LNH – Aix

Iosu Goñi : « Un projet intéressant »

iosu goni

Son transfert à Aix a bien failli être l’imbroglio de l’été. D’abord laissé libre par son club d’Ademar Leon, endetté et désireux de diminuer sa masse salariale, le jeune arrière gauche s’est ensuite heurté au refus du nouveau président espagnol de le voir partir libre. La fédération ibérique a finalement tranché : Aix pourra bien compter sur l’un des espoirs du handball espagnol dès la reprise.

Agé de 23 ans, le natif de Pampelune avait fait une pige au Qatar pendant quelques mois, fuyant ainsi la morosité qui gagne progressivement une Liga Asobal aux abois sur le plan économique. En s’engageant avec Aix, Iosu Goñi entend bien poursuivre sa progression. Il revient sur les raisons de son choix et sur ses objectifs avec le PAUC.

iosu goni 2Iosu, la fédération espagnole a confirmé il y a quelques jours que tu pouvais bien t’engager librement avec Aix. Comment as-tu reçu cette nouvelle ?

Ce fut une vraie joie, car j’ai vécu quelques jours d’anxiété auparavant. Je ne savais pas comment se terminerait cette histoire. Désormais, tout va bien.

Le nouveau président de Leon t’a-t-il déçu en exigeant 50.000€ pour que tu sois libre de signer dans une autre formation ?

Sincèrement, oui. Je comprends que la situation d’Ademar soit mauvaise sur le plan financier. Je suis conscient que le club a besoin de liquidités mais je n’ai pas compris qu’après m’avoir donné sa parole comme quoi il me laisserait libre, le nouveau président revienne sur sa décision une fois élu. De même, cela ne me semble pas correct qu’un club qui n’a pas pu honorer le contrat signé exige ensuite de ses joueurs qu’ils réalisent ce qui leur était stipulé au départ. Voire, encore pire, de menacer le joueur de le garder un an sans jouer. En Espagne, la justice se saisit de ces dossiers avec une certaine « tranquillité ».

Quitter Ademar Leon était pourtant une décision difficile ?

Pour être honnête, j’aurais aimé rester à Leon et ne pas devoir quitter le club dans ces conditions. Leon est une ville magnifique et les habitants vivent pour le handball avec une force que je n’ai jamais vu ailleurs. Mais je devais être réaliste. Il est évident que le club est dans une très mauvaise situation. Nous avons vécu plusieurs mois sans être payés. Pour moi, c’était encore pire puisque le club ne m’a jamais payé complètement aucune des quatre saisons que j’ai passées à Leon.

Que vas-tu le plus regretter de Leon ?

Beaucoup de choses, à commencer par mes amis et mes coéquipiers, mais aussi mon frère qui étudiait à Leon. Les supporters vont également me manquer, tout comme la cuisine locale et notamment la cecina.

PARTIZAN DE BELGRADO VS. REALE ADEMAR LEÓNPourquoi avoir choisi Aix pour poursuivre ta progression ?

Lorsque j’ai reçu la proposition d’Aix, j’ai essayé de repousser ma réponse pour voir si la situation d’Ademar allait s’améliorer. Mais cela allait de pire en pire. Après en avoir discuté avec ma famille, j’ai décidé d’accepter l’offre qui m’était faite en LNH. Aix est une équipe avec un projet intéressant pour les prochaines années. Je pense avoir du temps de jeu, ce qui m’intéresse le plus. La localisation de la ville a aussi compté dans ma décision, puisqu’il s’agit de l’une des plus belles régions de France. J’ai entendu que le club m’avait recruté pour remplacer Nikola Karabatic. Les dirigeants voulaient un joueur qui puisse apporter à la fois en défense et en attaque. Bien sûr, ce sera difficile d’être à la hauteur d’un joueur comme Nikola, mais je vais travailler dur pour être le meilleur possible.

Avais-tu d’autres propositions que celles d’Aix ?

Oui, j’avais une autre piste en France et une autre en Bundesliga. Le fait d’avoir plus de temps de jeu a fait pencher la balance du côté d’Aix.

Aix a pour projet de jouer la Coupe d’Europe à l’horizon 2017. Ne pas disputer l’Europe pendant quatre ans n’a donc pas été un frein pour toi ?

J’ai été un privilégié en jouant la Ligue des Champions pendant deux saisons avec Leon ainsi qu’un an en EHF tout en étant aussi jeune. C’est un rêve qui ne m’a pas quitté depuis. Qui sait, peut-être aurons-nous la chance de jouer l’Europe avant 2017 avec Aix !

Quel objectif t’es-tu fixé pour la prochaine saison ?

J’essaierai d’améliorer le maximum de choses dans mon jeu, mais aussi d’assumer pleinement le rôle qui me sera assigné au sein du collectif.

iosu goni 4La Roja est-elle également un objectif à court terme ?

Ce n’est pas quelque chose de prioritaire à court terme, même si ce serait un rêve que le sélectionneur Manolo Cadenas compte sur moi en sélection. Mais ça me semble compliqué pour l’instant.

Tu as évolué au Qatar. Quel est le niveau de jeu dans ce pays qui fait tant parler de lui ?

Il y a de bons joueurs, mais les équipes ne jouent pas de manière collective car elles recrutent souvent des joueurs pour des périodes très courtes.

Quel est ton point de vue sur la situation actuelle du handball en Espagne ?

La disparition de l’Atlético Madrid met en lumière de manière marquante la situation de l’Asobal. Il y a de plus en plus de problèmes et les choses ne s’arrangent pas. On laisse par exemple les équipes recruter des joueurs alors qu’elles sont endettées. L’Asobal leur accorde des délais plus longs pour pouvoir payer. Au final, ce sont les joueurs qui sont les plus impactés. Cela doit changer.

La crise peut-elle avoir des répercussions sur le niveau de jeu de la sélection ?

Evidemment. Il y aura moins de rassemblements et les joueurs devront gagner moins que ce qu’ils étaient habitués à avoir jusqu’à présent.


But dernière seconde Gottfridsson by HandNews

HandNews & CasalHand

1 CommentairePoster un commentaire

  1. Alexandre - le 19 juillet 2013 à 22h17

    Et on remercie une nouvelle fois les clubs espagnols d'avoir triché pendant des années, engageant des joueurs qu'ils ne pouvaient payer, multipliant les dettes… trustant ainsi les places européennes, au détriment de clubs sains financièrement !

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).