LFH -J2

Retour sur la deuxième journée

Besançon qui décroche sa première victoire, Issy-Paris qui continue d’impressionner et Le Havre et Metz qui poursuivent leur marche en avant. Retour sur cette deuxième journée de LFH.

Nantes – Metz 19 : 24 (10:10)

Pierson_gervaise

Gervaise Pierson a été déterminante dans la victoire de Metz à Nantes.
Crédit photo : LFH

Pour leur première chez elles, les Nantaises ont réalisé une très belle rencontre contre les tenantes du titre messines. Très vite menées au score (0-3, 4′), les joueuses de Stéphane Moualek ne se démobilisent pas. Nze Minko, qui aura réalisé un match plein, sonne la révolte des locales qui reviennent au score (4-4, 9′). Avec une défense toujours aussi bien disciplinée, Nantes pose beaucoup de problèmes aux attaques lorraines (7-5, 18′). Paule Baudouin ne tremble pas sur pénalty et permet à Metz de reprendre l’avantage peu avant la mi-temps (8-9, 25′). Après trente minutes de jeu, les deux équipes sont à égalité (10-10, MT). Alors que le match repart sur les mêmes bases (12-12, 34′), les Messines inscrivent un 7-0 fatal, grâce notamment à l’entrée en jeu de Pierson dans les buts des Dragonnes (13-20, 45′). Ortega et Zaadi trouvent davantage de solutions de shoot sur les attaques messines et Nantes n’arrivera jamais à refaire son retard (18-22, 53′). Au coup de sifflet final, Metz s’impose pour enchainer une deuxième victoire en autant de rencontres (19-24 FT). Alors que l’entraîneur nantais, Stéphane Moualek, nous confiait en prélude de cette nouvelle saison que “le championnat débutera pour son équipe après les oppositions contre Fleury (perdu 21-30 à Fleury) et Metz”, il peut d’ores et déjà s’appuyer sur ces deux rencontres où ses joueuses, tout juste promues, auront posé beaucoup de soucis aux cadors de la LFH.

Stéphane Moualek (Nantes) au Républicain Lorrain : « On les a poussées dans leurs retranchements, mais on n’a pas très bien joué les supériorités numériques. On a aussi un peu trop de précipitation au mauvais moment. Maintenant, je suis quand même heureux parce qu’on a fait un très très bon match défensivement. Offensivement, il y a encore plein de choses à régler, mais globalement, c’est plutôt intéressant. En tout cas, c’est mieux que la semaine dernière. »

Nantes : Nze Minko 8/12, Lawson 4/9, Diop 2/4, Popovic 2/10, Dzono 1/1, De la Bretèche 1/1, Le Hir 1/2 – Stevancevic 9 arrêts/30, Makubanza 2/5
Metz : Baudouin 6/9, Zaadi 5/8, Gonzales 3/3, Bulleux 3/3, Kanto 2/2, Broch 1/2, Liscevic 1/3, Ognjenovic 1/4, Luciano 1/5, Prudhomme 1/5, Flippes 0/1 – Pierson 8 arrêts/17, Ranikova 4/14

Besançon – Toulon St Cyr 27 : 26 (14:14)

Besançon

La joie des Bisontines au coup de sifflet final.
Crédit photo : Esbf

Après leur match difficile contre Metz la semaine dernière, on se demandait comment les joueuses de Camille Comte allaient réagir contre Toulon ce week-end. Face au collectif de Thierry Vincent toujours affaibli par les blessures, les Bisontines se sont rassurées et ont fait un match plein de promesses pour la suite. Tout commence pour le mieux pour les locales qui prennent rapidement l’avantage (2-0, 2′). La jeune gardienne bisontine Gabriel se montre dès les premières minutes mais aucune des deux équipes ne prend l’avantage sur l’autre (7-7, 17′). La recrue biélorusse Vasileuskaya, déjà en forme à Metz, ne tremble pas sur ses pénaltys (10-10, 21′). En l’absence de Gnabouyou, précieuse le week-end dernier, Toulon se repose sur sa recrue Sterbova et Abdourahim (14-14, MT). La deuxième mi-temps suit un schéma similaire, où les gardiennes s’illustrent. Deroin donne pour la première fois deux buts d’avance à son équipe (16-18, 35′). Mais Besançon inscrit un 4-0 (20-18, 41′) qui oblige le technicien toulonnais à poser son temps-mort. A cinq minutes du coup de sifflet final, Goiorani, impeccable dans la défense bisontine remet les deux équipes à égalité (24-24, 55′) mais c’est finalement Vasileuskaya sur un ultime jet de 7 mètres pour les locales qui permet à Besançon de décrocher ses trois premiers points de l’année (27-26, FT).

Camille Comte (Besançon) sur le site de la LFH : ” Je suis très satisfait du résultat, forcément. Quand j’ai vu les filles exploser de joie, leur attitude pendant le match, leur engagement, sincèrement cela fait plaisir. Nous nous battons avec nos armes pour donner le maximum. Avec la victoire au bout, c’est encore mieux. Le public nous a soutenus, tout le monde était content après le match. Je crois que l’on fait aussi ce métier pour vivre et procurer des émotions. Par rapport à cela, j’étais comblé de bonheur (sourires) même si l’on doit encore beaucoup travailler. J’ai aimé l’enthousiasme de mes joueuses, ce qu’elles ont transmis au public. C’est cela qui nous permet de l’emporter samedi. Car dans le contenu du match, j’ai revu la vidéo, et c’est loin d’être parfait. “

Besançon : Vasileuskaya 7/13, Pop-Lazic 5/7, Novais 4/13, Dupuis 3/4, Palies 3/5, Alonso-Jimenez 3/10, Zazai 1/1, Kolczynski 1/4, Betrand 0/1 – Gabriel 18 arrêts/42, Munoz 2/4
Toulon : Goiorani 6/8, Sterbova 5/12, Deroin 4/10, Abdourahim 3/6, Herbrecht 3/7, Gaudefroy 2/5, Barthelemy 1/1, Catani 1/3, David 1/3, Batista 0/3 – Santana Oliveira 12 arrêts/25, Bettacchini 6/20

UMB-B – Le Havre 23 : 25 (10:13)

Julie Dazet

La Havraise Julie Dazet a réalisé une rencontre pleine en Gironde.
Crédit photo : parisnormandie

Il y avait un parfum de nouvelle aventure qui planait dans la salle Jean Dauguet de Bordeaux dimanche dernier. Pour la première sortie de l’Union Mios-Biganos Bègles, les filles d’ Emmanuel Mayonnade avaient à cœur de bien faire devant plus de 1000 personnes présentes en tribune. Dans un match très physique (13 exclusions temporaires et six cartons jaunes sur l’ensemble de la rencontre), c’est les Normandes qui prennent les premières les commandes du match (4-6, 12′). Malgré les arrêts de Foggea dans les buts bordelais, l’Union n’y arrive pas en attaque et encaisse un 3-0 (5-9, 18′). A la mi-temps, les Havraises mènent logiquement (10-13, MT). Mais l’UMB-B, sous l’impulsion de Rocha se remet dans le sens de la marche dès le début de la seconde période (16-16, 39′). Les Havraises commettent plusieurs erreurs et perdent Stoiljkovic après une troisième exclusion pour deux minutes. Mios-Bègles en profite et inscrit un 6-0 (22-17, 47′). On croit alors le match terminé d’autant plus que Foggea multiplie les prouesses dans son but, mais dans le money-time, le jeu de l’Union se délie de nouveau. Dazet, Landre et l’ensemble des Havraises n’en demandaient pas tant, et inscrivent un 7-0 dans les huit dernières minutes où tour à tour Deville, Durant et Lacrabère à une minute trente du gong final sont venues buter sur la portière havraise Pradel. Le Havre repart d’Aquitaine avec un deuxième succès en poche (23-25, FT) tandis que l’UMB-B laisse filer une première victoire qui lui tendait pourtant les bras.

