Satrligue – J17

Nîmes brise le signe indien

Dans une passe plus que négative à domicile avec quatre défaites de rang, l’USAM repart de l’avant et interrompt la série noire dans son antre du Parnasse par une victoire logique et méritée contre Cesson-Rennes (30-24, FM).

Dans une rencontre de la 17e journée qui sentait la poudre avant même le coup d’envoi entre deux équipes généralement engagées sur le plan physique, Nîmes concrétise une entame réussie marquée par son explosivité habituelle sur les ailes et les exploits individuels de Julien Rebichon (5-3, 12e). En place offensivement, l’Usam monte en puissance et intensifie sa domination sur le front de l’attaque pour prendre le large sur une formation bretonne dépassée (9-3, 17e). Le manque d’efficacité aux tirs de Cesson-Rennes se fait de plus en plus ressentir à l’exception de Jérémy Suty (10/17), qui limite la casse à lui tout seul sur ses prises d’initiatives aux neuf mètres. Mais la défense nîmoise pourtant mal en point depuis la reprise en février, retrouve progressivement de la prestance et de l’agressivité portée de main de maître par Aljosa Rezar en réussite sur l’ensemble des soixante minutes. Cloués au sol et incapables d’enchaîner des transitions rapides et incisives, les Cessonnais  jouent arrêtés et subissent les événements. Pourtant, le score à la pause est loin d’être insurmontable et laisse encore place au suspens (14-10, 30e).

L’Usam garde son sang froid sur la fin de match

Dans la continuité du premier acte, les coéquipiers de Snorri Gudjonsson poursuivent leur travail de sape et confortent le capital acquis dès le départ au tableau d’affichage (19-15, 43e). Les Bretilliens tentent d’inverser la tendance en retrouvant plus de solidité et de précision sur la base arrière amenée par la puissance et la confiance de Geir Gudmonsson et Jérémy Suty. L’assurance revient et Cesson-Rennes recolle à seulement trois unités (22-19, 47e). Cela reste temporaire puisque l’arrière garde nîmoise coupe systématiquement les liaisons avec les pivots adverses. Néanmoins, les trop nombreuses pertes de balle sonnent le glas des espoirs bretons utilisées à bon escient par Luc Tobie très pragmatique et altruiste sur les phases de contre-attaque (26-20, 54e). Les cinq dernières minutes ressemblent à un long fleuve tranquille pour des Nîmois en reconquête, qui n’ont pas eu à forcer leur talent pour venir à bout d’une équipe de Cesson-Rennes à contre temps (30-24, FM).

Réactions à chaud:

Yérime Sylla (entraîneur Cesson-Rennes): « Dans cette rencontre, on est retombés dans nos travers habituels avec de nombreuses pertes de balle et un manque d’engagement important, ce qui nous place dans une situation compliquée au classement. On est loin d’être sortis d’affaire car l’équipe s’est rapidement crispée dans le match à l’exception de la fin… Maintenant, il va falloir aller chercher les points à domicile pour assurer l’essentiel dans cette fin de saison avec le maintien. »

Quentin Dupuy (arrière gauche, Nîmes): « Ce soir, on gagne un match d’hommes par un écart de six buts même si la manière n’y était pas forcément. On a su mettre d’entrée de jeu une grande intensité défensive, ce qui nous a permis de prendre un avantage rapide et conséquent. La victoire est importante car Cesson-Rennes était un adversaire direct au classement et celle-ci nous relance également dans la course à une place européenne, même si la tâche s’annonce plus que difficile. »

Fiche technique :

NIMES : Desbonnet (0/2 arrêts dt 0/2 pen.), Rezar (15/36 dt 0/1 pen.) – Haon (0/2), Gallego, Rebichon (5/6), Salou (2/2), Podsiadlo (1/1), Hallgrimsson (5/6), Dupuy (2/6), Marroux (0/1), Gudjonsson (6/9 dt 4/5 pen.), Ferreiro (c., 2/4), Tobie (6/12 dt 0/1 pen.), Tesorière, Sretenovic, George (1/1).

CESSON-RENNES : Lettens (1/7 dt 1/2 pen.), Bonnefoi (12/34 dt 0/3) – Derbier (0/1), Suty (10/17 dt 3/3 pen.), Sall (0/2), Hochet (c., 1/3), Kamtchop (1/1), Le Boulaire (1/1), Lanfranchi (0/1), Maguy, Villeminot (2/7), Gudmonsson (3/9), Dore (2/2), Guillo (0/2), Davyes (4/8).

De Nîmes, Hugo Lauzy.

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. ricardtube - le 9 mars 2017 à 13h52

    bravo l'USAM. le match à dunkerque va être un tournant (un de plus) de la saison. si on perd la saison va se terminer en roue libre, si on gagne, l'Europe est encore jouable…

  2. Crazy Hand - le 10 mars 2017 à 07h22

    Suty dans l’autre camp l’an prochain…
    Plus Vozab, plus Nyateu… ça va commencer à faire mal !

  3. malauti - le 11 mars 2017 à 15h34

    on a retrouvé des couleurs, l'ambiance au Parnasse était là et les joueurs ont mouillé le maillot. En effet, Dunkerque sera décisif pour nous. D'accord avec Crasy Hand l'USAM de la saison prochaine… ça fait envie…. Allez la green

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves