Starligue – J22

L’USAM, un derby avant l’Europe ?

Il ne reste que cinq journées, et la lutte pour la cinquième place européenne fait rage. Quatre équipes peuvent encore y prétendre dont Nîmes, qui recevra Montpellier demain pour un derby qui s’annonce chaud bouillant.

Les USAMMontpellier sont devenus de vraies grosses affiches de notre championnat. Peut-être pas au niveau des Nantes-PSG ou des Montpellier-PSG, non, mais ces dernières années, les derbys languedociens ont souvent été de grosses oppositions. D’ailleurs, les hommes de Patrice Canayer avaient dû rendre les armes l’année passée dans un Parnasse en fusion (29-33). « Plus que du match contre Paris cette saison, où nous avons perdu à la fin, c’est de cette victoire la saison passée qu’il va falloir s’inspirer. Nous sommes face à un gros col après en avoir franchi un autre il y a quelques semaines en l’emportant à Nantes. Mais je pense que le derby de demain est encore plus compliqué, Montpellier est une des meilleures équipes européennes en ce moment » analyse Franck Maurice, le coach nîmois. Si la Green Team ne fait pas encore partie de cette sphère, elle compte parmi les équipes en forme en Starligue, avec cinq matchs sans défaite depuis début mars, après un mois de février compliqué, qui l’avait vu perdre quatre matchs de suite. « Il ne faut pas exagérer cette mauvaise passe non plus, nous avions joué deux fois Saint-Raphaël et à Paris » nuance le coach gardois.

Cinq finales pour atteindre l’Europe

La réception du voisin montpelliérain demain, outre la suprématie régionale, sera la première des cinq finales que les Nîmois disputeront jusqu’à la fin de la saison. Actuellement cinquièmes à égalité de points avec Chambéry, deux longueurs devant Aix et trois devant Toulouse, ils sont donc potentiellement qualifiés en coupe d’Europe, ce qui n’est plus arrivé depuis plus de vingt ans. Mais pour cela, il leur faudra affronter leurs trois concurrents directs d’ici début juin, en plus de recevoir Montpellier demain et de se déplacer à Ivry. Mais hors de question de mettre la charrue avant les bœufs. « Je veux d’abord penser à ce que nous sommes capables de produire, au collectif et on verra bien comment ça se termine. Etre européen n’était pas l’objectif en début de saison. On est, pour l’instant, dans la position du chassé, et on va voir si on est assez malins pour ne pas finir croqués. Pensons à nous-mêmes, ne nous mettons pas plus de pression que ça avec l’Europe » insiste Franck Maurice qui ne veut, pour l’instant, pas voir plus loin que le match face au voisin montpelliérain demain.

A la lutte avec Toulouse, Chambéry et Aix

Ses concurrents auront-ils d’ailleurs la partie plus facile que lui en cette vingt-deuxième journée ? Si on excepte Toulouse, qui vient d’interrompre sa série de six matchs sans victoire la semaine dernière, et qui se déplacera à Sélestat, il y a quand même des pièges à éviter en ce milieu de semaine. Aix recevra Ivry, qui reste sur une prestation de belle qualité face à Nantes et qui, assuré de se maintenir, se rendra en Provence libéré. Chambéry, de son côté, ira à Dunkerque, dont on ne sait pas exactement ce qu’il faut penser. Un soir conquérant (à Créteil ou face à Saint-Raphaël), un autre complétement hors sujet (en coupe de la ligue face à Nantes), les hommes de Patrick Cazal sont l’équipe imprévisible par excellence cette saison. Et Chambéry, qui ne l’a emporté que trois fois loin de ses bases cette saison, pourrait bien en faire les frais.

Paris et Nantes à l’abri, Saint-Raphaël beaucoup moins

Dans le haut du classement, pour Paris et Nantes, on sent venir la soirée sans gros soucis. Les Parisiens accueilleront Cesson, qui a presque assuré son maintien en l’emportant la semaine passée face à Dunkerque, et qui devrait le valider complétement en cas de victoire à domicile face à Sélestat dans trois semaines. Autrement dit, les coéquipiers de Nikola Karabatic vont surtout essayer de ne pas laisser de plumes en route, à quatre jours de leur quart de finale aller de Champions League face à Szeged. Pour Nantes, cela ne devrait guère être plus compliqué face à un Saran complétement à la dérive. Les hommes de Fabien Courtial avaient pris l’habitude d’enquiquiner leurs adversaires loin de leurs bases, mais au vu de leurs dernières sorties, on ne les voit pas ramener quelque chose de la Trocardière. En revanche, pour Saint-Raphaël, méfiance ! Créteil est toujours vivant, sa victoire à Chambéry l’a prouvé, et un nouveau gros coup contre les hommes de Joël Da Silva les mettrait en position idéale avant le Saran-Créteil décisif du 13 mai.

Le programme de la vingt-deuxième journée

Mercredi 19.04
Dunkerque – Chambéry à 20h00
Sélestat – Toulouse à 20h00
Créteil – Saint-Raphaël à 20h30
Nantes – Saran à 20h30
Paris – Cesson-Rennes à 20h45
Nîmes – Montpellier à 20h45 (en direct sur beIN Sports 3)

Jeudi 20.04
Aix – Ivry à 20h45 (en direct sur beIN Sports 3)

Kevin Domas

Pub Espace Pronos Starligue

9 CommentairesPoster un commentaire

  1. malauti - le 18 avril 2017 à 17h51

    Le Parnasse sera plein, ambiance assurée.. Montpellier c'est du très très haut niveau un derby reste un derby mais…. l'USAM en forme plus 3500 personnes derrière eux …. faut y croire. Allez l'USAM GOOOOOOOOOOOO

  2. Syahn - le 18 avril 2017 à 18h16

    Dingue quand même, j'avais annoncé une grosse saison de l'USAM, mais se retrouver à pouvoir être européen malgré une reprise post mondial absolument catastrophique c'était clairement pas dans mes prévisions.

    • jbclamence35 - le 18 avril 2017 à 18h42

      D'accord avec toi. Mais en même temps, ça n'a pas suivi derrière entre Chambé, Aix et Toulouse..

      Et puis j'adoooooooore cette équipe nîmoise notamment les deux frères siamois Gallego-Rebichon qui montrent vraiment tout le talent qu'ils ont en plus d'une grinta fantastique !!

      Bon je soutiendrai quand même Montpellier, mais si Nîmes gagne, ça me fera quand même plaisir, ce serait cool de les voir européens l'an prochain, d'autant plus qu'ils auront l'effectif pour.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves