LNH – Tremblay

S. Imbratta : « Se rapprocher des places européennes »

Imbratta

Neuvième de LNH à la trêve, Tremblay a réalisé une première partie de saison en demi-tiente, plombé par ses mauvaises performances à l’extérieur. La réception de Cesson samedi soir s’annonce capitale pour retrouver la première partie de tableau et être ainsi en ligne avec les objectif initiaux du club.

Sréphane Imbratta, l’entraîneur tremblaysien, fait le point sur les matches allers et annonce clairement l’objectif pour la seconde partie de saison : se rapprocher des places européennes.

Stéphane, cette 9ème place au classement doit vous décevoir ?

Oui en effet, notre ambition était au minimum de figurer dans la première partie de tableau. Nous sommes un peu déçus et frustrés par certains résultats. Je pense notamment à nos performances à l’extérieur. Nous aurions pu rapporter 3 ou 4 points supplémentaires.

Qu’a-t-il manqué à Tremblay lors de la phase aller ?

L’effectif a été un peu chamboulé avec l’arrivée de nouveaux joueurs (NDLR : Tuzolana, Salou, Ostarcevic, Malina et Bataille). On pensait les intégrer au fur et à mesure mais suite à un certain nombre de blessures (NDLR : Crepain, Prat, Poulin, Guillard) et de méformes, ils ont dû prendre davantage de responsabilités. Il nous a certainement manqué de la réussite, de la sérénité à certains moments clés. Cela aurait pu faire la différence, à l’image de notre dernière prestation face au PSG.

Tremblay a gagné seulement un match à l’extérieur, à Ivry (25-26). Comment expliquez-vous l’écart de performance à domicile et en déplacement ?

Malheureusement, le problème n’est pas nouveau pour Tremblay. Nous devons surmonter ce complexe des matches à l’extérieur, prendre confiance et conscience de nos possibilités de s’imposer hors de nos bases. Le match à Ivry est, dans ce sens, un match référence. C’était la première fois de son histoire que Tremblay s’imposait à Ivry.

Tremblay compte un seul joueur dans le Top 20 des meilleurs buteurs de LNH (Drouhin est 15ème). Manque-t-il un buteur à pour franchir un cap ?

Dans la composition de notre effectif, nous savions que nous n’avions pas de joueurs majeurs mais une équipe ! Ce sont sur des valeurs collectives que nous devons continuer de nous appuyer pour remporter nos matches.

Quelles ont été vos satisfactions lors de la phase aller ?

Au-delà de nos belles victoires à domicile contre Saint-Raphaël et Dunkerque, notre assise défensive est une vraie satisfaction. Elle nous a permis de remporter de précieuses victoires et de faire douter un certain nombre d’équipes. Le jeu rapide que nous avons su développer  est également un point positif. Enfin, je mentionnerais l’attaque qui était l’un des gros chantiers du début de saison et qui est de plus en plus performante.

Quelles sont vos ambitions pour la deuxième partie de saison ?

Dans ce championnat qui progresse de saison en saison et de plus en plus serré, que cela soit pour le maintien ou les places européennes, notre ambition est de se rapprocher des places qualificatives pour l’Europe.

Travaillez-vous déjà sur le profil de l’équipe pour la prochaine saison ?

Nous travaillons déjà depuis le début de saison sur le futur profil de l’équipe, voire depuis plusieurs saisons avec les jeunes du centre de formation. Pour le moment, nous sommes tournés vers cette deuxième partie de saison dans laquelle nous voulons rester amitieux.

Hormis le PSG, le handball francilien souffre (Tremblay est 9ème, Ivry 11ème et Créteil 12ème). Comment expliquez-vous ces performances ?

Notre région, qui compte quatre clubs de performance en D1 et depuis des années des formations jouant soit pour le titre soit pour les places européennes, n’est pas en souffrance. Les clubs de banlieue comme le nôtre, Ivry et Créteil, font face à une concurrence des grandes métropoles provinciales qui se développent de plus en plus. Pour ce qui nous concerne, nous travaillons d’arrache-pied pour continuer d’exister et véhiculer une image forte et positive de notre territoire. Avec ses gros moyens, le PSG, nous incite encore à travailler et créer notre propre identité afin d’attirer de nouveaux spectateurs et de nouveaux partenaires. C’est ainsi que nous répondrons aux critères du handball moderne.

Ci-dessous, l’arrêt du week-end qui nous vient du championnat islandais:


Quand un gardien de but fait arrêt de dos ! par Handnews

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).