Euro 2014

Analyse du groupe B

euro2014

Réputée comme la compétition internationale la plus relevée, l’Euro débutera ce dimanche avec quatre matchs au programme, concernant les groupes A et B. Les groupes C (celui de la France) et D entreront quant à eux dans la danse à partir de lundi. Il est donc temps d’analyser les forces en présence dans chaque groupe, avec ici le groupe B à la loupe.

Drapeau Danemark Espagne

Après avoir humilié le Danemark en finale du Mondial sur ses terres il y a un an, l’Espagne est attendue de pied ferme par le pays hôte pour prendre sa revanche. Si les bookmakers voient déjà une finale Danemark-Espagne se profiler, la sélection de Manolo Cadenas devra faire attention à tout excès de confiance, sa solidité défensive étant amoindrie avec l’absence d’Arpad Sterbik même si Gonzalo Perez De Vargas semble avoir tout le potentiel nécessaire pour le remplacer. Le reste de l’équipe à l’habitude d’évoluer ensemble et devrait se trouver les yeux fermés en contre comme sur attaque placée.

Dans un groupe le plus relevé de cet Euro, l’Espagne devrait réussir à s’élever au dessus de la mélée mais attention toutefois à la Hongrie qui se sublime contre les favoris.

Les joueurs clés:

  • Viran Morros : Pierre angulaire de la défense de la Rioja, le défenseur du Barca va une fois de plus devoir prouver qu’il fait partie du top 5 des défenseurs mondiaux. A 30 ans, il semble être au zénith de sa carrière et sera le patron de la 6-0 espagnole qui devrait se transformer en 5-1 avec Ugalde en pointe lorsqu’il s’agira de gêner un tireur particulier.
  • Jorge Maqueda : Le fougueux arrière droit nantais sera l’arme n°1 à 9 mètres des Espagnols. Sa progression est constante de compétition internationale en compétition internationale et il devrait faire trembler quelques gardiens s’il affiche le même niveau qu’en LNH.
  • Raul Entrerrios : Absent du dernier Mondial, Raul Entrerrios va reprendre la mène du jeu ibérique. Organisateur de jeu et perforateur de défenses, il devrait avoir de l’énergie à revendre lors de cet Euro, son temps de jeu ayant été réduit avec Barcelone cette saison avec l’arrivée de Nikola Karabatic.

La sélection (16 joueurs+1 remplaçant*): José Manuel Sierra (GB, PSG, 35 ans), Gonzalo Pérez de Vargas (GB, Toulouse, 22 ans), Cristian Ugalde (AiG, Veszprém, 26 ans), Valero Rivera (AiG, Nantes, 28 ans), Antonio García (ArG, PSG, 29 ans), Viran Morros (ArG, Barcelone, 30 ans), Raúl Entrerríos (DC, Barcelone, 32 ans), Daniel Sarmiento (DC, Barcelone, 30 ans), Joan Cañellas (DC, Hamburg, 27 ans), Carlos Ruesga (DC, Veszprém, 28 ans), Jorge Maqueda (ArD, Nantes, 25 ans), Eduardo Gurbindo (ArD, Barcelone, 26 ans), Víctor Tomás (AiD, Barcelone, 28 ans), Albert Rocas (AiD, Kolding, 31 ans), Julen Aguinagalde* (PV, Kielce, 31 ans), Juan Andreu (PV, Hannover-Burgdorf, 28 ans),  Gedeón Guardiola (PV, Rhein-Neckar Löwen, 29 ans)

L’équipe type: Vargas (GB) – Ugalde (AiG) – Canellas (ArG) – Entrerrios (DC) – Maqueda (ArD) – Tomas (AiD) – Aguinagalde/Guardiola (PV)

cz Hongrie

Participante régulière aux phases finales de compétitions internationales, la Hongrie n’a jamais rien gagné, la faute à un manque de régularités dans les résultats. Capable de grosses performances et de battre les meilleures équipes sur un match, elle a toujours chuté au stade des quarts de finale.

Cette édition de l’Euro ne semble pas partie pour faire exception à la règle. L’absence du capitaine et leader Laszlo Nagy parait compliquée à compenser, même si Tamas Mocsai est un remplaçant sérieux. L’équipe, basée sur l’ossature de Veszprem à laquelle on ajoute quelques joueurs de Szeged, est expérimentée, puisqu’un seul seul joueur a moins de 25 ans (Ancsin), mais manque d’un vrai leader sur le terrain pour l’emmener vers les sommets.

