Pro D2 – J14

La bonne opération de Nîmes

Guillaume Saurina

Après un mois d’absence, la Pro D2 faisait son grand retour ce week-end. Fidèle à sa réputation de championnat imprévisible, elle a vu trois des équipes de tête s’incliner : Mulhouse, Dijon et Chartres. La belle opération du week-end est donc à mettre à l’actif de Nîmes, plus que jamais solide leader avec quatre points d’avance sur Mulhouse.

Plus les journées passent, et plus l’USAM s’affirme comme le maitre incontesté de la Pro D2. Solide, évitant les pièges tendus par des équipes en manque de points, la formation de Jérôme Chauvet semble filer tout droit vers la LNH. Elle l’a encore prouvé en dominant Nancy (31-22) au terme d’une rencontre à sens unique. Pour le suspense, les spectateurs du Parnasse repasseront. Un 7-0 inscrit dans les dix premières minutes plante le décor (8-1, 10’). Avec Saurina (8 buts) et Zens (6 buts) à la finition, l’USAM laisse peu de chances aux nancéens de revenir dans le match. Malgré un sursaut de Kratovic, Nancy bute sur Idrissi et enchaine les fautes. A la pause, Nîmes peut compter sur un large avantage (20-10). Les défenses se montrent plus  agressives en seconde période. Un 3-0 nancéen contraint Jérôme Chauvet à poser un temps mort pour recadrer ses troupes (27-19, 50’). Mais l’issue du match est connue depuis longtemps. L’USAM évite le piège nancéen de belle manière (31-22).

Pour Mulhouse, en revanche, 2013 commence de la même façon que 2012 s’était terminé : par une défaite (36-35). Battu lors de trois de ses quatre derniers matches en décembre, le MHSA n’a toujours pas retrouvé la clé du succès. Cette fois-ci, c’est Vernon qui a ajouté la formation de Brahim Ighirri à son tableau de chasse. Pourtant, le SMV n’était guère en meilleure situation, battu à quatre reprises avant la trêve. Gracia aura été le bourreau des mulhousiens en inscrivant le but de la victoire à dix secondes de la fin. Le début de rencontre était d’ailleurs plutôt à l’avantage de Vernon. Grace aux parades de Fernando Garcia dans les buts, le SMV prend les commandes (9-7, 12’). Comme Stojinovic, son homologue du MHSA, dut attendre la 15ème minute pour faire sa première parade, Vernon en profitait (13-10, 19’). Mais Mulhouse n’est pas 2ème par hasard et recolle au score à la pause (18-18) grâce à Ighirri. Le temps fort mulhousien se poursuit au retour avec des espaces offerts dans la défense adverse (22-25, 38’). Avec Calic dans les buts, Gérard et Dauvergne, Vernon refaisait son retard (35-35). Avant que Gracia ne donne définitivement la victoire à son équipe. « Si on prend une nouvelle taule, on peut ranger les valises », avait prévenu le président de Mulhouse, Pascal Dolfus, avant le match. Les prochaines semaines s’annoncent capitales pour le MHSA.

A l’image de Mulhouse, Dijon a également chuté ce week-end en déplacement à Besançon (26-25). Hormis en début de seconde période, les hommes de Denis Lathoud n’ont jamais mené au score. La formation bisontine, en manque de points pour le maintien, se repose sur sa nouvelle recrue Tokic pour prendre les commandes (5-3, 13’). Même si Dijon s’en remet à Poletti et Parent pour rester au contact, c’est Besançon qui vire en tête à la pause (12-11). Le mano à mano se poursuit, les dijonnais prenant l’espace de quelques minutes les commandes (13-14, 34’). Besançon revient ensuite maitre chez lui, mais ne compte qu’une ou deux longueurs d’avance. La moindre erreur en défense ou en attaque se paie cash. A ce petit jeu, c’est Besançon et sa gâchette Claire (7/8 aux tirs) qui s’imposent (26-25).

