Pro D2 – J23

Nîmes se rapproche du titre

Jérome Chauvet

Vainqueur de Vernon dans la difficulté (27-26), Nïmes a fait un grand pas vers le titre de champion de France de Pro D2. A trois journées de la fin, les nîmois pourraient même être sacrés la semaine prochaine s’ils l’emportent et que Mulhouse s’incline de son côté. Dijon a validé sa place en play-off, même en cas de pénalité de trois points confirmée. Pour la cinquième place, le duel entre Chartres, Vernon et Pontault-Combault s’annonce passionnant.

L’affiche du week-end

Dupoux Pontault 2Si, sur le papier, ce duel entre Angers et Pontault-Combault s’apparentait plutôt à un match entre deux formations du ventre mou de Pro D2, il y avait bien plus que cela à Jean Bouin vendredi soir. En embuscade derrière Vernon et Chartres, les deux formations avaient encore en tête de s’inviter aux play-offs en décrochant la cinquième place. Le perdant savait que ses espoirs allaient en revanche être réduits (presque) à néant. Certainement motivés par cette perspective alléchante, les pontellois sont rapidement rentrés dans le match. Après un premier round d’observation, Jallamion et Marlin répondant à Nikolic, Pontault passe la vitesse supérieure. Les hommes de William Holder inscrivent un 7-0, profitant des approximations angevines (3-9, 13’). Avec une défense 3-2-1 bien en place, les visiteurs perturbent les attaques angevines. Marlin, Hejtmanek et Dupoux prennent alors un malin plaisir à gêner les schémas offensifs des hommes de David Peneau.

La défense a été le point de départ du festival pontellois. Si les hommes de William Holder ne s’étaient pas toujours montrés très inspirés une semaine plus tôt contre Gonfreville, ils ont cette fois-ci rapidement imposé leur rythme. En face, les angevins ne pouvaient que constater les dégâts. Entre tirs à côtés, échecs face à Jérémie Sargenton ou passage en zone, ils ont offert une large palette des erreurs à éviter. Pontault ne se faisait pas prier pour en profiter. Avec un 6/6 aux tirs lors des trente premières minutes, Dupoux confirmait ainsi qu’il était prêt à devenir le pivot n°1 de l’équipe la saison prochaine, après le départ de Petr Hejtmanek. Les  50% d’arrêts de Sargenton en première période pesaient également lourds à l’heure de faire les comptes à la pause (9-19).

David PeneauSouvent incapable de tuer le match cette saison, Pontault a cette fois-ci pris les choses en main et a éteint tout espoir angevin en seconde mi-temps. Sonnés, les hommes de David Peneau avaient pourtant tenté le tout pour le tout au retour des vestiaires avec un 4-0 (13-19, 35’). Un temps mort pontellois puis un 5-0 adverse réduira rapidement à néant la remontée angevine (14-25, 45’). L’écart final atteint 10 buts (23-33), un gouffre pour Angers qui laisse ainsi s’envoler ses derniers espoirs de play-off. En revanche, William Holder relevait à l’issue de la rencontre qu’il s’agissait certainement de sa victoire la plus consistante et la plus solide depuis qu’il est entraîneur du PC-HB. Revenu à deux points de Chartres et Vernon qui s’affrontent la semaine prochaine, Pontault-Combault peut envisager la fin de saison avec optimisme. Le derby contre Massy promet du beau spectacle, avec les play-offs dans un coin de la tête des pontellois.

Le joueur du week-end

Yvan Gérard VernonMême s’il n’a pu empêcher la courte défaite de Vernon à Nîmes (27-26), Yvan Gérard aura été de tous les bons coups sur le parquet nîmois vendredi soir. Avec un 10/12 inscrit et une prestation de haute volée face au leader, l’ailier du SMV est le joueur du week-end en Pro D2. La frustration doit cependant être grande du côté du SMV qui a longtemps perturbé le jeu nîmois, poussant les hommes de Jérôme Chauvet dans leurs derniers retranchements. Sans son maitre à jouer, Guillaume Saurina, l’USAM entame un véritable mano à mano dès le début de la rencontre. Gérard (déjà) et Martily mettent la pression sur les gardois, qui répliquent par Rebichon et Vergely (5-4, 10’). Nîmes profite alors d’une supériorité numérique et de quelques approximations adverses pour se donner un peu d’air (9-6, 16’). Mais très vite, Vernon reprend sa marche en avant. Sans s’affoler, les joueurs de Jérôme Delaporte recollent au score, prennent même un but d’avance qu’ils conserveront jusqu’à la fin de la première mi-temps (12-13).

