Coupe EHF

Présentation du Tatran Presov

Tatran_Presov_radost_413057

Après avoir affronté les Hongrois de Szeged la semaine dernière, Nantes reçoit ce dimanche un autre habitué de la Ligue des Champions, le club slovaque du Tatran Presov.

KristopansCréé en 1952, le club domine déjà le championnat tchéquoslovaque dans les années 60 et 70. Après la séparation entre la République Tchèque et la Slovaquie, Presov, ville de 100 000 habitants située dans l’est de la Slovaquie, domine sans partage le championnat national. Sacré neuf fois sur 10 depuis 2003, il a comme adversaire majeur le Sporta Hlohovec, lui aussi engagé dans cette coupe EHF. Au niveau continental, la situation est beaucoup moins facile. Le club n’a plus participé à la phase de poules de la Champions League depuis la saison 2010/2011, éliminé depuis à trois reprises lors des barrages de début de saison. Cette année, ils n’ont pu se qualifier, défaits par les Biélorusses du Dinamo Minsk. La coupe EHF ne leur porte pas beaucoup plus chance, puisqu’ils en ont été éliminés dès la phase de poules la saison dernière et que leur meilleure performance est un quart de finale perdu contre Magdeburg il y a deux ans. Attention néanmoins, sur un match Presov est capable de tout, puisque la saison dernière ils avaient dominé Kolding de sept buts et ne s’étaient inclinés que d’un but face à Rhein-Neckar Löwen, futur vainqueur de l’épreuve.

Radek PresovL’équipe s’articule autour d’une ossature du cru, qui comprend une grande partie de l’équipe nationale slovaque. On retrouve dans les buts le Tchèque Jakub Krupa et Svetislav Verkic, deux joueurs qui sont au club depuis plus de cinq ans et qui forment une doublette d’expérience. Au poste de pivot, c’est l’ancien Ivryen Andrej Petro qui tient la corde. A l’aile gauche, c’est Radoslav Antl qui est titulaire; âgé de 36 ans, il est loin d’être sur le déclin, comme ses 36 buts en 6 matchs de coupe EHF la saison dernière le prouve, tandis qu’à droite, c’est l’international slovaque Tomas Urban qui devrait débuter sur le parquet de Beaulieu. La base arrière ne possède pas de grand nom, mais elle est d’une efficacité redoutable et possède de très bons automatismes, évoluant ensemble depuis plusieurs années. Le gaucher letton Denis Kristopans, qui culmine à 2m15, possède un bras ravageur, mais sa taille immense n’est qu’un faible avantage compte tenu de sa faible motricité. Les droitiers sont bien plus intéressants, puisqu’Oliver Rabek (en photo), le demi-centre et l’arrière gauche de 35 ans Peter Tumidalsky (au club depuis 2002) assurent la majorité du scoring, tandis que le futur Dunkerquois Radoslav Pejovic est très fort dans les duels, et tourne régulièrement sur les deux postes.. Derrière ce sept majeur de belle facture, on retrouve sur le banc de nombreux joueurs de moins de 25 ans dont le temps de jeu est réduit comme le demi-centre Vladimir Guzy et l’arrière gauche Dominik Krok.

Presov ArenaLe Tatran Presov évolue depuis 2004 dans une salle entièrement rénovée, la Tatran Handball Arena. D’une capacité de 3800 places, elle est, comme beaucoup de salles dans les pays de l’est, très chaude, avec des gradins très près du terrain. Le club y est invaincu en SEHA League depuis près de 3 ans, dans une compétition qui compte quand même Zagreb ainsi que le Vardar et le Metalurg Skopje dans ses rangs. En coupe d’Europe, Montpellier était venu s’y imposer en 2010 en Champions League (33-31), tandis que Dunkerque était venu dans cette salle en 2007 au troisième tour de la Coupe EHF, avec une victoire à la clé (26-25). Mais face à une équipe qui a sorti en qualification Maribor, quart de finaliste la saison dernière, la prudence sera de mise pour les Nantais.

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. Fero - le 12 février 2014 à 17h27

    Zarko Pejovic

  2. Alexandre - le 12 février 2014 à 19h29

    Toujours aussi intéressant ces articles !

  3. YokYok - le 16 février 2014 à 23h05

    Bel analyse de l'équipe de Presov.

    Effectivement le géant de 2m15 ne sait pas vraiment courir, et encore moins sauter.

    Je les pensais plus forts, ou alors ils étaient dans un jour sans. Mais c'était parfois portes ouvertes en défense et stéréotypé en attaque. Peut être grâce à la perf du 'H' aussi ? Il faudra tout de même se méfier du retour.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).