All

Hambourg, la fin des illusions

SC-Magdeburg-HSV-Hamburg

Après avoir connu le sacre suprême en mai dernier avec sa première victoire en Ligue des Champions, le club d’Hambourg en allant s’incliner à Magdeburg hier (33-25). Mais plus que la défaite, c’est le contexte qui peut inquiéter. Décryptage.

Une saison vierge sportivement

“Nous voulons tout gagner. La Coupe, la Bundesliga, et garder notre titre en Ligue des Champions. Nous avons un effectif suffisamment riche et de qualité pour y parvenir”. Tels étaient les mots de Martin Schwalb, l’entraineur hambourgeois, il y a exactement six mois, en novembre dernier. Depuis de l’eau est passée sous les ponts, et Hambourg ne gagnera certainement aucun trophée cette année. La défaite en début de saison au Super Globe face à Barcelone avait pu sembler logique. Celle en Coupe d’Allemagne à domicile face à Göppingen, nettement moins, d’autant plus qu’elle signifiait l’absence du club hambourgeois au Final Four de la compétition, dont il était pourtant organisateur. Hambourg a ensuite été éliminé de la Ligue des Champions par le Vardar Skopje, dominé lors de la manche retour à domicile. Sous le coup de la colère, Andreas Rudolph s’était même emporté en disant “Nous avons les mauvais joueurs et le mauvais entraineur à Hambourg”. Calmé depuis, le président du club était à la GETEC Arena de Magdeburg hier soir pour voir les siens en déroute, perdant ainsi tout espoir de remporter la Bundesliga. Trois trophées en jeu, et trois échecs face à des adversaires qu’on pensait pourtant à sa portée.

SchwalbUn coaching incompréhensible

Avec 18 joueurs professionnels sous contrat, Hambourg possède le plus gros effectif de la Bundesliga, ce qui avait déjà été une source de brouille en début de saison quand Frank Rost, nommé directeur des affaires sportives, avait claqué la porte, accusant Martin Schwalb de signer des joueurs à tour de bras sans faire attention aux finances. Mais abondance de bien nuit, et Martin Schwalb n’est pas spécialement renommé pour son coaching. Ainsi, Kentin Mahé a passé la majeure partie de sa saison en tribunes, tout comme le pivot danois Henrik Toft Hansen. En revanche, des joueurs comme Thorsten Jansen ou Matthias Flohr ont un temps de jeu conséquent, malgré leur apport offensif quasi nul. Pour exemple, Jansen n’a pris qu’un tir à l’aile gauche en 60 minutes à Magdeburg. Selon Schwalb “Toto Jansen ou Flohr possèdent la capacité de pouvoir défendre au poste 2, et ainsi limiter le nombre de changements attaque-défense”. Certes, mais se priver d’aile gauche tout un match vaut-il à ce point le coup? De même, le technicien champion d’Europe a décidé ces derniers temps de se passer des services de Davor Dominikovic, recruté l’été dernier, pour installer Blazenko Lackovic, pourtant hors du coup en première partie de saison, en chef de la défense. “Blazenko est davantage mobile que Davor, et pour jouer une défense étagée, il me semble plus à l’aise” est la justification avancée. Toujours est-il que Lackovic, qui n’a jamais défendu depuis qu’il joue à Hambourg semble perdu dans sa prise en charge du pivot, et que la défense reste sur cinq matchs de suite à plus de 30 buts encaissés.

Duvjnak HambourgUn investissement douteux

Depuis le début de l’année, Hambourg repose essentiellement sur trois joueurs majeurs: l’ailier droit danois Hans Lindberg, le demi-centre croate Domagoj Duvjnak et le gardien Johannes Bitter. Si l’un des trois passe au travers, le résultat est généralement négatif. Autour d’eux gravitent des joueurs dont l’implication dans le projet collectif peut parfois être douteuse. Zarko Markovic apparaît comme une pâle copie de Marko Vujin, uniquement attiré par le but, Pascal Hens est de moins en moins décisif avec les années, Adrian Pfahl est gêné depuis le début de saison avec une blessure au coude. Seuls surnagent Andreas Nilsson, le pivot suédois, et Petar Djordjic qui, même si son sens du collectif ne fait pas merveille, a le mérite d’inscrire des buts. Reste l’énigme Joan Canellas. Si il avait impressionné les observateurs à son arrivée, il est de plus en plus critiqué. A l’image d’un jeune Iker Romero, il joue en marchant et cherche à finir ses actions systématiquement, enlevant le peu de fluidité restant au jeu d’Hambourg. “Joan a un jeu différent, il joue comme beaucoup d’Espagnols, en portant le ballon” défend Martin Schwalb. “Il est décisif, mais d’une autre façon que peut l’être Dule (Duvjnak).” Toujours est-il qu’en alignant parfois une base arrière Djordjic-Canellas-Markovic, Schwalb ne gagne pas en fluidité dans son jeu.

Quid du futur?

La semaine passée a été compliquée pour le HSV. L’annonce des salaires de mars non payés s’est ajoutée à celle, précédente, de la non-reconduction de tous les éléments en fin de contrat et d’un trou d’un million d’euros dans les caisses. Si Andreas Rudolph, le président et principal bailleur de fonds du club, a assuré que “le club aurait bien sa licence Bundesliga la saison prochaine”, on est en droit de se demander dans quelles conditions. Avec des retards de paiement de fournisseur avoisinant les 700.000 euros, on voit mal le club continuer avec le même train de vie la saison prochaine. On sait déjà que neuf joueurs seront encore sous contrat : Johannes Bitter, Kentin Mahé, Hans Lindberg, Steffan Schröder, Petar Djordjic, Pascal Hens, Joan Canellas, Adrian Pfahl et les deux pivots Andreas Nilsson et Henrik Toft Hansen. L’effectif sera renforcé par quelques arrivées, tandis que Martin Schwalb devrait encore être en poste la saison prochaine.

Retrouvez la communauté HandNews sur Discord
Pub Espace Pronos Allemagne

6 CommentairesPoster un commentaire

  1. skancho - le 16 avril 2014 à 14h10

    Merci pour cet article très intéressant. J'en conclus que le bateau coule mais que l'équipage fait juste en sorte d'écoper de quoi ne pas sombrer. Je pense qu'avec la situation financière qui est la sienne, le club aurait tout intérêt à mettre de côté toute ambition sportive pour une saison ou deux, pour simplement se maintenir en Bundesliga et renflouer les caisses. Là, en gardant des salaires monstrueux comme ceux de Lindberg, Canellas… Le club prend un risque il me semble.

  2. totor - le 16 avril 2014 à 14h14

    Encore un bon article…merci handnews!!

    • nicnic - le 16 avril 2014 à 15h13

      +1

Afficher tous les commentaires

Répondre à totor Annuler la réponse

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves