgo a sauvé sa peau dans l’élite, Bergischer est relégué.

Le match du week-end : TBV Lemgo – VfL Gummersbach

Face à Gummersbach, Lemgo jouait très gros : une victoire ou un match nul, et le maintien était assuré. Une défaite, et en cas de victoire de Bergischer, la descente en D2. Dès lors, après une entame très serrée (8-8, 16′), les hommes de Florian Kehrmann mettent de l’envie face à une équipe maintenue à 98% (Gummersbach avait 2 points et 28 buts d’avance à la différence de buts sur Bergischer). Malgré les buts de Julius Kühn (11 au total), atout maître du VfL qui jouait son dernier match avec son club formateur, c’est bien Lemgo qui prend trois buts d’avance (15-12, 29′). Avec un peu de chance, Simon Ernst réduit la marque sur la sirène pour Gummersbach (15-13, 30′).

Mais Gummersbach n’est pas venu dans la Lipperland Halle comme touriste, et ne laisse pas son adversaire prendre le large. Tobias Schröter égalise (19-19, 37′), avant que l’ailier Kevin Schmidt ne donne l’avantage aux visiteurs (23-24, 43′). À ce moment précis, Lemgo est en D2. Le retard au score ne dure pas. Tim Hornke, très efficace (10 buts dont 5/5 pen.), puis Tim Suton marque à son tour (25-24, 47′). L’éternel espoir du handball allemand, jamais vraiment épargné par les blessures, livre une très bonne deuxième période. Mais, après avoir compté à nouveau deux buts d’avance, Lemgo se fait rejoindre une nouvelle fois sur un tir de Simon Ernst (28-28, 52′). Le destin du TBV ne tient alors qu’à un fil. Quand Christoph Schindler, le capitaine de Gummersbach, marque le dernier but de sa carrière professionnelle, le score reste de parité (31-31, 58′). Le libérateur final s’appelle Tim Suton, qui assure la victoire de Lemgo à 20 secondes de la fin (32-31). La Lipperland Halle peut exulter : le champion d’Allemagne 2003 reste dans l’élite pour la saison prochaine.

Bergischer file en D2

L’histoire aurait été belle. Totalement à la rue en première partie de saison, le Bergischer HC a refait son retard en 2017 et avait l’opportunité de se maintenir. Cependant, ce retour fantastique n’a pas été couronné du maintien. Le BHC n’avait plus son destin en mains, dépendait d’une défaite de Lemgo pour croire à sa survie. Il a fait le travail face à Hanovre, auteur d’une année 2017 catastrophique avec deux nuls et désormais quatorze défaites en seize matchs (32-24). La capitaine Kristian Nippes a mené son équipe vers une victoire très logique (7 buts). Mais Lemgo a gagné. Bergischer jouera la saison prochaine en 2. Bundesliga, où il fera assurément figure d’épouvantail pour ses adversaires avec un effectif capable de jouer en première division. Pour Hanovre, la trêve estivale sera l’occasion de remettre les choses à plat. Et notamment au poste d’entraîneur, où Jens Bürkle est clairement menacé.

Stuttgart a fait le travail pour se maintenir

Les chances de descendre de Stuttgart étaient réduites. Mais en cas de lourde défaite à Göppingen, la pression aurait pu être très forte… Cela n’a pas été le cas. Dans le derby de Souabe, les Wild Boys ont même mené à la mi-temps (14-16, 30′), bien aidés par les arrêts de leur champion du monde 2007 Johannes Bitter (15 parades). Göppingen, dont la saison a été compliquée, ne voulait pas quitter son public par une défaite à domicile face à son voisin. Au final, tout le monde est content avec le match nul (26-26). Au passage, Lars Kaufmann s’est offert un beau cadeau d’adieu en terminant meilleur buteur du match (8 buts). L’arrière de Göppingen, lui aussi champion du monde en 2007, a décidé d’arrêter sa carrière.

Rhein-Neckar a fêté son titre

Crédits : Twitter Rhein-Neckar Löwen

Ils étaient dans les rues de Mannheim dimanche, pour fêter le titre avec les fans. Les Lions de Rhein-Neckar ont terminé la saison de la meilleure des manières avec une victoire nette et sans bavures face à Melsungen (33-28). Mikael Appelgren et Andreas Palicka à dix arrêts chacun, Gudjon Valur Sigurdsson à neuf buts, RNL a bien répondu présent pour fêter le titre de champion et le couronnement du demi-centre suisse Andy Schmid comme MVP du championnat, pour la quatrième année d’affilée. Kim Ekdahl du Rietz a également été honoré : le Suédois, auteur de sept buts, a décidé d’arrêter sa carrière à seulement 27 ans pour faire autre chose de sa vie. « Je respecte sa décision, mais je ne vais jamais la comprendre », commentait son entraîneur Nikolaj Jacobsen. Andy Schmid s’est permis de transformer le trophée de champion en plateau pour bouteille de whisky pour son partenaire suédois, qui devrait réaliser un tour du monde l’année prochaine.