Emmanuel Mayonnade (UMB-B) : On  a manqué de spontanéité. On est plus libérées en seconde période, où on produit 20 minutes de hand agréable. Ensuite on a un trou de 10 miutes où personne n’est capable de prendre ses responsabilités…”

UMB-B : Lacrabère 5/13, Lachaud 4/5, Rocha 4/8, Deville 3/6, Jurgutyte 3/8, Maubon 1/1, Levêque 1/2, Durand 1/3, Gonzales 1/3 – Foggea 20 arrêts/45
Le Havre : Dazet 5/6, Tissier 5/8, Do Espirito 4/10, Landre 3/4, Stoiljkovic 3/6, Alonso Bernardo 3/10, Sawaneh 2/4, Desgrolard 0/1 – Pradel 15 arrêts/37

Nîmes – Issy-Paris 20 : 31 (7:13)

Wibbe - Issy

Avec un 8/8 en attaque, la recrue Pernille Wibe s’est déjà fondue dans le collectif parisien.
Crédit photo : Handnews

Difficile début de saison pour Nîmes. Après un lourd revers au Havre la semaine passée et la blessure de Priscilla Marchal, Nîmes s’est de nouveau incliné hier contre Issy-Paris pour sa première à domicile. Si la première nette victoire d’IPH la semaine dernière sur Nice pouvait être atténuée par le match très moyen des Azuréennes, la deuxième victoire en deux matchs avec plus de dix buts d’écart hier prouve bien la puissance des Parisiennes, lorsqu’elles sont en confiance cette saison. Après un coup d’envoi donné par l’ensemble des blessées et indisponibles du collectif de Christophe Chagnard (Ayglon, Dancette, Pantic, Houba, Champion et Marchal), les premières minutes sont assez brouillonnes de part et d’autre (0-0, 5′). C’est Jericek qui ouvre le compteur but après six minutes de jeu. Les deux gardiennes, Carretero côté nîmois et Attingré à IPH, s’illustrent en multipliant les arrêts. Au quart d’heure de jeu, Issy-Paris creuse un premier écart (3-6, 15′). Nîmes peine à trouver des solutions simples en attaque ce qui permet à Issy-Paris de rentrer aux vestiaires avec une avance confortable (7-13, MT). En seconde mi-temps, Wibbe, la pivot recrutée à l’inter-saison par Arnaud Gandais, multiplie les bons choix de tirs pour faire gonfler ses statistiques personnelles (9-16, 35′). Les Nîmoises n’y arrivent plus, butant, sur leurs rares solutions de tirs, sur Attingré (10-20, 40′). La suite de la rencontre se déroule sans troubles pour les Parisiennes où la jeune N’Gouan s’illustre au tir. IPH remporte finalement le match (20-31 FT), laissant Nîmes dans le doute après ce deuxième revers consécutif.

Christophe Chagnard (Nîmes) : “On a fait une première mi-temps assez correcte où on était dans le match sauf qu’encore une fois on est en échec aux tirs où ça devient dramatique. C’est dommage car Laurie était présente dans ses cages en première mi-temps, on défend pas trop mal, on a des ballons de contres, on a des solutions en attaques, des solutions de tirs faciles qu’on ne concrétise pas. On se retrouve à la mi-temps à -6 ce qui pour moi n’est pas l’écart qu’il y aurait du y avoir. Après on savait que sur le jeu, Issy nous était supérieur. J’avais demandé aux filles de jouer avec nos valeurs (combattre, jouer ensemble…), mais malheureusement, hormis quelques unes, on était pas au même niveau d’agressivité ce qui fait qu’on a plus que perdu, on a pris une leçon. Ce n’est pas la défaite qui me fait le plus mal mais c’est le fait de voir des filles plus agressives que nous au niveau collectif alors qu’on jouait à la maison.”

Nîmes : Jericek 5/7, Lombardo 4/8, Cerna 3/5, Asperges 2/4, Carrat 2/4, Clavel 2/5, Boudard 1/2, Son 1/2, Limal 0/7, Marchal 0/2, Petiot 0/2 – Carretero 9 arrêts /32, Sol 1/9
Issy-Paris : Wibe 8/8, N’Gouan 7/8, Mordal 6/10, Briemant 4/7, Niakate 2/4, Bredal 2/4, Keita 1/1, Spincer 1/4, Camara 0/1, Gardoni 0/1 – Attingré 14 arrêts /28, Chatellet 3/9

Le résumé détaillé de la dernière rencontre Fleury-Nice est ici.

HandNews nouvelle application
Pub Espace Pronos LFH

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).