LNH – PSG

R. Gunnarsson : “Avec une telle équipe, tout est plus facile”

PSG GunnarssonArrivé l’été dernier, le pivot islandais du PSG a tout de suite fait l’unanimité chez les connaisseurs. Passé par Gummersbach et Rhein-Neckar Löwen, et malgré des petits pépins physiques, il se dépense sans compter au sein du collectif parisien avec lequel il retrouvera certainement la Ligue des Champions l’an prochain. Première partie de notre entretien avec un des joueurs les plus sous-côtés du championnat.

HN : Quand tu as signé à Paris l’an dernier, rien n’était encore sur à propos de l’arrivée de nouveaux investisseurs. Étais-tu inquiet de peut être devoir jouer en deuxième division ?

Effectivement. Même si bien sur, c’est plus intéressant pour tout le monde de jouer en première division, je savais que le projet était intéressant. Après, tout s’est accéléré et le projet est devenu encore plus intéressant (rires). Mais sérieusement, c’est une grande chance de venir jouer ici et de vivre à Paris. En plus, mon oncle a joué ici avec le PSG-Asnières il y a 15 ans (ndlr, Julius Jonnasson), alors je connais un peu le coin ! Non, je rigole…

HN : Plusieurs joueurs islandais viennent jouer en France ces jours-ci, que ce soit toi et Asgeir Hallgrimsson à Paris ou Arnor Atlason l’an prochain à Saint Raphael. Auparavant, les Islandais se dirigeaient plutôt vers l’Allemagne. As-tu une explication ?

Les joueurs qui viennent en France sont des joueurs déjà confirmés, alors que les jeunes vont toujours vers l’Allemagne, regarde Stefan Sigurmansson à Rhein-Neckar Löwen. Le championnat se développe très vite ici. Avant, la Bundesliga était au dessus, avec l’Espagne et la France en dessous. Maintenant l’Allemagne est toujours au dessus, mais l’Espagne a baissé de niveau tandis que le championnat français s’améliore continuellement. J’ai toujours voulu jouer en France ou en Espagne, cela ne s’était pas fait avant, là j’ai eu une opportunité alors j’ai vite accepté. Mais je suis surpris du niveau de la LNH, il est vraiment très bon.

La saison se passe très bien pour l’instant. Pensais-tu que le succès arriverait aussi vite ?

Je savais que cela arriverait à un moment, mais peut être pas aussi vite. C’est vraiment super que cela arrive à cette vitesse, mais forcément avec une telle équipe tout est plus facile. Mais il nous reste neuf matchs avant la fin du championnat, il va falloir rester concentrés et continuer à travailler, rien n’est encore joué mathématiquement.

PAUC PSG fin de matchLorsqu’on te regarde jouer, on trouve que tu joues aussi bien que ce que tu faisais à Rhein-Neckar ou Gummersbach. Comment expliques-tu que tu te sois adapté aussi rapidement?

Vous trouvez ? Je pense que ça m’a pris un petit moment, sur les premiers matchs je n’étais pas vraiment content de ce que je produisais. Mais bon, pour bien jouer, il faut avoir de bons passeurs, surtout à mon poste, et je dois admettre que je suis plutôt servi dans ce domaine ! Je suis super heureux de comment les choses avancent, et de l’évolution de notre jeu. Le but c’est de continuer à progresser, pas forcément individuellement, mais collectivement. Mais vraiment, je ne me suis pas trouvé bon sur les premiers matchs avec Paris.

Tu es le seul pivot cette année. Comment as-tu vécu le changement entre l’an dernier, où tu partageais le poste avec Bjarte Myrhol à Rhein-Neckar, et cette année?

Je joue uniquement en attaque, alors je change avec Didier Dinart qui fait la défense. J’aime vraiment bien faire ça de cette façon, ça me permet d’avoir plus de jus en attaque. Bien sur que c’est super pour une équipe d’avoir deux pivots, néanmoins, je ne vais pas me plaindre parce que mon temps de jeu est très important ici. Et puis à un match par semaine, même si je joue beaucoup, il n’y a pas trop de fatigue.

Tu es l’un des joueurs les plus réguliers du PSG cette année, et pourtant on ne parle pas trop de toi dans les médias. Tu penses que les gens ne te jugent pas à ta vraie valeur ?

Tu m’apprends quelque chose ! Vraiment je n’y fais pas attention, cela ne m’ennuie vraiment pas. Je ne cours pas après les distinctions personnelles, j’essaie que mes coéquipiers soient contents de mon boulot. Je suis passé en Allemagne, au Danemark, et je n’ai jamais lu ce qu’on disait de moi. C’est normal que les gens pensent plus aux internationaux français quand ils parlent du PSG, parce qu’ils ont l’habitude de voir Dinart et Abalo tout le temps, et forcément un joueur comme Hansen a plus de notoriété que moi, mais vraiment ça ne me dérange pas, c’est n’est pas ce après quoi je cours.

Il y a de très fortes chances que tu joues la Champions League l’an prochain, alors que cette année tu n’y participais pas. Est-ce que ça t’a manqué, ou est-ce que finalement ça t’a permis d’avoir une saison un peu plus cool et de recharger un peu tes batteries?

Je dirais un peu des deux. Bien sûr que les gros matchs te manquent, mais d’un autre côté, on a beaucoup de temps libre, on peut passer pas mal de temps avec notre famille, même eux n’ont pas l’habitude ! Ca nous a permis aussi de bien bosser, si on devait jouer tous les trois jours ça aurait été dur d’avoir des automatismes aussi facilement. On a un grand groupe, avec beaucoup de joueurs, donc je pense que, techniquement, on aurait eu assez de monde pour faire tourner. Mais bon, c’est pas plus mal, surtout avec les JO l’été dernier, d’avoir eu une année un peu plus calme avant de repartir avec la Champion’s League l’an prochain.

igor-vori-volio-bih-da-se-na-tribinama-okupi-stara-klapa-504x335-20120103-20120118191014-c11feb1e38172c6c1ca1a6d4e5b6e33fL’an prochain tu vas être rejoint par Igor Vori au poste de pivot. Tu as quelque chose à nous en dire ?

C’est super pour l’équipe ! C’était essentiel d’avoir un deuxième pivot avec la Ligue des Champions, si je me blesse ou quelque chose, je ne pouvais pas continuer tout seul. C’est un pivot complètement différent de moi, on a deux styles de jeu complétement différents, et contrairement à moi, il défend. Je l’ai vu jouer en Bundesliga, je suis sûr qu’il va apporter quelque chose de bon à l’équipe, avec beaucoup d’expérience. Et ça va me pousser à travailler encore plus !


TOP 10 buts phase aller PSG Handball by Paris Saint-Germain Handball

HandNews & CasalHand

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. Alexandre - le 13 mars 2013 à 14h05

    Peut-être le joueur que je préfère au PSG cette année : un combattant hors pair, toujours là avec la même hargne, régulier, et il a l'air d'avoir un super esprit sur et en dehors du terrain… le tout en ne faisant pas de bruit !

    • chavi - le 13 mars 2013 à 16h07

      Je ne peux que confirmer les propos d'Alexandre !

      Robert Gunnarsson, c'est un joueur qui se défonce tout le temps sur le terrain, un combattant extraordinaire ! Moi ce mec, je l'adore ;o) Une telle détermination, ça fait plaisir à n'importe quel supporter.

      Et en plus il est assez spectaculaire.

      A noter que c'est l'ancienne équipe dirigeante du Paris Handball qui l'avait embauché.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).