Chartres, en embuscade derrière les leaders, a également mal débuté l’année 2013 face à Massy (31-38). En encaissant 24 buts en seconde période, les chartrains pouvaient difficilement s’imposer. Pourtant, la première période fut à l’avantage des coéquipiers de Sébastien Mongin (3/5). Un 10-0 permet en effet aux locaux de lancer leur match (10-3) de la meilleure des manières, avec Karsenty, Cherblanc et Paillasson notamment à la finition. Les massicois ne se laissent pas abattre et infligent à leur tour un 6-0 qui les replace à distance raisonnable à la pause (17-14). Les buts s’enchainent des deux côtés (29-29) jusqu’à ce que Massy prenne le large avec un 5-0 initié par Vizio, Halasz et Réault (29-34). La messe est dite, Chartres ne reviendra pas malgré les efforts de Monnier. Grace à ce succès, Massy prend la 4ème place au classement.

Alexi JallamionEn déplacement à Valence, Pontault-Combault se présentait avec un effectif amoindri par les blessures. Privé de Hejtmanek, Moreno, Demeyer et André Dupoux, le club pontellois a totalement maitrisé son duel malgré une petite frayeur en fin de match (25-27). Les neuf joueurs de champ alignés sur la feuille de match ont tenu le choc, creusant rapidement l’écart grâce à Jallamion et Ouedraogo (2-6, 8’). Et comme le joker Jeremy Sargenton se chargeait de détourner les tirs adverses, Pontault continuait tranquillement son chemin (6-12, 21’). Valence tentait bien de réagir avant la pause par l’intermédiaire de Nébois mais rentrait aux vestiaires avec un retard conséquent (9-16). Les joueurs de William Holder, emmenés par Dupoux et Jallamion, et bien aidés par Mahieux dans les cages, déroulaient face à une formation valentinoise pourtant portée par son public (18-23, 46’). Chapuis a longtemps entretenu l’espoir pour Valence, mais Santiago et Geisen ont annihilé tout espoir de victoire. Satisfait de l’état d’esprit de ses joueurs, William Holder peut maintenant préparer sereinement la réception de Nîmes la semaine prochaine à Boisramé. Une belle affiche pour le public habitué aux joutes de D1 par le passé.

Arrivé à Semur-en-Auxois une heure et demi seulement avant le début de la rencontre, Angers a vécu une préparation de match pour le moins compliquée. Battus par Chartres et Cherbourg pendant la trêve, les angevins n’avaient pas le moral au beau fixe avant d’aller à Semur. Ils n’ont pas fait le plein de confiance ce samedi, dominés dans les grandes largeurs (31-22). « Un jour sans » reconnaitra David Peneau. L’entraineur angevin avait pourtant été rassuré par le début de match de son collectif, avec Eudaric et Bakékolo à la finition (3-5, 10’). Le temps pour Semur de régler son attaque, la formation de Thierry Vamillier était déjà revenue au score (10-8, 24’). Les angevins, avec des tirs de loin, ne trouvent pas la faille dans la défense adverse et sont distancés à la pause (14-10). Benkahla écœure Angers dans ses buts, profitant ainsi du travail efficace de la défense. Angers n’est pas dans un bon soir, et le paye cash. Macira Sacko (8 buts) se charge de corser l’addition, avant que Pignet et Guitaa ne concluent la belle soirée offerte au public semurois (31-22).

Pour Istres, l’opération « remontée au classement » a bien commencé avec un succès à domicile contre Gonfreville (22-20). Les provençaux ont pourtant cru que les vieux démons de 2012 étaient de retour, passant complètement au travers de leur début de match (1-9, 16’). Le temps mort posé par Christophe Mazel n’y changea rien : sa formation était dépassée par les offensives de Soltane et Dessertenne. Mais Istres trouve la force de réagir, inscrivant un 11-0 entre la 16ème minute et le début de la seconde période (12-9, 36’). Avec un Bonnefoi solide dans ses cages et un Tourraton appliqué en attaque (4/4), Istres était revenu de l’enfer. Touché moralement, Gonfreville ne reviendrait jamais dans le match. Les réalisations de Nimaga, Dessertenne et Soltane n’étaient pas suffisantes pour empêcher un succès istréen (22-20).

Pub Espace Pronos Proligue

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).