Mondial 2017

La Slovénie pour une première !

Slovénie-280117-5086

La Croatie a donc du mal avec les fins de matchs. Après avoir mené durant toute la rencontre, elle s’est inclinée dans les derniers instants face à la Slovénie qui a totalement changé de visage. C’est donc la première médaille dans un championnat du monde pour la sélection slovène. 

Visiblement la Croatie s’est vite remise de son échec face à la Norvège. Ou du moins elle a réussi à faire avec durant 45 minutes. Arrivés déterminés plus que jamais lors de leur entrée sur le parquet, ils affichent un visage bien plus conquérant que leur opposant. Très agressifs en défense, ils permettent à Ivan Sebetic de faire des arrêts quand le ballon parvenait jusqu’à lui. Parce quand ils les récupèrent, les contres sont cinglants. Manuel Strlek, se projette très vite vers l’avant pour marquer des buts faciles et l’écart se creuse assez rapidement (3-5, 9′). En somme, les Slovènes ne parviennent pas à répondre à leur adversaire. Tant Zarabec que Dolenec sont impuissants. Quelques éclats leur permettent de rester mais rien de bien convaincant. Pourtant les solutions sont présentes. En effet, le peu de fois où Gaber a été trouvé en pivot, les Slovènes ont marqué. Heureusement que Skok lui était dans son match pour faire sept arrêts qui ne sont pas négligeables mais pas suffisant pour que son équipe rentre au vestiaire avec de l’avance (13-18, MT). 

Horvat le chat noir croate

En deuxième mi-temps, on sent quand même un petit retour de la Slovénie. Pas de quoi inquiéter la Croatie qui montre toujours autant de sérénité. Même si elle encaisse un 2-0 à peine revenue sur le parquet, elle reprend vite le dessus. Ivan Stevanovic continue ce qu’il avait entrepris dans le premier acte. Ainsi, même lorsqu’ils sont en infériorité numérique, ils parviennent à ne pas prendre de buts et marquer. De quoi désespérer Vujovic qui ne sait plus quoi faire sur son banc tant ses joueurs étaient passifs en défense à certains moments. Cindric endosse le rôle du poison permettant de mener les ballons jusqu’aux ailes, où Horvat et Strlek sont impeccables et pourtant… Quand les Slovènes pallient à ces petites imperfections, ils sont capables de faire douter les rouge à damier notamment lorsqu’ils égalisent à trois minutes du terme (29-29, 57′) après un lob d’Horvat qui termine sur la barre. Un scénario impensé tant les Croates avaient dominé leur sujet… Incroyable surtout quand les Slovènes prennent l’avantage pour la deuxième fois du match à une minute du coup de sifflet final: « Les 15 dernières minutes sont extraordinaires, ils ne trouvaient plus rien en attaque, parfois ils n’arrivaient pas à tirer et nous on y arrivait au bout de 15 secondes » constatait Jure Dolenec. Un score que les coéquipiers de Duvnjak, qui prend le dernier tir, n’arriveront pas à changer. Ainsi, la Slovénie, qui a fait preuve d’un grand sens du combat pour remonter leur sept buts de retard dans le dernier quart d’heure, arrache sa première médaille dans un championnat du monde (31-30, FM). Une victoire historique qui en revanche a laissé des traces sur l’arrière droit de Montpellier, Vid Kavticnik sorti avec un bandage au genou droit en boitant. Ce ne sera pas cela qui gâchera la « grosse fête » qu’a annoncé Jure Dolenec pour fêter cette médaille historique « c’est important pour notre pays, on est que deux millions, on fait des bons résultats sportifs et grâce à cette médaille on va rester dans l’histoire du sport slovène » a-t-il conclu avec un énorme sourire.

De Paris, Maxime Cohen

 

Pub Espace Pronos EDF

8 CommentairesPoster un commentaire

  1. T44 - le 29 janvier 2017 à 00h19

    La Croatie à toujours été inconstante, dans ses matchs souvenons nous de 2009 à Zagreb, c’est même les mots et la tactique d’Onesta, amener les croates dans cette inconstance.

    C’est la que tu comprends pourquoi la l’équipe de France domine le monde masculin du Hand, les bleus sont une machine de constance, et quand l’équipe se troue elle se troue mais ne fait pas les montagnes russes. Aucunes équipes ne dégage cette sensation de constance, les danois sont souvent géniaux mais ont des ratés monstre, les jeunes suédois me semblent prendre la même direction, la Pologne n’a jamais été de mon point de vu une veritable grande nation, la Russie ne sera plus pour des raisons plus démographiques et économiques que sportive ce monstre d’antan, l’Allemagne paye son déclin démographique et surtout la forte concurrence des sports dans ce pays avec un basket qui prend de l’ampleur, ce qui donne une équipe avec des pépites mais un niveau globale moins élevé que les bleus, quant à l’Espagne c’est un peu la seule équipe qui sur certain point ressemble à la France dans ses matchs avec un sentiment de constance dans la performance, cependant le talent n’est pas du tout le même et la relève ne semble pas à la hauteur.

    Pour dire que les Croates avaient tous pour allez en finale mais ont craqués comme trop souvent dans le money time alors qu’il étaient en tête, je ne vois pas les français lâcher la bride si les bleus se trouvent devant avec un +2 ou +3.

  2. Sasori9 - le 29 janvier 2017 à 01h21

    Ca fait bcp de surprise, rien que ce mondial 2017 !! C'est rare ca. C'est marrant ca, à chaque fois qu'une compétition organisé en France, ce n'est pas une ou deux surprises mais à plus de 5 surprises. C'est effrayant !!!!!
    Les petites équipes se lachent ou quoi ??? On remarque que sur le podium, il y a deux nations qui n'ont jamais allé sur le podium. Les grandes nations sont tous éliminé en huitième et en quart.

    J'espère que la France ne va pas tomber dans le piège Norvégienne…. C'est pour ca que je méfie….

  3. Akwel - le 29 janvier 2017 à 08h50

    J’adore trouver des raisons démographiques à des résultats sportifs !! Il y plus de licenciés en Allemagne que d’habitants en Slovénie et en France qu’en Islande !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves