Pro D2 – J25

Nîmes sacré, Semur relégué

Nimes champion

L’avant-dernière journée de Pro D2 a rendu son verdict à tous les niveaux du classement. Grâce à son large succès à domicile contre Dijon (40-31), Nîmes est officiellement sacré champion de France. Un an après l’avoir quittée, l’USAM retrouve la LNH. Chartres a validé son ticket pour les play-offs, tandis que Semur-en-Auxois jouera en Nationale 1 en septembre prochain.

L’affiche du week-end

A 60 minutes d’un sacre annoncé, Nîmes allait-il chuter face à l’une des formations les plus solides de la saison, Dijon ? Sous la pression, les nîmois allaient-ils gâcher la fête tant attendue par leurs supporters ? De suspense, il n’y en eu guère vendredi soir dans le Gard. Tournés vers leur objectif de sacre et de remontée en LNH, les gardois n’ont pas laissé l’occasion de prouver à tous qu’ils étaient les véritables patrons de Pro D2. Plus personne n’en doutait vraiment après leur saison rondement menée, mais il restait à terminer le travail pour pouvoir pleinement se tourner vers le prochain exercice.

Denis LathoudRapidement, l’USAM prend les commandes de la rencontre, s’appuyant notamment sur un Damien Scaccianoce porté par l’air de la LNH qu’il a bien connu pendant plusieurs années (7-3, 10’). L’ancien istréen commençait alors un véritable festival, avec un remarquable 10/14 à l’issue de la rencontre. En l’absence de Guillaume Saurina, il n’a pas hésité à prendre ses responsabilités pour mener l’USAM sur le chemin du succès. En face, Dijon se retrouve incapable de contenir les attaques adverses. Denis Lathoud pose un temps mort pour recadrer ses troupes, mais le mal est fait. Et l’arbitrage n’est pas exempt de tout reproche selon l’entraîneur bourguignon. « C’est tout simplement une escroquerie, estime-t-il dans les colonnes du Bien Public. Les arbitres ont fait totalement n’importe quoi dans les quinze premières minutes. Tout était programmé pour que Nîmes soit champion dans sa salle. »

Gallego NîmesPetiot stoppe l’hémorragie pendant quelques instants, avant que Nîmes ne reprenne son rythme de croisière. Ne s’économisant pas, faisant preuve de beaucoup d’engagement, les joueurs de Jérôme Chauvet poussent même Istvan Redei à la faute. Carton rouge pour l’arrière hongrois. Largement dominé à la pause (22-16), privé de Redei, Parent, Baccu, Gaillard et Bogunovic, la mission des dijonnais se complique alors fortement.

Privé de rotations, Dijon s’accroche néanmoins. Petiot (11/13) et Naudin (6/9) montrent la voie à suivre.  Dijon n’abdique pas mais traîne son retard initial comme un boulet (29-25, 44’). Nîmes se content de gérer, conscient qu’avec de l’application et du sérieux, le match ne peut plus lui échapper. Les blessures de Portefaix (main) et Kiour (lèvre) compliquent la remontée des dijonnais. Nîmes inscrit un 5-0 en 5 minutes, terminant ainsi sa saison à domicile sur un large succès (40-31). Les nîmois sont en LNH au terme d’une année totalement maîtrisée.

Le joueur du week-end

BouakazQuasiment assuré de participer aux play-offs après son succès sur Vernon la semaine dernière, Chartres devait transformer l’essai à domicile contre Angers. Face à des angevins qui n’avaient plus rien à espérer, Yacinn Bouakaz a été le grand artisan du succès chartrain (37-29). Avec un 9/11 aux tirs, l’ancien tremblaysien a été dans tous les bons coups de la soirée. Il est le joueur de cette 25ème journée de Pro D2.

Sous les yeux de son futur portier, Nebojsa Grahovac, Chartres commence d’abord la rencontre au coude à coude avec les angevins (3-3, 7’). Un 3-0 mené par Paillasson (2 buts) et Cherblanc propulse les locaux sur de bons rails (6-3, 11’). Privé de Cauwenberghs, Buchta, Bakékolo et Yahia, Angers s’accroche, profitant des tirs de Diarra sur la base arrière (10-8, 19’). Bouakaz réalise un véritable festival en fin de première période, contenant les velléités adverses. Chartres mène logiquement à la pause (17-14).

Au retour des vestiaires, les deux formations continuent sur le même rythme. L’écart reste ainsi bloqué à trois unités. Malgré de nombreux absents, Angers tient la cadence. Mais le manque de rotation se fait alors sentir de manière prégnante. La défense angevine laisse davantage d’espaces aux attaquants chartrains. Ces derniers ne laissent pas passer l’occasion de se mettre à l’abri et d’offrir un beau spectacle à leur public (30-24, 49’). Malgré quelques pertes de balles, Chartres se dirige vers un large succès (37-29). La formation de Benoît Guillaume affrontera Mulhouse en play-off. Un adversaire relevé sur la route de la LNH pour une formation chartraine qui devrait annoncer le nom de son nouvel entraîneur dans les prochains jours.

Les autres matches

C’était le match de la dernière chance, ou presque. En réalisant un match nul à domicile contre Pontault-Combault (32-32), Semur est tombé les armes à la main et a dit adieu à la Pro D2. Faisant preuve d’une belle générosité, les coéquipiers de Dewit et Sarr (4 buts chacun) ont buté sur une formation pontellosie libérée, avec un Jallamion encore étincelant (12/13). Si Pontault a fait la course en tête en début de seconde période, c’est Semur qui a mené les débats une grande partie de la rencontre. Et a accroché le nul par Saar à cinq secondes de la fin.

IstresPour Istres, en revanche, la saison galère touche presque à sa fin. Vainqueurs de Nancy (24-23), les istréens sont assurés de rester en Pro D2 la saison prochaine. La peur de la descente n’est pas passée loin, mais la formation de Gilles Derot a préservé l’essentiel. La rencontre face à Nancy a été crispée, ardemment disputée (11-11 à la pause). Si Istres va compter jusqu’à 4 buts d’avance au cœur de la seconde période (21-17, 49’), les nancéens vont les pousser dans leurs derniers retranchements dans le money-time.

Bien décidé à profiter du faux pas de Dijon à Nîmes pour consolider sa deuxième place, Mulhouse est revenu de Valence avec sa septième défaite de la saison (31-29). Déjà battus à l’aller (18-27), les mulhousiens avaient cette fois-ci la tête aux play-offs. Avec plusieurs échecs à six mètres et aux penalties, le MHSA a fait le bonheur de Rajkovic, éblouissant dans ses cages (18 arrêts). Menée à la pause (15-12), la formation de Brahim Ighirri revient à égalité à plusieurs reprises avant de craquer sur la fin.

Fernando Garcia VernonVernon a relevé la tête après son revers contre Chartres en dominant Besançon (32-26) à domicile. Avec Gérard et Darsoulant auteurs chacun de 7 buts, le SMV a fait la différence dans le dernier quart d’heure. Au coude à coude pendant une bonne partie de la rencontre (15-15 à la pause), les deux formations ne se sont départagées qu’après un 4-0 normand (29-24, 53’). Les hommes de Jérôme Delaporte offrent ainsi un beau succès à leur public.

Assuré de participer aux play-offs, Massy a levé le pied à domicile contre Gonfreville (26-27). Pourtant déjà relégué en Nationale 1, Gonfreville a joué crânement sa chance. C’est pourtant Massy qui donne le tempo, avec Réault (encore 9 buts), Carnier et Halasz à la finition (8-5, 13’). Mais Gonfreville refait surface et rentre aux vestiaires avec un prometteur 12-12. Sur sa lancée, la formation de Dragan Mihailovic prend le match à son compte. Le final est tendu. A ce petit jeu, Mallet offre le succès aux siens avant que Rouault détourne un tir de Réault à 28 secondes de la fin.


Le Paris Saint-Germain Handball accède à la finale de la Coupe de France by Paris Saint-Germain Handball

Pub Espace Pronos Proligue

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).