Pro D2 – J15

Nîmes, Mulhouse et Dijon, trio gagnant

Stojinovic

Les trois équipes de tête ont fait respecter la logique ce week-end sur les terrains de Pro D2. Si l’USAM n’a eu aucun problème à dominer Pontault-Combault (36-26), Mulhouse a dû s’employer pour venir à bout de Besançon (24-23). Dijon signe de son côté un succès important face à Chartres (27-23) et confirme une fois de plus qu’il faudra compter sur lui pour la montée.

Invaincu depuis quatre rencontres, Pontault-Combault attendait Nîmes de pied ferme dans son antre de Boisramé. Toujours privée de plusieurs joueurs, dont Hejtmanek et Moreno, l’équipe pontelloise n’a pas été en mesure de faire jeu égal face au leader (26-36). La faute à une première mi-temps mal maitrisée par les pontellois. Au contact pendant les quinze premières minutes, Pontault va ensuite commettre trop d’erreurs et manquer d’intensité en défense. William Holder avait pourtant prévenu avant le match : l’une des clés du succès allait résider dans un repli défensif efficace. Avec Saurina et Scacciannoce à la finition, l’USAM déroule et compte cinq longueurs d’avance à la pause (18-13). Les buts de Jallamion ne suffisent pas à réduire l’écart. Nîmes est un cran au-dessus et se met rapidement à l’abri (26-16, 42’). A quelques jours de recevoir St-Raphael en Coupe de France, l’équipe de Jérôme Chauvet a parfaitement déjouer le piège pontellois.

Battu lors de ses trois derniers matches à domicile, Mulhouse était au pied du mur vendredi à l’heure de recevoir Besançon. Les bisontins rêvaient secrètement d’imiter Angers, Semur et Valence. Mais le réveil a sonné pour des mulhousiens qui, s’ils ne sont pas encore totalement guéris, sortent enfin la tête de l’eau (24-23). Jamais menés au score, largement en tête après la pause (16-10), ils se sont à nouveau fait peur en fin de match, laissant revenir des bisontins qui n’en demandaient pas tant.  Les défenses ont souvent pris le pas sur l’attaque, avec peu d’opportunités de conclure les offensives (3-3, 12’). Bien aidé par Tokic, Besançon reste au contact, avant que Stojinovic dans ses cages ne permette à sa formation de compter un écart plus confortable à la pause (13-9). Avec trois exclusions temporaires durant la seconde période, Mulhouse offre une vraie opportunité à Besançon de recoller au score. Rognon et Molinié se chargent notamment de relancer le suspense (19-18, 48’). Une dernière parade de Lefran face à Tokic permet au MHSA de s’imposer enfin devant son public. Un premier pas pour retrouver la confiance.

David PeneauAngers avait également des choses à se prouver après sa déroute de la semaine passée à Semur-en-Auxois. Les angevins se sont cette fois-ci remis dans le sens de la marche avec un beau succès à domicile contre Istres (32-29). L’équipe de David Peneau a pu compter sur un Bakékolo de feu, auteur d’un 10/10 aux tirs. Grace à un bon début de match et un 6-1 infligé à Istres, Angers fait la course en tête (9-6). Solides en défense, les angevins font déjouer les istréens. Mais ces derniers ne perdent pas le contact, dans le sillage de Gomis (8/10) et Reznicek (8/12). Plus en difficulté après la pause, Angers laisse revenir Istres dans le jeu (27-27). La fin de match s’annonce serrée. Quelques arrêts de Komnenovic mettent fin au suspense. Angers peut désormais se concentrer sur la réception du PSG en 16èmes de finale de Coupe de France le 3 février prochain.

Pour Chartres, la reprise est difficile. Battus la semaine dernière par Massy, les Chartrains ont cette fois-ci chuté face à Dijon (27-23). Dans ce duel d’outsiders, les dijonnais ont fait parler leur expérience, malgré un effectif restreint à onze joueurs à cause des absences de Rac, Kiour et Bogunovic. Le début de match est équilibré, Poletti et Naudin assurant la finition dijonnaise (4-4, 10’). Le 3-0 infligé par Chartres sonne le réveil de la formation de Denis Lathoud. Dans le sillage de Stojinovic, Dijon profite du manque de réussite de son adversaire pour creuser l’écart. Un 11-4 marqué par les dijonnais compromet les espoirs de victoire adverses à la pause (17-12). Chartres modifie sa défense pour contrer les velléités offensives des locaux. A l’approche du money time, les chartrains voient leurs efforts récompensés (22-20, 50’). Un temps-mort demandé par Denis Lathoud permet à Dijon de mettre en place des combinaisons en pivot, avec Portefaix à la finition. Quelques parades de Stojinovic et exclusions adverses offrent un beau succès à Dijon (27-23).

Largement dominé à Nîmes la semaine passée (31-22), Nancy est reparti de l’avant face à Vernon (27-23). Les nancéens ont toujours été devant au score, et ont pu compter sur l’efficacité de Chardon, Lepinoux et Kratovic pour lancer leur match (5-2, 10’). Vernon enchaine les pertes de balle et les fautes, aussitôt sanctionné par son adversaire. Le temps mort demandé par Jérôme Delaporte porte ses fruits, Gheysen et Gérard retrouvant le chemin des filets (11-10, 23’). Un 5-0 nancéen dans les dernières minutes change la physionomie du match à la pause (16-11). Vernon repart de l’avant avec Gracia, Gérard et Dauvergne. S’engage alors un véritable mano à mano entre les deux formations (19-19, 33’). Potteau détourne plusieurs tirs du SMV et donne de l’air à son équipe (22-20, 49’). Nancy passe ensuite la vitesse supérieure pour remporter un succès important.

RéaultMassy n’en finit plus d’étonner. Grace à un large succès face à Semur (36-28), les joueurs de Benjamin Braux ont consolidé leur quatrième place au classement. Emmené par un Réault des grands soirs (11/15 aux tirs), Massy va pourtant avoir quelques difficultés à prendre le meilleur sur Semur en première période. Après un début de match équilibré (7-7, 12’), ce sont les semurois qui prennent les commandes (7-9, 15’). Le temps mort demandé par Benjamin Braux ne permet pas à son équipe de repartir de l’avant. Pis, elle encaisse un 5-0 en quelques minutes (8-14, 22’). Les affaires des massicois semblent alors bien mal embarquées, mais c’était sans compter sur une réaction d’orgueil de leur part. Un 5-0 en leur faveur relance le suspense à la pause (14-16). Semur tente de résister mais ne parvient pas à repartir de l’avant. Massy exploite alors les moindres failles et prend ses distances au tableau d’affichage (19-16, 36’). Carnier et Cramoisy répondent aux offensives de Guitaa. Un nouveau 5-0 marqué par Massy au cœur de la seconde période dessine les contours du succès massicois (26-21, 44’). Semur ne reviendra pas et s’incline largement (36-28).

Le match de la peur entre Gonfreville et Valence a tourné à l’avantage des hommes de Milorad Davidovic (25-27). Dans une rencontre crispée, avec pour le perdant la lanterne rouge en héritage, les deux formations ne se sont pas faites de cadeau. A ce petit jeu, Valence a gagné le match qu’il ne fallait pas perdre. Avec trois points d’avance sur son adversaire du soir, le maintien est encore loin d’être assuré. Mais le moral est au beau fixe. Pour Gonfreville, en revanche, un sursaut est rapidement attendu. Pas sûr que le déplacement chez le leader nîmois lors de la prochaine journée soit le match idéal pour se rassurer.

Pub Espace Pronos Proligue

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).