Pro D2

Le grand écart des budgets

Monnier Chartres

Si la LNH joue dans une autre dimension, avec les 13,5 M€ du PSG en tête d’affiche et un budget médian de plus de 3,1 M€, la Pro D2 reste bien loin de ces chiffres. Tour d’horizon des différents budgets de l’antichambre de la LNH.

Etudier les budgets des clubs de Pro D2 ressemble à un retour en arrière pour ceux qui ne voient le handball hexagonal qu’à travers le prisme de la LNH. Sans surprise, la Division 2 reste très loin derrière le deuxième championnat du monde. Avec un budget moyen de 1,1 M€ et un budget médian de 950.000 €, les clubs de Pro D2 évoluent dans l’ombre des 14 formations de LNH.

Créteil, premier de la classe

Baena CréteilLe budget moyen actuel de Pro D2 reste en deçà de celui de la Division 1 il y a 10 ans, en 2003 (1,2 M€). Le plus gros budget est celui de Créteil qui, en descendant de LNH, est resté dans des standards plus conformes au très haut niveau. Avec ses 2,2 M€, la formation de Benjamin Pavoni aurait le 12ème budget de LNH. En dix ans, le budget cristolien a augmenté de 57%, quand celui de Montpellier a dans le même temps bondi de 164%. Un monde d’écart, Montpellier pouvant s’appuyer sur la Coupe d’Europe et un club de partenaires élargi pour faire progresser son budget année après année.

Si avec ses 2,2 M€, Créteil aurait compté le 2ème budget de Division 1 il y a 10 ans, il apparaît aujourd’hui comme le vrai maître de la Pro D2. Il est 2,8 fois plus élevé que ceux de Vernon et Massy (780.000 €), les derniers de la classe. Ces deux formations ont réuni le budget minimum exigé par la fédération pour évoluer à un tel niveau. Massy a notamment dû trouver des ressources supplémentaires pour se mettre en ligne avec ces exigences budgétaires. En Pro D2, le développement économique des clubs reste souvent précaire.

Les anciennes équipes de D.1 ont les budgets les plus élevés

BillèreCréteil et Chartres sont les deux seules formations à présenter un budget prévisionnel supérieur ou égal à 2 millions d’euros. Si Billère, Istres et Pontault-Combault sont quant à eux plus proches du million d’euros, c’est en partie grâce à leur passé d’ancienne formation de l’Elite. Ces trois clubs présentent des ambitions de haut de tableau et ont conservé un budget qui peut leur permettre d’atteindre les play-offs.

La masse salariale prend une part prépondérante du budget des clubs. Si elle ne représente que 45% du budget global à Créteil, elle est en revanche beaucoup plus élevée pour des formations comme Pontault (70%), Chartres (65%) ou encore Billère (55%). La Pro D2 reste ainsi bien loin de l’économie en pleine croissance de la LNH. Avec le risque de voir se creuser année après année un fossé de plus en plus grand entre les deux divisions.

[table “322” could not be loaded /]


Handball – LNH – 2ème journée PSG 30-29… par Handnews

Pub Espace Pronos Proligue

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. vince - le 25 septembre 2013 à 09h49

    c'est vraiment inquiétant ces écarts. De plus en plus, certaines équipes de Pro D2 feront la navette avec la LNH à l'image de Billière, et uniquement la navette. C'est dommage !

  2. ChoKKo - le 25 septembre 2013 à 11h01

    a quoi cela a servi ? Billère en LNH…. à part se ridiculiser ?

  3. skancho - le 25 septembre 2013 à 14h29

    Ceci dit, je pense que si on fait un paralèlle avec foot, rugby ou autre, les différences sont également abysmales. Le tout est de savoir préparer son arrivée dans l'élite avec anticipation pour trouver des sponsors, sachant par ailleurs que les droits TV doivent augmenter un peu avec l'accession en LNH. Bref, l'écart est important mais similaire à celui dans les autres sports. Les équipes qui sauront se préparer (recruter malin, former des jeunes, anticiper le sponsoring…) sauront se maintenir.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).