Adieux émouvants pour Prokop et Vranjes

C’est difficile de quitter un club après y avoir exercé onze ans d’affilée, en tant que joueur, manager puis entraîneur. Ljubomir Vranjes faisait ses adieux à la Hölle Nord de Flensburg, qui recevait Wetzlar. L’une des équipes surprenantes cette saison a offert un vrai match serré au deuxième du championnat, mais Flensburg a finalement fait la différence en fin de partie pour l’emporter de trois longueurs (34-31), avec notamment cinq buts de Kentin Mahé. L’après-match était tout aussi important. Vranjes, très ému, a été célébré avant son départ pour Veszprém, au même titre qu’Anders Eggert. L’ailier gauche, auteur de cinq buts dans ce match, s’en va après dix saisons passées à Flensburg pour retourner à Skjern, où il a déjà évolué en prêt en 2008-2009.

Autre départ de coach à Leipzig, où Christian Prokop a passé quatre ans sur le banc. Ça peut paraître peu par rapport à Vranjes, mais c’est énorme pour un club qu’il a ressuscité en le sortant des bas-fonds de deuxième division pour en faire une équipe redoutée de Bundesliga. Le talent du jeune coach (38 ans) n’est pas passé inaperçu outre-Rhin, et il sera désormais à temps plein à la tête de la sélection allemande. Alors oui, pour son dernier match sur le banc du SC DHfK, Prokop n’a pas gagné. Berlin, emmené par Petar Nenadic (8 buts) et Silvio Heinevetter (18 arrêts), a fait la course en tête et s’est imposé de quatre buts (28-32). Mais la huitième place de Leipzig a été fêtée, et Christian Prokop a été honoré comme il se doit en entrant dans le Hall of Fame du club.

Statu quo pour l’Europe

Il n’y avait pas vraiment de suspense, mais toujours un espoir très mince pour Berlin de passer à la troisième place. Mais Kiel, à Balingen, a confirmé sa troisième place. Mené à la pause (13-10) face au HBW, qui disputait sa dernière rencontre en Bundesliga avant de jouer à l’échelon inférieur la saison prochaine, le THW s’est repris en deuxième période grâce à une performance très solide de son gardien Niklas Landin (20 arrêts). Les Zèbres s’imposent donc (22-25) et vont désormais tirer un trait sur une saison très décevante malgré la victoire en Coupe d’Allemagne.

Berlin pouvait aussi, en cas de défaite, passer à la cinquième place puisque Magdebourg comptait le même nombre de points. Il n’y a pas vraiment de différence entre les deux places puisque les deux mènent à la Coupe EHF, mais tout de même, perdre une place au classement aurait fait mauvais effet. Berlin a gagné à Leipzig, donc ne s’est pas exposé au danger. Magdebourg était quand même à l’affût puisque victorieux assez facilement à Erlangen (27-33). Magdebourg poursuit ainsi sa série sans défaite en championnat, désormais à 19 matchs. Le SCM n’a plus perdu en Bundesliga depuis le 11 décembre et un déplacement à Kiel (28-24). Une série folle à poursuivre la saison prochaine…

Coburg s’en va avec les honneurs

On a un peu tiqué en début de saison quand il a fallu présenter l’équipe de Coburg. Avec peu de joueurs connus, pour sa première saison en Bundesliga, le Petit Poucet n’a pas réalisé l’exploit de se maintenir. Mais sa saison est malgré tout honorable. Les Bavarois quittent l’élite avec les honneurs, puisqu’ils se sont imposés à domicile contre Minden, autre promu qui s’est maintenu assez tôt. Le HSC l’emporte 29-26, avec notamment neuf buts de Nico Büdel, seul joueur de l’effectif pour l’instant à rester en Bundesliga l’année prochaine puisqu’il s’est engagé à Erlangen.

Hüttenberg et Friesenheim promus !

On ne connaissait pas encore qui monterait en Bundesliga l’année prochaine, hormis Lübbecke qui a assuré son titre il y a plus d’un mois. Les heureux élus se nomment Hüttenberg et Friesenheim. Hüttenberg termine deuxième du championnat en s’imposant à domicile contre Lübbecke (25-19), tandis que Friesenheim s’est débarrassé de la lanterne rouge Rostock (32-27). Dans le même temps, Rimpar, jusqu’ici deuxième, s’est incliné à Bad Schwartau (31-29) et perd son ticket d’accession à l’élite sur le fil. Autre équipe dans la course, Bietigheim s’est incliné à Emsdetten (31-30) et échoue à la cinquième place.

Hüttenberg retrouve ainsi l’élite après y avoir déjà évolué en 2011-2012. Surtout, le TV réussit l’exploit d’enchaîner deux montées en deux ans, puisque le club évoluait la saison précédente en troisième division. La commune d’Hüttenberg étant voisine directe de celle de Wetzlar, on aura droit à un véritable derby la saison prochaine… Pour Friesenheim, c’est une remontée directe puisque le club avait fait l’ascenseur dans l’autre sens l’été dernier.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Allemagne

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves