Euro 2014

Et les qualifiés sont…

EHF_EURO_DEN_14_Logo_Small

Les derniers matchs de la phase de qualification pour l’Euro 2014 offrant les derniers sésames pour le Danemark avaient lieu ce week end. Retour sur ce week end aux quatre coins de l’Europe riche en rebondissements.

  • Groupe 1: Espagne (12 pts), Macédoine (6 points), Portugal (5 points), Suisse (1 point)

L’Espagne, qualifiée depuis le mois d’avril, n’avait plus rien à jouer contre la Suisse mais Manolo Cadenas a joué la sécurité pour sa deuxième sortie officielle en présentant l’équipe type hormis dans les buts où le parisien Sierra et le néo-toulousain Perez de Vargas profitaient de l’absence de Sterbik pour grappiller du temps de jeu. Emmenés par Entrerrios et le revenant Juanin Garcia (4 buts chacun), les Ibères se sont facilement imposés 29-16 sur des Suisses qui alignaient une équipe expérimentale dont la moyenne d’âge atteignait à peine 24 ans.

L’autre match opposait la Macédoine au Portugal à Skopje. Le Portugal devait faire au minimum match nul pour pouvoir participer à l’Euro, leur dernière participation remontant à 2006. Mais la Macédoine n’aura pas laissé beaucoup d’espoir aux lusitaniens, la mi temps étant sifflée avec 4 buts d’avance pour les locaux (14-10). La deuxième mi temps sera dans la continuité, Lazarov (9buts) et le demi centre Mirkulovski (7 buts) continuant d’asséner des coups de boutoir à Solha (6 buts) et Ferraz (6 buts), bien trop isolés dans le collectif portugais. Le match se clôturera sur le score de 26-19 et une sensation de gâchis  côté portugais tandis que les 7000 spectateurs macédoniens célébraient leurs joueurs en héros.

[divider]

  • Groupe 2: République Tchèque (8 pts), Monténégro (8 points), Allemagne (6 points), Israël (2 points)

La République Tchèque recevait le Monténégro pour un match décisif. Grâce à sa victoire en avril dernier face à l’Allemagne, la République Tchèque avait besoin au minimum d’un nul contre le Monténégro, déjà qualifié, pour composter son billet pour le Danemark. Dès le début du match, les Tchèques ont pris les commandes et ne les ont pas lâchées jusqu’au coup de sifflet final. Emmenée par un Filip Jicha des grands jours (10 buts), la République Tchèque atteignait la mi temps avec un matelas confortable de 7 buts (16-9). Le Monténégro tentera de revenir au score via Sevaljevic (9 buts) mais les Tchèques l’emporteront aisément 30-25. Ce match aura vu les premiers buts en sélection nationale de deux arrières plein de potentiel:  le tchèque Kasal, arrière gauche de 19 ans toisant à 2m09 et évoluant dans l’équipe B du Barça et le monténégrin Lipovina, arrière droit de 20 ans, fraîchement recruté par le Vardar Skopje et qui sera une des attractions de la prochaine Ligue des Champions.

La victoire de la République Tchèque a condamné l’Allemagne qui jouait simultanément contre Israël. Les Allemands ont malgré tout fait le boulot en multipliant les contre attaques permettant à Patrick Groetzki d’inscrire un 10/10 en une mi temps (21-12 à la mi temps). Johannes Sellin et Kevin Schmidt ont aussi eu leur part de gâteau sur les ailes avec respectivement 7 et 9 buts. En face, seul Chen Pomeranz (6 buts) évoluait à un niveau habituel. Le match se clôturera sur le score flatteur de 38-19 pour l’Allemagne mais qui ne cache pas contre performances successives de ces derniers mois, barrant la route de l’Euro à la formation de Martin Heuberger qui devrait malgré tout être confirmé dans ses fonctions.

[divider]

  • Groupe 3: France (12 pts), Norvège (8 points), Lituanie (2 points), Turquie (2 points)

La France déjà qualifiée, n’aura eu aucun soucis pour se défaire de la Turquie (31-23), le compte rendu de la rencontre est disponible ici.

La Norvège, qualifiée depuis mercredi dernier, aura effectué une petite revue des troupes contre la Lituanie. Hormis Erevik dans les cages, aucun joueur du 7 de base ne dépassait les 25 ans. La base arrière animée par le jeune Eivind Tangen (20 ans et 5 buts pour sa première sélection) associé aux deux Dunkerquois Rambo (5 buts) et Lie Hansen (4 buts) a permis à la Norvège de prendre le large dans une première mi temps très offensive (22-15). La deuxième mi temps aura vu le réveil de la Lituanie par l’intermédiaire de Malasinskas (6 buts) et Babarskas (7 buts) mais ça n’aura pas suffi et les lituaniens s’inclinent finalement 34-29.

[divider]

  • Groupe 4: Croatie (10 pts), Hongrie (7 points), Slovaquie (4 points), Lettonie (3 points)

Avec une qualification acquise mercredi dernier, la Croatie recevait la Lettonie sans pression. Slavko Goluza a néanmoins profité de cette occasion pour faire travailler ses cadres, notamment Duvnjak, Buntic et Cupic (5 buts chacun) tandis que les Lettons, bien que déjà menés 17-13 à la pause, n’ont jamais abdiqué, pratiquant un jeu collectif permettant à six joueurs d’inscrire 3 buts ou plus. Le match se terminera sur le score de 26-24.

De son côté, la Hongrie, elle aussi qualifiée depuis mercredi, a préféré procéder à quelques tests contre la Slovaquie. Ainsi de nouvelles têtes étaient présentes parmi les Hongrois à l’image de Balogh, l’arrière droit de 24 ans de Pick Szeged sélectionné pour remplacer Nagy, ou l’ailier droit Szalafai (28 ans), testé sur un poste qui manque cruellement de qualité chez les hongrois depuis le départ d’Ivancsik. Côté slovaque, on retrouve toujours Sulc (8 buts) et Stranovsky (7 buts) à la baguette dans un match riche en suspense. La Hongrie virait en tête (16-15) à la pause, mais les Slovaques n’ont pas abdiqué et malgré les 7 buts de Csaszar, la Slovaquie s’imposera sur le fil (30-31).

[divider]

  • Groupe 5: Suède (10 pts), Pologne (10 points), Pays Bas (2 points), Ukraine (2 points)

Mathématiquement qualifiée depuis mercredi, la Suède a pu tranquillement travailler son rajeunissement contre les Pays Bas. Ainsi Anton Halen (ailier droit, 22 ans), Andreas Cederholm (arrière droit, 23 ans) et Markus Olsson (arrière gauche, 23 ans) se sont vus confier les clés du camion suédois, encadrés par les expérimentés Petersen (8 buts) et Fahlgren (6 buts). En face, les Pays Bas n’auront tenu que 25 minutes avant d’exploser, terminant la rencontre à 11 longueurs (34-23) des suédois.

A l’image de la Suède, la Pologne avait aussi acquise sa qualification quatre jours plus tôt mais Michael Biegler a préféré jouer la carte de la sécurité contre l’Ukraine en espérant un faux pas de la Suède et ainsi terminer premier et bénéficier d’un tirage plus clément pour la phase finale. Cela n’a pas été le cas, mais les expérimentés Kubisztal (6 buts),  Kuchczynski (5 buts) et Wisniewski (4 buts) en ont profité pour montrer qu’ils avaient encore de beaux restes. L’Ukraine avait déjà abandonné à la mi temps, menée de 6 buts (13-7) et malgré la belle performance de l’ailier droit Kumogorodsky (7 buts), l’Ukraine terminera le match sans jamais avoir menacé les polonais (27-22).

[divider]

  • Groupe 6: Islande (10 pts), Biélorussie (9 points), Slovénie (5 points), Roumanie (0 point)

Déjà qualifiée depuis avril grâce à ses deux victoires en double confrontation contre la Slovénie, l’Islande a profité de son dernier match à domicile contre la Roumanie pour faire ses adieux à la légende Olafur Stefansson. Et malgré ses 39 ans, Oli est loin d’être fini, en attestent ses 8 buts et 9 passes décisives. Menés à la pause 14-15, les Islandais se sont révoltés en seconde période grâce à l’increvable Sigurdsson (12 buts) qui finit meilleur buteur de ces qualifications, tous groupes confondus. L’Islande s’impose ainsi 37-27 face à une équipe de Roumanie qui, après une piètre campagne de qualification, semble vouloir tout reconstruire, aucun joueur du groupe ne dépassant les 30 ans.

