EDF (M)

Direction la Croatie !

L’équipe de France en l’emportant 26 à 25 en Lituanie s’est assurée une des places qualificatives pour l’Euro 2018 en Croatie. Avec de nombreux absents et pour la première sans les néo-retraités, la rencontre a toutefois montré les fragilités des bleus.

Décidément, le tournoi de qualification n’aura pas été un long fleuve tranquille. Déjà secoués par la Belgique et par la Norvège, les bleus ont ce soir vu la désillusion passer très près. La faute tout d’abord à de nombreuses pertes de balles qui arrivèrent à force de précipitation, dans la recherche du pivot notamment. Des ballons de contres faciles pour Drabavicius ou Pleta, le néo-caennais. C’est sur trois de ces contres malvenus que le score prend une tournure désagréable (8-5, 19e). D’autant que la base arrière N’Guessan, Mahé et Dipanda peine à passer la défense de la Lituanie, un problème qui sera récurrent durant la partie. L’entrée simultanée de Dika Mem et Valentin Porte vers la quinzième minute commence cependant à faire de l’effet. L’arrière droit de Barcelone ne se débarrasse pas du rôle qu’on lui offre et va décocher de précieuses flèches (3/3 à la pause), quand il ne donne pas des décalages à Valentin Porte. Avec le concours de Cyril Dumoulin qui réalise un très bon début de rencontre, les français arrivent à rentrer au vestiaire avec un score paritaire malgré la situation mal embarquée (12-12, MT).

Nicolas Claire décisif

La mi-temps n’arrête pas la dynamique des bleus. La balle semble moins lourde au moment de faire la dernière passe et le dernier tir. Dika Mem continue de son côté à être dans tous les bons coups : c’est encore lui qui marque puis délivre une passe transversale pour Kentin Mahé en réussite à l’aile (12-15, 35e). L’écart de +3 se maintient et si on sent que les français dominent désormais leur sujet, malgré Jonas Truchanovicius à la hauteur de sa saison montpelliéraine, l’écart ne parvient pas à se creuser plus encore (21-24, 53e). Un retour aux mauvaises habitudes, relâchement coupable, remet de suite l’équipe dans le contexte. Julien Meyer rentré en jeu alors que Cyril Dumoulin levait le pied ne peut que constater les dégâts et sortir bien rapidement (24-24, 55e). Malasinskas plutôt en dessous de son niveau habituel durant la rencontre devient infernal mais malheureusement pour lui, en l’absence définitive de Daniel Narcisse, Nicolas Claire enfile le costume d’homme providentiel. Deux tirs d’une puissance et d’une précision que n’aurait pas renié le jeune retraité international, qui permettent de clôturer les débats. Deux tirs qui font respecter l’adage de circonstance pour ce soir : quelque soit le contexte, à la fin, c’est la France qui gagne (25-26, SF).

Les statistiques

Lituanie – 25

Exclusions : Truchanovicius, Pleta.

Rasimas (GB), Morkunas (GB) – Urbonas, Malasinskas (4/8), Strazdas (2/2), Cibulskis (2/2), Petreikis, Babarskas (3/4), Simenas, Truchanovicius (6/10), Pleta (2/4), Starolis, Palevicius (2/3), Morkunas, Drabavicius (4/5), Vorobjovas (2/2), Dumcius (0/5)

France – 26

Exclusions : Porte (2), Fabregas.

Dumoulin (GB), Meyer (GB) – Remili, Nyokas (1/3), Honrubia, Mahé (6/9), N’Guessan (0/4), Accambray (1/1), Abalo (0/1), Sorhaindo (1/1), Fabregas (2/4), Afgour, Claire (4/5), Dipanda (3/6), Porte (4/5), Mem (4/6).

Maxime Thomas

59 CommentairesPoster un commentaire

  1. BastienHB - le 14 juin 2017 à 20h33

    Très très poussif, avec les absents sur blessure de Guigou, Gerard, les frères Karabatic, ajoutons à cela les retraités Omeyer et Narcisse.. Beaucoup de cadres pas là qui auraient été tellement précieux dans la gestion des temps faibles, qui ce soir par manque d'experience s'est transformée en perte de balle. Le coaching de Dinart sur N'guessan qui rate son match et qui persiste avec, est à revoir. Cela dit qualif en poche et les vacances bientot après 2 saisons non stop, c'est bien là l'essentiel

    • Etienne221 - le 15 juin 2017 à 12h57

      Pas compris non plus le faible temps de jeu d'Accambray alors que Tim était à la rue, ni la présence de Nyokas à l'aile alors que tu avais Honrubia sur la banc.
      Enfin on va pas se plaindre, Dinart a au moins le courage de changer ses cadres quand ça ne tourne pas. Gnesta ne faisait pratiquement aucune rotations quand ça ne marquait pas, en se disant que comme ce sont des grands joueurs, ils vont se reprendre…

  2. molin - le 14 juin 2017 à 20h36

    Au moins là c’est Claire que Nicolas sera le 2e DC derrière Nikola !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves