EHF Cup

Szeged premier qualifié pour la finale

IMG_8923

Premier match de la journée, et première sensation dans ces finales de la Coupe EHF, puisque les Hongrois de Szeged sont venus à bout des hôtes de Berlin.

Les renards, pourtant poussés par près de 9000 personnes, ne se sont jamais remis du 4-1 infligé par les Hongrois d’entrée de jeu. Heinevetter, leur gardien avait été présenté comme une des stars de cette finale. Il n’aura joué que les 25 premières minutes de la première mi-temps, avec un seul arrêt au compteur, laissant sa place à Petr Stochl, qui n’a cette fois-ci pas réalisé de miracle, lui qui a si souvent sauvé son équipe cette saison. La piètre performance des gardiens berlinois, et plus généralement de toute la défense allemande, a d’autant plus sauté aux yeux qu’en face, Roland Mikler avait revêtu ses habits de gala. 18 arrêts, dont plusieurs à des moments clés, pour celui qui partira pour Veszprem la saison prochaine. “Evidemment, ce weekend est spécial pour moi, et j’ai à cœur d’emmener l’équipe le plus loin possible” a-t-il reconnu à la fin du match. “Mais on a vraiment bien joué, surtout en début de match, et nous avons senti Berlin fébrile, alors que tout le monde s’attendait à ce qu’ils récitent leur handball”. A quatre buts de retard de la mi-temps (9-13), l’espoir était encore possible pour Berlin, et plus encore quand Jaszka, tenant son équipe à bout de bras, a ramené les hôtes à 17-18 à un petit quart d’heure de la fin. Mais il aurait fallu que Romero, Igropoulo et Nielsen ne passent pas à travers, et viennent aider leur demi-centre polonais, auteur de six buts, dans les moments chauds.

Si Mikler a eu un rôle important dans la victoire hongroise, leur coach Juan Carlos Pastor et son coaching a également été primordial. Décidant de lancer Jonas Larholm, quand Ilyes piochait en milieu de seconde mi-temps, il a résolu toutes les équations proposées par son homologue Dagur Sigurdsson, qui s’inclinait peu après le match : “Tactiquement, Szeged a fait le match parfait. On savait qu’ils voudraient nous empêcher de monter le ballon, ils l’ont fait, on les a ennuyés avec notre stricte sur Balogh et Mindegia et Larholm ont pris le relais”. Mais plus que tout cela, le coach islandais de Berlin regrettait à la fin du match toutes les occasions loupées par ses joueurs : “On a quatre ballons pour revenir à -1 dans les dix dernières minutes du match, et on n’en convertit pas un. La différence majeure est là, dans tous les moments chauds, ils ont mis leurs shoots, et nous non”. Avec Romero et Igropoulo dans leurs rangs, on croyait les renards à l’abri de ce genre de soucis. Mais l’Espagnol, dont c’était la dernière chance de remporter un titre avant sa retraite, est passé complétement à travers, tandis qu’Igropoulo a beaucoup raté, dont un pénalty qui aurait pu être décisif.

Szeged prendra donc part à sa première finale européenne demain face à Montpellier, avec un statut d’outsider assumé. “Nous ne serons pas favoris cette fois encore” admet Jonas Larholm. “Mais cela nous a réussi une fois, pourquoi pas une deuxième?”.

De notre envoyé spécial à Berlin, Kevin Domas

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. djouniordasouza - le 18 mai 2014 à 00h00

    Attention aux hongrois en effet. Berlin manquait peut-être de rythme sur ce type de matchs en étant directement qualifié?

    Une question au passage: si Mikler va a Veszprem l'an prochain, qui part de Veszprem? Alilovic ou Fazekas? (je pencherais pour le 2eme, vu son âge, même s'il reste au tip top niveau…)

    • Császá - le 18 mai 2014 à 15h06

      Personne 😀 Veszprém aura trois gardiens la saison prochaine.

      • djouniordasouza - le 18 mai 2014 à 21h02

        La vache… trois méga gardiens quand même…

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).