L’autre match entre la Biélorussie et la Slovénie renfermait bien plus d’enjeu. En effet, l’équipe sortant vainqueur de ce duel verrait son billet pour le Danemark validé. Dans une salle de Ljubljana quasiment comble, slovènes et biélorusses sont quasiment dos à dos à la mi temps (17-18). C’est en deuxième période que Vitali Charapenka, le gardien biélorusse, est sorti de sa boîte permettant aux frères Rutenka (5 buts chacun) et à Pukhouski (10 buts) d’inscrire les buts importants en attaque. En face, Bilbija (7 buts) et Kavticnik (5 buts) n’auront pas suffi à éviter la défaite 33-35 qui s’est profilée dans les dernières minutes. La Slovénie passe donc à la trappe après sa 4e place au dernier Mondial tandis que la Biélorussie participera à son deuxième Euro après celui de 2008.

[divider]

  • Groupe 7: Serbie (9 pts), Autriche (8 points), Russie (6 points), Bosnie-Herzégovine (1 point)

La Russie peut dire merci à sa bonne étoile. En tête du groupe avant les deux dernières journées, les Russes avaient déjà enregistré une défaite contre la Serbie mercredi dernier. Une nouvelle défaite contre l’Autriche les rendaient dépendants des résultats des autres groupes, le meilleur troisième des sept groupes se qualifiant pour l’Euro. Et les Russes n’ont pas été déçu de leur voyage en Autriche. Malmenée en première période, la Russie atteint difficilement la mi temps sur un score de parité (12-12). L’aile droite autrichienne aura mis le feu à la défense russe pendant tout le match, le jeune et talentueux Raul Santos (6 buts) dans un premier temps, puis l’expérimenté Conny Wilczynski (6 buts) ensuite. En face, les Russes pratiquent toujours le même jeu stéréotypé, amenant Dibirov (6 buts), Atman (5 buts) ou Gorbok (5 buts) à la finition. Mais c’était sans compter sur le vétéran Viktor Szilagyi (6 buts) qui douchera les espoirs russes en fin de match, permettant à l’Autriche de s’imposer 30-25 et ainsi de se qualifier pour la première fois via la voie sportive (qualifiée pour l’Euro 2010 en l’organisant). Les Russes évitent le scandale de justesse en finissant meilleur troisième et compostent donc leur ticket pour le Danemark par la petite porte.

Troisième du groupe lors de sa nomination à la tête de la Serbie, Ljubomir Vranjes aura amené les serbes à la première place du groupe grâce à une belle victoire contre la Russie, en Russie, ainsi qu’une victoire attendue contre la Bosnie ce week end. De nouvelles têtes sont même apparues ces derniers jours à l’image de l’ailier gauche Filip Marjanovic (7 buts) ou du retour en grâce de Nemanja Zelenovic (3 buts). Côté bosnien, le chambérien Panic (3 buts) et le néo-cessonnais Celica (2 buts) n’auront pas pesé lourd dans la balance, encore serré à la mi temps (13-12), le score s’est décanté en deuxième mi temps, la Serbie clôturant sa campagne sur une victoire 30-23.

[divider]

Les 16 nations participant à l’Euro sont donc: Danemark (organisateur), Espagne, Macédoine, République Tchèque, Monténégro, France, Norvège, Croatie, Hongrie, Suède, Pologne, Islande, Biélorussie, Serbie, Autriche et Russie. 

L’Allemagne (quart de finaliste du dernier Mondial) et la Slovénie (demi finaliste du dernier Mondial) passent donc à la trappe, preuve du nivellement par le haut qui a lieu en ce moment parmi les équipes européennes.

 

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. améno73 - le 17 juin 2013 à 17h22

    Quelle était la règle permettant de distinguer les troisièmes des différents groupes ? Puisque l'Allemagne et la Russie terminent tous les 2 avec 6 points, comment ont-ils été départagés ?

  2. Lövgren - le 17 juin 2013 à 17h27

    Sont pris en compte les résultats contre les premiers et deuxièmes de chaque groupe. A ce jeu, la Slovaquie, l'Allemagne, le Portugal et la Russie avaient 2 points, mais la Russie avait le meilleur goal average avec 0, contre -18 pour la Slovaquie, -21 pour le Portugal et -3 pour l'Allemagne.

  3. Sk. - le 17 juin 2013 à 17h37

    Déçu par la Slovénie. Leur groupe était relevé, certes, mais je les voyais quand même dominer tranquilement la Biélorussie. Finalement, le mondial plein d'espoir des deux nations que sont l'Allemagne et la Slovénie n'aura pas empêcher une sacrée contre performance dans ces éliminatoires…

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).