Pro D2 – J12

A en perdre la tête !

L’avant dernière journée des matches allers de Pro D2 a été riche en surprises. Nîmes, Mulhouse, Vernon et Chartres ont été battus et relancent ainsi le suspense en milieu de tableau. Hormis Semur, les mal classés ont retrouvé un second souffle à une heure de la trêve.

Mulhouse a pris l’eau vendredi à domicile face à Valence, 10ème de Pro D2 avant la rencontre. Les hommes de Brahim Ighirri enregistrent ainsi leur troisième défaite d’affilée à domicile, une statistique inquiétante pour une formation qui a clairement affiché ses ambitions d’accession en LNH. Hormis pendant les douze premières minutes (6-4), le MHSA n’aura jamais donné l’impression de pouvoir inquiéter Valence. Tirs ratés, pertes de balles : en douze minutes, Mulhouse encaisse un 9-1 (7-13). Brahim Ighirri pose un temps mort pour recadrer ses joueurs, mais rien n’y fait. Marroux et Roby sont auteurs à eux deux de 15 des 27 buts valentinois.  Avec six longueurs de retard à la pause (9-15), Mulhouse est méconnaissable. Six minutes après le retour des vestiaires, le MHSA replonge dans ses travers, à l’image de Martin (0/6) ou Chauvin (2/7). Sous les sifflets du public, Mulhouse s’incline lourdement (18-27) et devra relever la tête la semaine prochaine pour le choc au sommet à Nîmes. Entre temps, son président Pascal Dolfus menace de démissionner …

Dans le choc au sommet de la 12ème journée, c’est Dijon qui a pris le meilleur sur Nîmes. Hormis en tout début de rencontre et à l’approche des dix dernières minutes, l’USAM n’a jamais mené au tableau d’affichage. La faute à Pierrick Naudin (9/11) et ses coéquipiers qui ont confirmé que Dijon serait bel et bien présent cette année pour jouer la montée. Les 11 réalisations de Guillaume Saurina n’auront pas suffi à l’USAM qui n’a compté au maximum que deux longueurs d’avance (2-4, 5’). Dijon, qui bascule en tête à la pause grâce à Kiour (15-12), va se faire une petite frayeur à l’approche du dernier quart d’heure (21-22, 47’) mais va trouver les ressources nécessaires pour reprendre l’avantage et décrocher un succès important (29-28).

Une autre équipe de haut de tableau est également tombée ce week-end. Chartres, pourtant en tête pendant une grande partie du match, a lâché prise dans les dix dernières minutes à Angers (21-20). Emmenés par un Diarra des grands soirs (8/12), les angevins ont réalisé le coup parfait à domicile. Et pourtant, fort de son statut d’outsider pour la montée en LNH, Chartres impose son rythme en début de rencontre. Un 4-0 avec Cherblanc, Paillasson et Molinié permet aux visiteurs de prendre les commandes (3-7, 16’). Chartres gère son avance, et compte cinq buts d’avance à la pause (7-12). Angers revient sur le terrain avec la ferme intention de recoller rapidement au score. Un 4-0 angevin en milieu de seconde période relance le suspense (16-16, 46’). La fin de rencontre est incertaine, les deux équipes se rendant coup pour coup. Klimek inscrit le but de la victoire (21-20), pour le plus grand bonheur du public de Jean Bouin. Grâce à ce succès, la formation de David Peneau revient en course pour les play-offs.

Pour Istres, les semaines se suivent et se ressemblent. Battus le week-end dernier contre Mulhouse (21-22), les istréens ont à nouveau échoué dans leur objectif de remontée au classement face à Nancy. Pourtant, Istres a dominé pendant une grande partie du match une équipe nancéenne au finish impressionnant. Avec Gomis et Rezniceck à la finition, les hommes de Christophe Mazel prennent le match à leur compte (4-10, 15’), profitant des erreurs de Nancy pour creuser un écart conséquent. Le temps mort posé par Thierry Thoni permet aux nancéens de retrouver leur efficacité aux tirs. Chardon, Ilic et Horac permettent notamment à Nancy de recoller au score à la pause (13-13). Tout est à refaire pour Istres. La seconde période est une succession de duels acharnés entre les deux équipes. Aucune ne parvient à prendre une avance significative au tableau d’affichage (19-19, 46’). Dans les cinq dernières minutes, Nancy inscrit un 3-0 décisif qui offre une victoire bienvenue dans la lutte pour le maintien.

Besançon a créé la surprise vendredi en dominant une équipe de Vernon qui a complètement craqué en seconde mi-temps (35-28). Dans le sillage d’un Adrien Claire en pleine réussite (9/10), l’ESB réalise un début de match appliqué, répondant aux offensives de Gérard et Martily (6-7, 17’). Le carton rouge de Gracia à trois minutes de la pause offre alors une belle occasion à Besançon de prendre les commandes du match et de rentrer aux vestiaires en tête (14-12). Vernon s’en remet à Gérard pour repartir de l’avant (16-16, 46’), mais ne parviendra plus à recoller au score par la suite. Besançon maintient une avance de trois ou quatre buts, avant de passer la vitesse supérieure et de profiter de la baisse de régime de Vernon. Le suspense n’existe plus, l’ESBM s’impose largement (35-28) face à un prétendant aux play-offs.

A domicile, Gonfreville est allé chercher un succès important dans la lutte pour le maintien en s’imposant contre Massy (24-23). Les hommes de Dragan Mihailovic ont fait la course en tête pendant près de soixante minutes, sans jamais prendre un avantage significatif. Plus appliqués aux tirs en début de match, ils concrétisent leur domination avec une avance de 3 buts (5-2, 11’). Massy réagit avec Vizio et Réault, ce dernier offrant un score de parité à la pause (9-9). Le duel se poursuit, avec un véritable mano à mano (15-15, 41’). Un tir sur le poteau et une mauvaise passe essonnienne offrent à Gonfreville l’opportunité de reprendre les devants (18-16). Mais Massy revient à hauteur de son adversaire qui, sur une réalisation de Soltane à 13 secondes de la fin, vient cueillir son troisième succès de la saison.

Le grand perdant du week-end en bas de tableau est sans conteste Semur-en-Auxois. Alors que tous ses concurrents directs se sont imposés, le club bourguignon a encaissé un 6-1 décisif en fin de première période à Pontault-Combault. Emmené par Mathis Geisen et Adama Ouedraogo, Pontault a livré une prestation très encourageante, preuve que le mois de novembre et ses défaites semblent appartenir au passé. William Holder a même pu faire tourner son effectif en fin de rencontre et conforter un écart conséquent (34-24).

Quand Thierry Omeyer réalise 21 arrêts en 1’30 min !


Thierry Omeyer RNL – Kiel by HandNews

Pub Espace Pronos Proligue

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).