LFH – Besançon

Faisons connaissance avec… Sladjana Pop-Lazic

Pop Lazic

Crédit photo : ESBF

“Faisons connaissance avec…” est la nouvelle chronique LFH d’Handnews.fr . Pour découvrir les joueuses étrangères qui évoluent cette année au sein de notre championnat, une fille se confiera régulièrement pour évoquer son passé, son pays d’origine, sa vie en France, le tout ponctué de délicieuses anecdotes. Pour ce premier épisode, c’est la pivot serbe Sladjana Pop-Lazic (25 ans) de Besançon qui se dévoile pour vous. Découverte.

Sa carrière avant Besançon

“Je suis née à Belgrade, en Serbie. J’ai commencé le handball en 1999 car nous l’apprenions à l’école. J’ai tellement aimé ce sport que j’ai décidé de m’inscrire au club du ORK Belgrade. J’y suis restée jusqu’en 2007 avant d’envisager de faire une carrière dans ce sport et de partir pour Nis, au club du RK Nais. Là-bas, nous avons remporté le doublé coupe-championnat à deux reprises. En 2009, j’ai choisi de signer au RK Zajecar où je suis restée trois ans. Par deux fois, nous nous sommes qualifiés en Ligue des Champions mais nous avons échoué à un but près lors de ces deux saisons pour pouvoir disputer la phase de poule. Nous n’avons pas eu de chance.”

Sa vie à Besançon

“J’ai toujours voulu venir en France. C’est un pays qui m’a toujours fasciné, et je voulais apprendre une nouvelle langue. Quand Besançon a manifesté son intérêt pour moi, je n’avais entendu que des bonnes choses à propos du club. Alors, j’ai voulu tenter l’aventure !  J’aimerais beaucoup jouer à la fois la coupe d’Europe et le championnat français. Mais aujourd’hui, je m’éclate dans mon club. La chose la plus importante est tout de même de se sentir bien là où l’on est, et je sens que les coachs et mes coéquipières ont confiance en moi.”

La langue française

IMG_20130608_120039

Sladjana Pop-Lazic

“Être la seule personne qui parle serbe dans mon équipe n’est pas un problème. Au contraire, cela m’aide à apprendre mieux le français et plus rapidement (sourires). Je parle croate, monténégrin mais aussi anglais et j’apprends votre langue. J’aide aussi Natalya Vasileuskaya par exemple car elle comprend assez de serbe pour qu’on arrive à se comprendre. Ce qui me manque vis-à-vis de mon pays, c’est ma famille bien sûr, et sortir avec mes amis de là-bas.”

Ses objectifs pour le futur

“Comme tout le monde le sait, nous avons aujourd’hui un collectif assez jeune à Besançon. Il y a plusieurs filles qui découvrent la LFH cette année. C’est donc important qu’on se sente bien à toutes jouer ensemble pour ainsi tenter de remporter un maximum de matchs. Avec la Serbie, mon but est de décrocher une médaille en décembre lors des championnats du monde. L’an dernier, nous avons montré que nous en avions les capacités même si nous n’avons pas eu de chance lors de la demi-finale face au Monténégro (26-27) et la petite finale contre la Hongrie (38-41).”

Andrea Lekic

“Andrea Lekic (meilleure joueuse du monde 2011) est en effet ma partenaire de sélection nationale. Mais je connais Andrea depuis nos premiers entrainements ensemble ! (sourires) On a commencé dans le même club. Jouer avec elle, c’est toujours une énorme satisfaction mais aussi un plaisir.”

Championnat français vs championnat serbe

“Cette année, le niveau du championnat français est plus relevé que l’an dernier. Peut-être parce qu’il y a davantage de joueuses serbes (ndlr : il y en a sept) (sourires). Je pense que cette année sera pleine de surprises et que les spectateurs vont se régaler. En Serbie, la course au titre a longtemps été monopolisée par le club de Zajecar. Mais cette année, les choses seront différentes. Les favoris sont Jagodina, Radnicki et Milenijum. Je pense que le grand avantage du championnat serbe est qu’il laisse davantage la place aux joueuses très jeunes. Du coup, cela leur permet de jouer beaucoup tout de suite et d’emmagasiner de la confiance.
Sur le plan extra-sportif, tout est différent. L’organisation du championnat, la façon dont sont organisées les rencontres, les budgets des clubs, le traitement des médias, l’intérêt du grand public et par conséquent le niveau du championnat. Les différences sont énormes.”

Le handball en Serbie

1381259747224

Sladjana Pop-Lazic sous le maillot serbe

“La pratique du handball est en train de devenir de plus en plus populaire en Serbie grâce à la médaille d’argent décroché par les garçons aux championnats d’Europe et à notre quatrième place à l’Euro. Pour autant, le football, le basket-ball et le tennis sont toujours plus populaires. Le sport féminin est principalement populaire grâce à des exploits individuels comme ceux de l’athlète en saut en longueur Ivana Španovi?, des tennis-women Ana Ivanovic et Jelena Jankovic, de la joueuse de taekwondo Milica Mandic, ou encore de la tireuse Ivana Maksimovic. J’espère que les championnats du monde de décembre auront une importante couverture médiatique pour développer encore le handball.”

L’atmosphère lors des événements sportifs en Serbie

“Les Serbes ont vraiment beaucoup de caractère et sont des personnes qui laissent souvent transparaitre leurs émotions. Le sport n’est pas seulement vu comme un amusement mais comme un vrai moment de compétition. Célébrer tous ensemble une victoire ou pleurer ensemble après une défaite, c’est ce qu’on fait en Serbie.”

Visiter la Serbie

Belgrade

En hiver, Belgrade se couvre d’un magnifique drap blanc.
Crédit photo : Handnews

“Je crois que la Serbie a beaucoup d’atouts pour attirer les touristes mais ne les exploite que trop peu. Belgrade et Novi Sad sont les deux villes les plus visitées des touristes, notamment grâce à leur vie nocturne et à leur nourriture délicieuse. Mais la Serbie, c’est plus que ça ! Nous sommes des hôtes chaleureux et les paysages sont magnifiques partout dans le pays. Du lac de Palic au nord du pays jusqu’à la “ville du Diable” au sud en passant par les montagnes de Zlatibor et Tara qui forment une chaine montagneuse au centre de la Serbie, ce pays est plein de surprises. Mais ne quittez pas la Serbie sans avoir testé nos grillades et nos boissons traditionnelles. Le Rakia (ndlr : eau de vie traditionnelle) aide à faire des rencontres (rire) !”

Pub Espace Pronos LFH

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves