Mondial – Gr.C

La Biélorussie se qualifie sans soucis

Rutenka

Retour à Saragosse pour la dernière journée de la phase de poules du Groupe C. Si les trois premiers qualifiés ne faisaient aucun doute (Espagne, Hongrie, Croatie), le premier match du jour s’apparente à une finale pour la quatrième place entre la Biélorussie et l’Arabie Saoudite, le vainqueur compostant son ticket pour les huitièmes de finale.

Le début de match est excessivement compliqué pour les Biélorusses. Manaf Alseed empile les arrêts, tandis que Alobaidi trouve par deux fois la solution. C’est donc l’Arabie Saoudite qui prend les devants (3-1, 5′). Mais ils reviennent rapidement dans la partie grâce à quelques ajustements défensifs et passent même devant cinq minutes grâce au deuxième but de leur ailier droit Dzianis Rutenka (4-5, 9′). Les Saoudiens ont de plus en plus de mal sur la défense agressive biélorusse, et encaissent deux contre-attaques de suite du gaucher Shylovich, forçant leur coach à prendre un temps-mort au bout de douze minutes de jeu (4-7, 11′). Ce temps-mort ne change rien bien au contraire. Quand ils ne perdent pas le ballon, les Saoudiens sont en échec sur le gardien Charapenka, qui réalise des prouesses dans sa cage. Et alors qu’on s’attendait à un match serré, Ivan Brouka donne sept buts d’avance à son équipe (4-11, 18′). L’entraineur prend même la liberté de faire tourner, faisant sortir sa star Siarhei Rutenka bien avant la mi-temps. Leurs adversaires sont toujours apathiques et c’est grâce au premier but de Kamyshyk que la barre des dix buts d’écart est franchie (5-15, 25′). Les Saoudiens ne marquent pas un but dans les onze dernières minutes, et sur une énième balle perdue, Nikulenkau renvoient les deux équipes avec treize buts de différence, écart étonnant quand on sait l’enjeu du match (5-18, MT).

La disette de but saoudienne s’arrête rapidement en deuxième période, mais ceci n’interrompt pas la balade biélorusse. L’écart passe rapidement à quinze buts, sous les coups de boutoirs de Kamyshyk, décidément très incisif. Que ce soit en attaque ou en défense, il est omniprésent et sa contre-attaque met l’écart à 17 unités (6-23, 39′). Les Saoudiens boivent même le calice jusqu’à la lie, leur gardien Alsalem se blesse au doigt et est obligé de sortir du terrain. La fin du match est anecdotique. En tête de 17 buts à un quart d’heure de la fin, les Biélorusses relâchent leur défense (9-26, 45′). Les titulaires restants sortent eux aussi pour souffler avant le huitième de finale de lundi, face à l’Espagne ou la Croatie. Leurs adversaires n’en profitent même pas, preuve que nous avions eu tort en pensant que cette Arabie Saoudite pouvait se qualifier. La Biélorussie s’impose finalement 33 à 15.

Pub Espace Pronos EDF

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).