CDF – 1/2

Chambéry en finale !

Dumoulin Chambéry

Ce soir, se jouait la première demi-finale de la Coupe de France de handball, entre Chambéry et Nantes. Dans un match aux pronostics indécis, Chambéry a su se défaire de son adversaire sans jamais lui laisser espérer à une victoire. Dans son antre du Phare, les Savoyards valident leur ticket pour Coubertin et, dans une saison menée cahin-caha, espère atteindre une coupe jamais soulever.

Difficile de dégager un favori pour cette première demi-finale… Chambéry venait à nouveau de perdre en championnat, contre Ivry, avant-dernier. De leur côté, les Nantais jouaient en coupe d’Europe contre Montpellier le week-end dernier, et s’inclinaient lourdement 33 à 24. La seule chose certaine, ce jeudi soir, était la présence des supporters chambériens, une nouvelle fois venus en nombre pour supporter leur équipe.

Une défense savoyarde bien en place

Chambéry avait décidé de s’appuyer au maximum sur son point fort : la défense. Les actions conjuguées de Ben. Gille, Paturel, Panic et Bicanic médusaient les deux arrières espagnols de Nantes. Il fallait attendre la cinquième minute pour que Valero Rivera ouvre la marque pour Nantes (1-1, 5e). Si Benjamin Gille, placé à nouveau à l’aile, manquait deux tirs coup sur coup, les rentrées de pivot chambériennes perturbaient la défense adverse, orchestrée par Feliho (7-4,14e). Sans grandes accélérations, mais en construisant patiemment, Chambéry se détachait nettement, obligeant Thierry Anti à poser son temps mort (11-7, 22e) et à faire entrer Jonsson à la place de Claire, visiblement émoussé par les dernières sorties. Revenu à deux buts (12-10 ; 27e), Rivera, jusqu’alors impeccable (7/9 à la mi-temps), ratait son jet de 7m, et Chambéry en profitait pour reprendre un nouveau souffle avant la mi-temps (16-12 ; 30e).

Le Phare assomme Nantes.

Au retour des vestiaires, Nantes n’arrivait pas à se reprendre mais profitait néanmoins des nombreux jets de 7m qui leur étaient accordés. Claire remplaçait alors Rivera avec brio (3/3) et ramenait son équipe à deux buts (20-18, 42e). Mais comme souvent cette saison, quand Chambéry se cherche un nouveau souffle, c’est un jeune joueur qui s’illustre. La performance de Tritta en était le symbole. Plein de sang-froid, il débloquait le compteur, coincé depuis quelques minutes, d’un tir lointain qui passait entre les jambes de Skof (21-18 ; 42e). Dans la foulée, Dumoulin enchaînait à nouveau les arrêts (17/42 au final) et un Nyokas des grands soirs (7/10 au final) permettait aux Savoyards de croire un peu plus en la qualification (24-19 ; 49e). L’ambiance était alors à son paroxysme. Si Rivera offrait aux Nantais le droit d’y croire grâce son dixième but (26-23 ; 54e), N’Guessan, bien timoré ce jeudi soir, éteignait rapidement les espoirs des joueurs d’Anti (28-23 ; 57e).

Le Phare exultait alors lorsque le gong retentissait. Score final : 30-27. Chambéry atteint pour la sixième fois de son histoire la finale de la coupe de France. Son adversaire sera connu samedi soir, l’autre demi-finale opposant Paris à Dijon.

Maxime Thomas

4 CommentairesPoster un commentaire

  1. Jean - le 2 mai 2014 à 13h53

    On a senti les nantais fatigues, les matchs face a montpellier ont laisse des traces, ça se voyait hier soir. Encore une fois , à force de vouloir jouer sur plusieurs tableaux, coupe championnat , EHF , Nantes ne gagnera rien cette saison . Manque évident de rotations sur la base arrière pour jouer tous les matchs durant cette saison. Reste plus qu a espérer finir 4 eme pour être européen et encore faut pas que Chambéry remporte la coupe face u PSG .

    • chavi - le 2 mai 2014 à 14h09

      J'avoue avoir eu exactement la même sensation que toi.

      Déjà lors du match retour contre Montpellier, j'ai senti que l'équipe n'était plus capable d'accélérer le jeu.

  2. bob45 - le 2 mai 2014 à 15h36

    Oui, il va falloir que le staff en tire les enseignements pour l'année prochaine. On n'a pas le choix il faut étoffer l'effectif si on veut continuer à jouer sur tous les tableaux car là on a constaté que des gars comme Maqueda étaient totalement cuits. On ne joue qu'avec un seul arrière droit, ce n'est pas jouable sur une saison. Après il faut dire aussi qu'on s'est fait avoir sur le calendrier et qu'on n'a pas eu de chance aux différents tirages au sort…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).