Arg

Cadenas a refusé le Bahreïn

Crédit photo : EHF

Engagé comme nouveau sélectionneur de l’Argentine, Manolo Cadenas avait été approché auparavant par la sélection du Bahreïn et un club qatari. Dans un entretien accordé au quotidien espagnol « Diario de Leon », il explique pourquoi son choix s’est porté sur la sélection sud-américaine.

A 61 ans, Manolo Cadenas n’a rien perdu de sa passion. Moins d’un an après son départ de la sélection espagnole suite à l’échec de la qualification pour les Jeux Olympiques de Rio et de la fin de son contrat avec le Wisla Plock, l’ancien technicien du Barça rebondit de belle manière en prenant les rênes de la sélection argentine. Un défi de taille après un an loin des terrains marqué par plusieurs autres propositions que l’espagnol a refusées. « J’ai eu une offre du Qatar pour entraîner un club, explique-t-il dans le quotidien régional espagnol « Diario de Leon ». J’ai également eu la possibilité de rejoindre un club en Roumanie et la sélection du Bahrein pour le Mondial en France. Au final, nous ne sommes parvenus à un accord avec aucun des trois, surtout pour des raisons sportives. Je voulais un projet qui m’attire pleinement sur le plan sportif. »

« J’ai dit oui tout de suite à l’Argentine »

Après la déroute argentine lors du dernier mondial, Daddy Gallardo a vu son long bail à la tête de la sélection prendre fin. Une opportunité idéale pour Manolo Cadenas, dont le profil répondait pleinement aux attentes des dirigeants argentins. L’ex-sélectionneur espagnol n’a pas mis longtemps à se décider. « Avec l’Argentine, sur tous les aspects sportifs, j’ai dit oui tout de suite, reconnaît-il. Evidemment que l’opportunité d’entraîner l’Argentine m’intéressait ! On a mis du temps en revanche sur tous les termes professionnels. Cela ne s’est pas encore cristallisé totalement, je dois aller en Argentine pour signer mon contrat. »

Alors qu’il devrait arriver en Amérique du Sud fin mai pour y vivre une grande partie de l’année, Manolo Cadenas a conscience de l’ampleur de la tâche qui l’attend, dans un contexte continental marqué par l’affirmation du Brésil et la montée en puissance du Chili. « C’est une mission difficile qui se présente à moi car le handball argentin a beaucoup progressé, détaille-t-il. La sélection est devenue compétitive au niveau international. Mon objectif est de continuer à contribuer au développement et à l’amélioration du handball en Argentine, tout en sachant que ce sera quelque chose de compliqué. »

Objectif Tokyo 2020

Son grand objectif sera de qualifier l’Argentine pour les JO de Tokyo en 2020. L’envie et la détermination sont toujours bien présentes pour sa neuvième expérience différente en tant qu’entraîneur après six clubs espagnols, un club polonais (Plock et la sélection ibérique. « J’ai plus d’expérience qu’il y a quelques années tout en ayant conservé ma passion intacte pour ce sport, résume-t-il. Après un an sans entraîner, mon envie est encore plus forte. » Sans compétition majeure cette année, l’Argentine à la sauce Cadenas va avoir le temps de prendre forme pour retrouver, espère-t-il, la fraîcheur qui la caractérisait il y a quelques années.

Olivier Poignard

1 CommentairePoster un commentaire

  1. seb - le 20 avril 2017 à 15h00

    Il y a peut être encore un peu de place dans l’emploi du temps de Jackson Richardson ?

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves