LdC – Finale

Hambourg sacré à la surprise générale

IMG_8130Après avoir éliminé le tenant du titre Kiel, les Allemands d’Hambourg retrouvaient sur leur chemin l’autre grand favori de l’épreuve, les Espagnols de Barcelone, pour la grande finale de cette Ligue des Champions 2012/2013.

L’ambiance est surchauffée dans les premières minutes. Les Allemands mettent une grosse pression, bien aidés par la salle, toute acquise à leur cause. Et pendant que Saric et Bitter se répondent à coup d’arrêts, Lijewski est déjà dehors au bout de quatre minutes. Le rythme est bien plus calme qu’hier, et cela convient parfaitement aux Espagnols et notamment à Eduardo Gurbindo, qui marque son deuxième but après sept minutes (3-2, 7′). Les décisions arbitrales favorables à Barcelone s’accumulent, ce qui ne fait qu’accroitre la pression mise par le public. Mais les blaugrana semblent insensibles et s’appuient sur la réussite de leurs ailiers pour creuser le trou. Juanin puis Tomas sont intraitables, et Barcelone prend deux buts d’avance (6-4, 14′).Le match est haché, les deux équipes multiplient les fautes et sont régulièrement à la limite, même si Igor Vori n’hésite à simuler un peu pour provoquer des exclusions temporaires. C’est d’ailleurs sur une d’entre elles qu’Hans Lindberg, isolé sur son aile droite, égalise. Mais Saric veille et son début de match est impressionnant de sérénité, et il est bien aidé par sa défense, qui va chercher très loin Lijewski et Hens pour les empêcher de se lancer (9-8, 22′). Mais si les Hambourgeois éprouvent des difficultés à marquer, les Espagnols se sont pas beaucoup mieux lotis. Rutenka veut tout faire et perd de nombreux ballons, Montoro n’ose pas prendre sa chance de loin et il faut un but de Cédric Sorhaindo pour remettre le Barca deux buts devant. L’écart est maintenu grâce au neuvième arrêt de Danijel Saric, et Barcelone rentre aux vestiaires avec deux buts d’avance (11-9, MT).

Martin Schwalb change son fusil d’épaule au retour des vestiaires et choisit de laisser sur le banc Domagoj Duvjnak et Pascal Hens et de faire entrer Michael Kraus et Blazenko Lackovic. Le Barca s’adapte immédiatement et dans le sillage de Saric, toujours lui, prend pour la première fois trois buts d’écart sur une contre-attaque de Victor Tomas (13-10, 35′). Mais cette belle période ne dure pas et Hambourg, grâce au deuxième but de Duvjnak dans la partie, conclut un 3-0 pour revenir à égalité, excluant Juanin Garcia par la même occasion. Tout est à refaire pour les Catalans qui, défensivement, éprouvent de grandes difficultés à fermer sur les pivots adverses. En attaque, Raul Entrerrios est inexistant, et c’est tout logiquement que sur un but d’Igor Vori, Hambourg prend l’avantage pour la première fois du match, obligeant Xavier Pascual à poser son temps-mort (15-16, 42′). Les deux équipes se rendent coup pour coup, et la rentrée de Michael Kraus a fait un bien fou à Hambourg. Il accélère le rythme de ses coéquipiers et n’hésite pas à prendre sa chance, avec réussite. Saric est incapable de lire ses tirs et alors que Pascual pose un deuxième temps-mort, il est remplacé par Sterbik pour les douze minutes restantes (18-20, 48′). Et alors que dans un premier temps, Sterbik réalise trois arrêts de suite pour remettre le Barca à égalité, Hambourg s’en remet à ses deux hommes providentiels de la soirée, Johannes Bitter et Michael Kraus. Le petit demi-centre, mis au placard depuis le début de l’année, réussit tout ce qu’il tente et inscrit deux buts de suite. Le Barca perd son handball et perd les ballons, Petersen donne quatre buts d’avance à Hambourg et Jansen rate la contre-attaque du +5 à cinq minutes du terme, encore stoppée par Sterbik (20-24, 54′). Et alors qu’on croit le Barca enterré, une double exclusion temporaire le remet sur les rails. Kraus, désormais pris en stricte, loupe son premier tir du match, et dans la foulée c’est Noddesbo qui remet son équipe à un but alors qu’il reste trois minutes et Victor Tomas égalise tout de suite après. Les dernières tentatives de Lindberg et de Rutenka ne donnent rien, Sterbik et Bitter ferment leurs cages, et les deux équipes vont en prolongation (25-25, FM).

Et dès que le jeu reprend, le diable Duvjnak se réveille et profite d’un passage en force d’un Montoro particulièrement emprunté pour donner deux buts d’avance à Hambourg. Sur cette première période de prolongations, l’attaque du Barca ne répond plus et sa défense a du mal à contenir les deux feux follets Kraus et Duvjnak. Le tir direct de Montoro passe au dessus de la barre, et à la mi-temps des prolongations, Hambourg a deux buts d’avance (26-28, MT Pr.). Mais encore une fois, le Barca renait de ses cendres. Un échec de Vori, deux buts de Juanin et de Tomas, et les deux équipes sont à égalité alors qu’il reste trois minutes. C’est finalement Johannes Bitter qui règle le sort de tout ce petit monde. Il stoppe les tentatives de Gurbindo puis de Juanin et offre à Hambourg son premier succès en Champions League de son histoire. (29-30, FM).

EHF Champions League, Finale
BARCELONE
29 (11) (25)
HAMBOURG
30 (9) (25)
Cologne, Lanxess Arena
Arbitres: Kenneth Abrahamsen, Arne Kristiansen (NOR)
Nöddesbo
Juanin Garcia
Tomas
Entrerrios
Sorhaindo
Sarmiento
Montoro
Gurbindo
Jernemyr
Aguirrezabalaga
Rutenka
Stranovsky
Rocas
Morros
3/3
3/6
7/8
0/3
1/1
2/7
1/2
3/5
0/0
0/0
8/14 dont 2/2 pén
1/2
0/0
0/0
Kraus
Schröder
Duvjnak
Jansen
Lackovic
Flohr
Vori
Lindberg
Terzic
Nilsson
Lijewski
Hens
Petersen
6/8
0/0
4/11
2/4
2/2
0/0
2/3
6/8 dont 3/4 pén
0/0
0/0
3/11
0/2
5/5
Sterbik
Saric
8 arrêts / 17 tirs
10 arrêts / 31 tirs dont 0/2 pén
Bitter 17 arrêts / 46 tirs dont 0/2 pén
Entraîneur: Xavi Pascual Entraîneur: Martin Schwalb
Exclusions: 8 min (Noddesbo, Garcia, Gurbindo, Jernemyr) Exclusions: 8 min (Lijewski, Flohr, Vori x2)
HandNews & CasalHand
Pub Espace Pronos EHFCL

4 CommentairesPoster un commentaire

  1. Alexandre - le 2 juin 2013 à 23h44

    Bravo à Hambourg, c'est très fort ce qu'ils ont fait.

    En revanche, c'est vraiment insupportable le vrombissement permanent des "vuvuzelas".

  2. Alli - le 3 juin 2013 à 12h39

    Sauf que c'pas des Vuvuzelas ; mais des cornes de brume.

    • Alexandre - le 3 juin 2013 à 14h39

      Pour ça que j'ai mis des guillemets parce que je n'étais pas sûr et que le résultat est le même.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).