LNH – J5

Dans la sueur et le sang

IMG_0334

Dans une rencontre à couteaux tirés, les hommes de Cazal se sont finalement imposés avec un visage fort. En sueur, certains en sang (Mokrani et Guillard), mais avec une combativité des plus rassurantes.

« On est chez nous les gars », rappelait Rock Feliho, haranguant ses troupes avant d’entrée sur le parquet. Et pour cause : le patron de la défense nantaise s’attendait un soixante minutes de haute lutte face à des Dunkerquois dans la nécessité de se retrouver. Dans le jeu, dans l’esprit, afin d’effacer deux dernières journées difficiles. Alors ce déplacement en Loire-Atlantique s’avérait comme le plus rugueux…et le plus efficace des tests.

Dans le bain d’entrée, avec en fil rouge un duel Grocaut/Gharbi donnant le ton, Joli et les siens subissaient la palette offensive locale (3-1, 6e). Toutefois, ils comprenaient que c’était sur leur terrain favori, celui du combat défensif, qu’il fallait amener le jeu. Parfaitement dans leur éléments, les Nordistes ne tardaient pas à prendre l’ascendant, ce diable de Butto sortant de son poignet tous ses bons face à Skof (6-5 12e, 7-7 19e).

Dans la douleur

Perché sur une ligne haute tension depuis les premières actions, le match allait fatalement faire des étincelles…et des dommages collatéraux. Au pire des moments, un choc sur Mokrani (20e) cassait singulièrement le rythme et vraisemblablement son nez, tandis qu’Entrerrios démontrait toute sa classe en catalysant l’envie de ses ouailles (9-8 22e, 11-10 29e).

Restait la défense impeccablement orchestrée par Grocaut et Nagy, même lors de leurs infériorités numériques (pas un but encaissé!), laissant présager d’un second round aussi dense. Tellement, d’ailleurs, que les protégés d’Anti pataugeaient sans conclure. Englués mais sauvés par un Maggaiez dans un grand soir, les Nantais patientaient jusqu’à la 37e et une contre-attaque de Toumi pour respirer (12-12).

Une prise d’oxygène très limitée, Nagy asphyxiant en deux petites minutes ses hôtes en leur passant un 3-0 cinglant (12-13 38e, 12-15 40e). On pensait alors l’USDK définitivement lancé, sauf que Maggaiez offrait un festival rebranchant sous haute tension le money time (19-19, 56e).

Il fallait calmer les esprits et le temps mort posé par Cazal allait s’avérer salvateur. Maqueda et Vujic craquaient devant Annotel, Butto et Soudry assuraient, eux, sans sourciller.

 

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. GrosMammouth - le 10 octobre 2013 à 15h21

    Bravo les nantais.

    Incapables de battre des gros (sauf Paris)

    Elles sont où les corones ? J'ai failli me déplacer à Nantes pour voir ce match, 22€ pour voir Nantes encore perdre, non merci.

    Equipe décevante, incapable de se transcender et de battre des gros.

    C'est bien beau de mettre +6 à Cesson là-bas quand Chambé perd 1 point, mais battre ou rivaliser avec Dunkerque c'est mieux. Battre les équipes de bas de classement c'est bien, mais battre des concurrents directs c'est encore mieux.

    Quand on a Maqueda, Entrerrios et Rivera, 3 champions du monde dans son sept, et qu'on est pas capable de battre Dunkerque qui n'en compte aucun, il y a un problème.

    Le choix de montrer Montpellier-Cesson s'explique par le fait que Nantes est décevant, que Cesson va batailler pendant 60 minutes avec ses armes.

    Et en plus, Dunkerque joue en Champions League, donc ils ont besoin de récupération, c'est pour cela qu'ils jouent le mercredi pour jouer ensuite le dimanche.

  2. samysteria - le 10 octobre 2013 à 20h44

    Des pertes de balle, un manque cruel de combinaison, peu de jeu sur les ailes contrairement aux adversaires. Voilà ce qui a fait la différence.

    On ne s'arrêtera pas sur le corps arbitral et leur interprétation du refus de jeu…

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).