Piqués au vif, les nîmois se doivent de réagir. Ils subissent pourtant à nouveau le jeu de leur adversaire, Martily et Gérard se répartissant les rôles sur le front de l’attaque. Le leader profite alors du carton rouge infligé à Sémir Zuzo au cœur de la seconde période pour accélérer et faire la différence. Les nîmois inscrivent un 4-0 par Mourioux et  Zens (24-20, 48’). C’est le tournant du match. Vernon reviendra pourtant à une longueur à trois minutes de la fin, grâce à une réalisation de Gérard (27-26). Mais un échec de Martily face à Mansuy-Fèvre dans les dernières secondes offrira un nouveau succès à Nîmes. Le leader n’a jamais été aussi proche du sacre. Si Mulhouse ne s’impose pas la semaine prochaine et que l’USAM l’emporte dans le même temps, les gardois seront officiellement champions de France.

Les autres matches

Avant d’affronter Dijon, Istres restait sur huit matches sans victoire. Une éternité pour les provençaux, qui sont aujourd’hui à la lutte pour leur maintien en Pro D2. Les dijonnais n’ont laissé aucune chance aux istréens (21-29). Avec Poletti en artificier (9/12), les bourguignons auront lutté pendant plus de 20 minutes pour prendre les devants, avant d’inscrire un 3-0 et de finir la première période avec quatre buts d’avance (10-14). Avec Kevin Bonnefoi blessé, Istres enchaînait un nouveau coup dur. A l’image de sa saison, le club sudiste lâchait progressivement prise malgré la détermination de Vayre (8 buts).

MulhouseBattu à l’aller par Semur (31-32), Mulhouse était alors tombé dans une mini-crise avant de relever la tête par la suite. C’est avec ce match en tête que les hommes de Brahim Ighirri, privés de Grégory Martin, comptaient poursuivre leur série en cours de six matches victorieux. Le duo Boillaud (8 buts) – Chauvin (11 buts) s’est chargé de consolider la deuxième place au classement, bien aidé par un Stojinovic toujours aussi impressionnant dans ses buts (18 arrêts). Les pertes de balle semuroises ont rapidement été sanctionnées par des réalisations adverses. En tête à la pause (12-16), le MHSA ne sera plus jamais inquiété (27-34). Semur reste relégable avant d’affronter Nancy dans un match ô combien capital pour le maintien.

En dominant largement Gonfreville (29-21), Chartres a signé sa plus large victoire de la saison. Sans un relâchement en fin de rencontre, les chartrains auraient même pu enregistrer un succès encore plus large. Même si le début de rencontre a été plutôt équilibré (5-4, 14’), Chartres a très rapidement accéléré, réduisant ses tirs manqués et ses balles perdues. Il n’y avait déjà plus beaucoup de suspense à la pause (16-8). Avec un Sylvain Astruc solide dans ses cages, Chartres a ensuite géré son avance au tableau d’affichage. Cherblanc, très appliqué aux tirs (8/8), a été l’un des grands artisans de ce succès bénéfique pour le moral dans l’optique du sprint final. Le déplacement à Vernon la semaine prochaine s’annonce passionnant dans l’optique des play-offs.

Massy CarnierMassy a abandonné un point précieux à domicile contre Nancy (29-29). L’addition aurait même pu être plus lourde sans un dernier but de Desgrolard à 47 secondes de la fin puis une parade de Hakkar face à Kratovic dans les dernières secondes. Massy a rapidement pris conscience que la soirée allait être compliquée et que la bataille serait rude pour décrocher les trois points. Relégué à cinq longueurs après 8 minutes de jeu (2-7), les massicois ont souvent été mis en difficulté par le trio nancéen Kratovic, Ilic et Rahim, auteurs de 19 buts à eux trois. Devant à la pause (12-14), Nancy a calé à l’approche des dix dernières minutes. Massy a même pris les devants par Carnier à quatre minutes de la fin. Avec l’épilogue que l’on connaît ensuite …

Valence a fait un grand pas vers son maintien en dominant Besançon à domicile (28-22). Les hommes de Davidovic ne sont plus qu’à un point d’assurer leur maintien en Pro D2. Ils ont d’ailleurs passé une soirée plutôt sereine face à l’ESBM, en accélérant dans les dix dernières minutes de la première période. Un 4-1 leur a permis de rentrer aux vestiaires avec un avantage intéressant (15-10). Malgré la réussite de Molinié, Besançon ne cessera pas de courir après le score, sans jamais parvenir à réellement inquiéter Valence.


Quand Ivano Bali? se transforme en gardien de but by HandNews

Pub Espace Pronos Proligue

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).