LdC (F)

Le Vardar bat le tenant du titre et accède à la finale

Crédit: EHF

La deuxième demi-finale du Final4 de la Ligue des champions féminine a été une rencontre à sens unique avec le Vardar Skopje prenant une avance conséquente dès les premières minutes face aux championnes d’Europe en titre du CSM Bucuresti. Les Macédoniennes disputeront leur première finale dans cette compétition.

Triple médaillé de bronze, le Vardar Skopje retrouvait pour la quatrième année consécutive le Final4 sans jamais atteindre la finale. Les Macédoniennes défiaient cette année les championnes d’Europe en titre du CSM Bucuresti, victorieux de Győr la saison passée après une séance de tirs aux buts.

Deux Françaises étaient également présentes de chaque côté dans cette demi-finale, Amandine Leynaud et Alexandra Lacrabère chez les Skopiotes, Camille Ayglon-Saurina et Gnonsiane Niombla côté roumain.

Les Macédoniennes ne semblaient absolument pas complexées face au tenant du titre au début du match, bien au contraire : les joueuses d’Irina Dibirova ont remarquablement entamé la partie, tant en attaque qu’en défense, avec plusieurs parades décisives d’Amandine Leynaud. Per Johansson, l’entraîneur bucarestois copieusement sifflé par le public hongrois lors de la présentation à cause de ses propos sur la Hongrie, a d’ailleurs très vite dû poser un temps mort (8e : 1–7). Seule Isabelle Gulldén, l’arme principale du CSM, est parvenue à marquer jusqu’à la douzième minute et le but de Bradeanu (4–9). La défense roumaine était quant à elle extrêmement laxiste, ne facilitant pas la tâche aux gardiennes, Grubisic et Ungureanu. Ensuite, les buts macédoniens se sont enchaînés à tous les postes, sur attaque placée mais aussi en contre-attaque, faisant ainsi prendre dix (!) longueurs d’avance au Vardar (24e : 8–19). Pour ne rien arranger côté roumain, Inna Suslina a arrêté trois penaltys. Le seul point noir pour les Skopiotes a été le carton rouge en toute fin de mi-temps à l’encontre de Tatyana Khmyrova pour une faute sur Carmen Martin en contre-attaque. A la pause, le Vardar a déjà réalisé une surprise en menant de huit buts (13–21).

Les choses ont repris de la même manière au retour des vestiaires, les Roumaines ont eu deux lueurs d’espoirs en revenant péniblement à sept longueurs (16–23, 20–27), mais à chaque fois, les Macédoniennes ont repris leurs dix buts d’écart (42e : 21–31). Dès que le CSM avait une infime chance de recoller, une erreur est venue se glisser dans le jeu et le Vardar a conservé sa confortable avance jusqu’au bout. Les Bucarestoises ne sont jamais parvenues à rentrer dans la partie et se sont logiquement inclinées contre une équipe skopiote surmotivée (33–38). Les coéquipières d’Alexandra Lacrabère joueront donc leur toute première finale de Ligue des champions contre Győr.

Après la rencontre, Gnonsiane Niombla nous a confié : « Le Vardar a réalisé un bon début, nous n’avons pas réussi à retrouver notre assise défensive ce qui leur a permis d’avoir un écart assez conséquent dès le début et nous avons couru après le score. Nous n’avons pas su nous révolter en deuxième période, je ne pas dire maintenant ce qui n’a pas marché mais je revois beaucoup trop erreurs de relances, défensives que nous n’avons pas eues tout au long de saison. Ce sont de très bonnes joueuses, talentueuses mais elles ont eu un arbitrage très favorable, je n’ai pas peur de le dire. Il reste encore cette troisième place qui n’est pas négligeable à aller chercher donc nous serons demain en tenue de guerre une nouvelle fois pour essayer de finir sur un beau match ».

Amandine Leynaud a de son côté déclaré : « Je pense que nous avons très bien démarré le match, cela a été la clé pour nous. Nous avons manqué la finale trois fois déjà mais aujourd’hui, nous avons été vraiment fortes dès le début et c’est ce qui nous a donné de la confiance. Nous avons ensuite maintenu l’écart et même lorsque les adversaires sont revenues, nous avons continué à marquer. Je suis extrêmement contente, je travaille durement depuis quatre ans pour cela et finalement, nous l’avons fait. Je suis très fière de toute l’équipe car ce n’était pas évident. La pression était grande mais nous avons une très bonne équipe. Je suis tellement heureuse pour toutes ces filles qui étaient avec moi durant ces trois années. Je ne sais pas si Győr aura une plus grande pression demain : elles sont habituées à ce genre de tension et elles joueront quasiment à domicile ».

Ligue des champions féminine, Final4, 2e demi-finale
CSM BUCURESTI–VARDAR SKOPJE 33–38 (13-21)
Budapest, Papp László Sportaréna, 12 000 spectateurs. Arbitres : Alpaidze, Berezkina (russes)
CSM : Niombla 8, Tortensson 5, Gulldén 4, Martin 4, Lobach 3, Curea 2, Manea 2, Mehmedovic 2, Ayglon-Saurina 1, Bazaliu 1, Bradeanu 1
Entraîneur : Per Johannsson
VARDAR : Penezic 7, Radicevic 7, Lekic 6, Lacrabère 5, Herrem 4, Covic 3, Damjanovic 2, Lazovic 2, Althaus 1, Khmyrova 1
Entraîneur : Irina Dibirova
Penaltys : 5/8, 0/2
Exclusions : 2 mins, 12 mins
Carton rouge : Khmyrova (direct)

Réactions en conférence de presse

Irina Dibirova : Notre jeu ne m’a pas surprise, nous nous sommes préparées pour cela. Les dix premières minutes ont été déterminantes. Aujourd’hui, nous célébrons puis nous préparerons la finale de demain.

Per Johannsson : Nous nous étions préparés depuis trois semaines. Le Vardar ne nous a pas surpris mais elles ont très bien fait ce qu’elles savent. Le premier quart d’heure a été mauvais pour nous.

Gnonsiane Niombla : Il faut que nous nous relevions après le match d’aujourd’hui car une nouvelle rencontre nous attend demain. Nous nous sommes battues mais cela n’a été n’a pas suffit.

Andrea Penezic : Un rêve est devenu réalité pour nous avec cette qualification pour la finale. Nous avons été fortes tant physiquement que mentalement.

A Budapest : Miklós Dorsch, Péter Kiss

Pub Espace Pronos EHFCL

4 CommentairesPoster un commentaire

  1. Sasori9 - le 6 mai 2017 à 20h08

    Le match est plié au bout de 15min de jeu.

    Per Johansson, l’entraîneur bucarestois copieusement sifflé par le public hongrois lors de la présentation à cause de ses propos sur la Hongrie,
    Ah bon ? il a dit quoi ?

    • ANues - le 7 mai 2017 à 03h11

      En quart de finale, le match retour s'est joué chez les hongrois de FTC. Il y avait qq centaines d'ultras qui auraient lancé des insultes (notamment à Gnosiane Niombla), puis de l'eau, de la bière, des briquets, de l'argent dans les cages d'Ungureanu (le match a d'ailleurs été arrêté plusieurs minutes pour calmer ces trous duc). Une pluie d'insultes à la din du match quand les joueuses sont retournées aux vestiaires, etc
      Après la victoire Per Johansen s'était fendu d'un message d'indignation, rappelant les insultes et la haine qu'entretiennent les hongrois envers les roumains

  2. Styx - le 6 mai 2017 à 20h36

    Oui match plié en 15mn , ça doit être horrible pour un entraîneur de voir son équipe à se point là déjouer, et pourtant pour les aficionados des changements ils devaient être servis , mais rien n a changé.tu peux être le plus grand entraîneur du monde quand va pas , ça va pas.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves