LdC (M)

Paris toujours pas sur le toit de l’Europe

En finale de la Champions League, le Paris Saint-Germain s’est incliné face au Vardar Skopje (23-24). Les Parisiens n’ont jamais maitrisé leur sujet et ont été battu sur la dernière action.

Si les Parisiens avaient fait étalage d’une grande sérénité hier en demi-finale, ce n’est pas exactement la même affaire en début de match. Nédim Rémili cafouille un nombre incalculable de ballons, Mikkel Hansen se fait croquer par Arpad Sterbik et en défense, ce n’est pas beaucoup mieux. Luka Cindric est encore tout frais, malgré sa performance d’hier en demi-finale, et il ne se prive pas pour le montrer. Il monte les ballons, envoie Alex Dujshebaev au shoot ou décale Timur Dibirov. Après vingt minutes de jeu, Paris est mené de trois buts (4-7, 19′) et peut remercier Thierry Omeyer si il est encore dans le match. Avec ses neuf arrêts dans le premier acte, le gardien parisien est décisif, tout autant que Nikola Karabatic, qui prend le poids du match sur ses épaules en fin de première mi-temps. Pendant que le Vardar cale, le demi-centre du PSG s’énerve et n’hésite pas à mettre la tête là où ses coéquipiers n’osent pas le faire. Il provoque deux fois deux minutes et score trois fois pour remettre Paris dans le bon sens et même mieux, devant. Car Thierry Omeyer stoppe la dernière tentative de Cindric et le PSG, après avoir été malmené pendant vingt minutes rentre au vestiaire avec un court avantage, 12-11.

Paris n’a jamais maitrisé son sujet

Mais tout devient compliqué pour une équipe quand le gardien de but passe d’extraordinaire à normal. La défense souffre face à la puissance physique macédonienne mais l’attaque patine. Car si Nikola Karabatic est au four et au moulin, ses coéquipiers ne se mettent pas au diapason. Alors Noka Serdarusic tente des choses, met en place un jeu à sept qui ne fonctionne pas plus, et donne l’opportunité au Vardar de marquer quelques buts dans la cage vide. Et même si Mikkel Hansen fait de la résistance, Skopje reprend la main sur le match, et trois buts d’avance au tableau d’affichage (17-20, 44′). Mais quand les ballons deviennent importants, les coéquipiers de Luka Cindric commencent à caler. Tandis que les Parisiens font, eux, parler leur expérience. Forcément, à ce jeu là, c’est tout de suite plus simple quand on a dans ses rangs Luc Abalo ou Daniel Narcisse. Les deux, sur des exploits individuels, maintiennent Paris dans le match, empêchent le bateau de chavirer et Thierry Omeyer ferme la boutique. Trois arrêts consécutifs et Paris a le ballon pour repasser devant, mais Hansen le perd et Dibirov s’en va convertir l’offrande (21-22, 54′). Qui aurait pu être le tournant du match, si Thierry Omeyer n’avait pas existé. Deux arrêts, dont un sur la première balle de match face à Dibirov, encore lui, permettent aux Parisiens de continuer à y croire, d’autant plus que Daniel Narcisse égalise en force à sept secondes du terme. Mais Ivan Cupic, décalé sur son aile, vient tromper Omeyer pour créer une des plus grandes surprises de l’histoire du Final Four (23-24, FM).

PARIS SAINT-GERMAIN HANDBALL – HC VARDAR SKOPJE 23:24 (12:11)
Arbitres : Lars Geipel, Marcus Helbig (ALL)

Paris : Skof (0 arrêt / 1 tir dont 0/1 pén), Omeyer (13 arrêts / 34 tirs dont 0/1 pén); Gensheimer (2/4 dont 1/2 pén), Mollgaard, Accambray, Stepancic (2/3), Kounkoud, Barachet, Rémili (3/5), Abalo (3/3), L. Karabatic, Hansen (4/7 dont 1/1 pén), Narcisse (4/6), Nielsen (0/1), N. Karabatic (5/6), Nahi

Skopje : Sterbik (8 arrêts / 31 tirs dont 1/3 pén), Milic; Stoilov, Ferreira (0/1), Maqueda (0/1), Derenven, Karacic, Dujshebaev (2/6), Abutovic (1/1), Canellas (2/4), Cindric (3/6), Cupic (3/3 dont 2/2 pén), Dibirov (6/9), Shishkarev (3/3), Borozan (3/7), Marsenic (1/1)

A Cologne, Kevin Domas

Pub Espace Pronos EHFCL

120 CommentairesPoster un commentaire

  1. Jo - le 4 juin 2017 à 19h50

    Il faudra m expliquer longtemps pourquoi PSG à 7 sec de la fin fait une défense tout terrain ?

  2. Jo - le 4 juin 2017 à 19h51

    Toujours pas convaincu par le jeu de PSG

  3. Jo - le 4 juin 2017 à 19h53

    Démission demandée et souhaitée du coach

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves