LNH – J11

Saint-Raphaël s’offre un précieux nul à Nantes

En arrachant au buzzer un nul sur le parquet nantais au terme d’un final explosif, le SRVHB a démontré qu’il retrouvait des couleurs. Rageant, tant la victoire était possible… mais les sourires étaient bien là !

Le technicien raphaëlois ne s’en cachait pas avant la rencontre : « Si on veut espérer quelque chose de sympa dans cette saison chaotique, il ne faudra pas perdre ici. » Et comme les aficionados du H le scande si souvent : ici, c’est Nantes ! Sauf que la rage du SRVHB a eu raison d’une équipe parfois trop approximative et peut-être au collectif moins solidaire.

Avec un Megannem lançant ses coéquipiers sur le bon rythme, les hommes de Christian Gaudin lançaient la machine sans attendre (2-2 3e, 3-4 9e). Plus mobiles, proposant plus de variété offensives, les Sudistes secouaient une formation s’appuyant invariablement sur sa triplette espagnole Entrerrios-Maqueda-Rivera.

Et c’était justement ce qui allait faire mal aux Nantais, leurs hôtes s’ingéniant à cadenasser tout accès à Entrerrios, véritable maître à jouer. Il fallait tout le caractère de Siffert, en grande forme actuellement, pour limiter la casse (7-9, 23e), ses comparses peinant à contenir les assauts raphaëlois (9-12 , 27e). Une fois de plus, dans les ultimes minutes du premier round, ce dernier leur sauvait la mise tandis que ce diable de Rivera infligeait quelques tangos à ses adversaires et offrait un peu d’air aux représentants de la cité des ducs.

Money time de feu

Suffisant pour retrouver le vestiaire avec les compteurs points au même niveau (12-12, 30e), mais pas pour décourager des Jaune et Bleu repartant illico de plus belle après la pause. Car si une danse collé-serré se dessinait (16-16, 38e), rien ne laissait envisager quelconque délicatesse entre les deux clans.

En témoigne la salve d’exclusions temporaires qui risquaient de mettre en porte à faux les protégés de Gaudin, avec trois joueurs à deux fois deux minutes à vingt minutes du terme… Et pourtant à aucun moment le SRVHB ne baissait d’intensité, à l’image d’un Abily continuant à aller au charbon (20-21, 46e) et une défense 0-6 posant de sérieux problèmes aux pivots locaux.

Djukanovic et Maggaiez, impériaux, gelaient le score (22-22, 54e), amorçant un money-time de feu.

Gaudin priait alors ses ouailles de prendre leur temps histoire de ne pas précipiter la moindre option… (24-23, 58e), contrairement à Maqueda et ses amis, multipliant les immanquables et ne profitant pas de leurs efforts défensifs.

La guerre des nerfs explosive que les locataires de Beaulieu comptaient bien remporter grâce à un huitième homme survolté ne surclassait toutefois pas la rage et l’orgueil de Caucheteux et ses amis allant chercher un nul plus que mérité.

 

NANTES : 24

SAINT-RAPHAEL : 24

Thierry ANTI : “On a eu très très chaud contre une équipe raphaëloise qui bien qu’amputée de joueurs majeurs, Krantz et Juricek pour ne citer qu’eux, propose vraiment un très bon handball. J’avais entre autres demandé aux gars de cibler Abily, très en forme en ce moment. On a raté tellement d’immanquables,  peiné en première à trouver de la solidité défensive.  Alors ce point de gagné n’est pas si décevant car même si l’on est devant à quelques secondes du buzzer, Saint-Raphaël nous tient tout le match! On n ‘a pas su, toutefois, profiter des quelques minutes à notre avantage en seconde période. “
Christian GAUDIN : “Avec tous les pépins qui nous sont tombés de dessus, le courant branché en alternatif, ce point fait vraiment du bien. Surtout avec cette manière et chez un adversaire comme Nantes…
Je joue sans pivot depuis un mois , cela ne facilite pas les choses. Et l’absence de rotations aurait pu nous coûter cher..; Mais les gars ont vraiment montré ce que j’espérais.
On fait un beau match contre Chambéry, on part en farigoulette en EHF  : alors je ne savais pas trop sur quel pied danser avant ce match.
Je leur ai dit que si l’ont voulait passer une deuxième face agréable, motivante, il fallait réussir cette fin 2012. C’est bien parti, d’autant qu’on enchaine avec deux réceptions : Toulouse et Billère. Si on arrive à prendre les deux, on passera des fêtes tranquilles afin de reparti au mieux en 2013.”

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).