Les joueurs clés:

  • Roland Mikler : Le gardien de Szeged a définitivement passé un cap depuis la retraite internationale de Nandor Fazekas. C’est aux derniers Mondiaux qu’on a pris la véritable mesure de son talent, puisqu’il a pointé à près de 40% d’arrêts. Parfaitement dans lignée des gardiens magyars, son point fort reste les tirs sur l’aile, même si il a énormément progressé sur le tirs de loin.
  • Gabor Csaszar: Le plus souvent en tribunes quand il porte le maillot du PSG, l’ancien meneur de jeu de Veszprém se transforme dès qu’il revêtit celui de l’équipe nationale. Il compense sa petite taille par une excellente capacité à prendre les intervalles et à faire jouer les autres, et il reste capable de prendre sa chance de loin grâce à une grande variété de tirs en appui. Par ailleurs, excellent tireur de pénalty.
  • Tamas Mocsai : A 36 ans, il dispute là une de ses dernières compétitions internationales. Dans l’ombre de Laszlo Nagy, il a toujours été plus qu’une simple doublure, avec un jeu beaucoup moins direct que celui de l’ex Barcelonais. Capable de grosses performances sur un match, il va devoir, cette fois-ci, faire preuve de régularité en l’absence du titulaire habituel du poste.

La sélection (16 joueurs): Roland Mikler (GB, Pick Szeged, 29 ans), Péter Tatai (GB, Pick Szeged, 30 ans), Péter Gulyás (AiD, Veszprém, 29 ans), Gábor Szalafai (AiD, Gyöngyösi, 28 ans), Gerg? Iváncsik (AiG, Veszprém, 32 ans), Attila Vadkerti (AiG, Pick Szeged, 31 ans), Gábor Ancsin (ArD, Pick Szeged, 23 ans), Tamás Mocsai (ArD, Hannover-Burgdorf, 35 ans), Gábor Császár (DC, PSG, 29 ans), Máté Lékai (DC, Celje, 25 ans), Kornél Nagy (ArG, Dunkerque, 27 ans), Ferenc Ilyés (ArG, Pick Szeged, 32 ans), Barna Putics (ArG, Gummersbach, 29 ans), Timuzsin Schuch (PV, Veszprém, 28 ans), Szabolcs Szöll?si (PV, Csurgói, 24 ans), Szabolcs Zubai (PV, Pick Szeged, 29 ans)

L’équipe type: Mikler (GB) – Gulyas (AiG) – Nagy (ArG) – Csaszar (DC) – Mocsai (ArD) – Ivancsik (AiD) – Zubai/Schuch (PV)

mk Islande

L’Islande aborde cet Euro sans un de ses atouts majeurs offensifs, Alexander Petersson, et cette absence pourrait être rédhibitoire pour accéder au second tour. Avec de bonnes individualités et un groupe qui vit ensemble depuis longtemps, il y a pourtant moyen de faire quelque chose, notamment avec le retour d’Aron Palmarsson à son meilleur niveau. Mais l’équipe d’Islande est finalement bien trop dépendante de la performance du demi-centre de Kiel pour pouvoir espérer créer la surprise.

L’objectif est fixé au dernier carré, mais celui-ci semble vraiment ambitieux. Peu de rotations, une base arrière loin du top niveau mondial, et des joueurs titulaires qui ne jouent que peu en club (Olafsson, Hallgrimsson, Gunnarsson, Atlason), un deuxième tour serait déjà une belle réussite pour cette équipe islandaise.

Les joueurs clés:

  • Gudjon Valur Sigurdsson : Un temps incertain, le capitaine ailier gauche devrait bien être présent pour le début de cette Euro. Il démontre tous les weekends avec Kiel que l’âge n’a pas d’emprise sur lui, puisqu’il tourne à près de cinq buts/match en moyenne en Allemagne. Rapide en contre-attaque, pouvant jouer les utilités sur le poste de demi-centre, il reste un des meilleurs ailiers gauches du monde.
  • Robert Gunnarsson : Ce combattant hors-pair est un des hommes de base de l’équipe d’Islande, et ce depuis une demi-douzaine d’années. Il n’hésite pas à se chamailler comme un beau diable en attaque, et physiquement, il devrait être au meilleur de sa forme, n’ayant que peu joué au PSG cette année. Seul défaut que l’on peut lui trouver, il ne défend pas.
  • Björgvin Pall Gustavsson : A 29 ans, le gardien de Bergischer est un des habitués du concert international. Bardé de tatouages, très exubérant, il a tout compris de la guerre psychologique qui oppose tireur et gardien de but. Irrégulier dans ses jeunes années, il a réussi à stabiliser ses performaances à un bon niveau, et l’Islande aura besoin de ses arrêts spectaculaires pour aller loin dans cet Euro.

La sélection (16 joueurs + 2 remplaçants) Aron Rafn Eðvarðsson (GB, Guif, 24 ans), Björgvin Páll Gústavsson (GB, Bergischer, 28 ans), Bjarki Már Elísson (AiG, ThSV Eisenach, 23 ans), Guðjón Valur Sigurðsson (AiG, Kiel, 34 ans), Stefán Rafn Sigurmannsson (ArG, Rhein-Neckar-Löwen, 23 ans), Arnór Atlason (ArG, Saint-Raphaël Handball, 29 ans), Snorri Guðjónsson (DC, GOG Svendborg, 32 ans), Gunnar Steinn Jonsson (DC, Nantes, 26 ans), Aron Pálmarsson (DC, THW Kiel, 23 ans), Ásgeir Örn Hallgrímsson (ArD, PSG, 29 ans), Rúnar Kárason (ArD, TSV Hannover-Burgdorf, 25 ans), Þórir Ólafsson (AiD, Kielce, 34 ans), Kári Kristjánsson (PV, Bjerringbro-Silkeborg, 32 ans), Róbert Gunnarsson (PV, PSG, 33 ans), Sverre Andreas Jakobsson (PV, Grosswallstadt, 36 ans), Vignir Svavarsson (PV, Minden, 33 ans), Bjarki Mar Gunnarsson (PV, Aue, 25 ans).

L’équipe type: Gustavsson (GB) – Sigurdsson (AiG) – Atlason (ArG) – Palmarsson (DC) – Hallgrimsson (ArD) – Olafsson (AiD) – Gunnarsson/Svavarsson (PV)

at Norvège

L’équipe la plus jeune de cet Euro arrive avec des ambitions bien définies sur cette compétition: continuer à intégrer les jeunes (plus de la moitié de l’effectif a moins de 25 ans) et préparer l’avenir. Et si cette jeunesse présente certains inconvénients, notamment celui de l’irrégularité, elle devrait permettre à la Norvège de remonter dans le classement mondial dans les prochaines années.

La jeunesse norvégienne est très talentueuse, et on devrait apercevoir certains de ces joueurs en Bundesliga la saison prochaine, et ils seront sur cet Euro alignés avec des anciens routards du circuit européen, à l’image de Borge Lund ou Erlend Mamelund. Pour accéder au second tour, la Norvège se verra dans l’obligation de gagner contre l’Islande (deux défaites en matchs amicaux), ou de réaliser un exploit contre la Hongrie ou l’Espagne.

Les joueurs clés:

  • Bjarte Myrhol : Le pivot de Rhein-Neckar Löwen a définitivement franchi un palier ces deux dernières années. Revenu encore plus fort d’un cancer, il martyrise sans relâche les défenses de toute l’Europe, et possède le meilleur taux de réussite au shoot pour un pivot en Bundesliga. Excellent défenseur au poste 3, il fait partie des quelques anciens présents pour encadrer les jeunes pousses de cette équipe norvégienne.
  • Harald Reinkind : Le joueur de Bergen, agé de seulement 21 ans, a fait rapidement oublier Christoffer Rambo, pourtant titulaire habituel sur les dernières compétitions. Grand, rapide sur ses appuis, il possède un gros shoot au delà de la ligne des 9m. Même si il reste perfectible en défense, les plus grands clubs européens ont bien compris quel talent il possédait, puisque un certain nombre d’Allemands se bousculent pour l’enrôler la saison prochaine.
  • Harvard Tvedten : Malgré ses 35 ans, Tvedten reste un des excellent ailiers gauches du concert international. Hyper spectaculaire, capable de vous sortir des roucoulettes à la pelle, il est néanmoins très efficace, et très rapide sur contre-attaques. Passé par l’Espagne pendant six ans, il est revenu à Aalborg en 2011, le club de ses débuts, avec lequel il a retrouvé la Ligue des Champions cette saison.

La sélection (16 joueurs): Magnus Dahl (GB, Wetzlar, 25 ans), Ole Erevik (GB, Aalborg, 33 ans), Håvard Tvedten (AiG, Aalborg, 35 ans), André Lindboe (AiG, Elverum, 25 ans)Espen Lie Hansen (ArG, Dunkerque, 24 ans)Kristian Kjelling (ArG, Bjerringbro-Silkeborg, 33 ans)Børge Lund (DC, Bodø, 34 ans), Erlend Mamelund (DC, Haslum, 29 ans), Christian O`Sullivan (DC, Bækkelagets, 22 ans), Sander Sagosen (DC, Haslum, 18 ans)Harald Reinkind (ArD, Fyllingen Bergen, 21 ans)Kent Robin Tønnesen (ArD, HSG Wetzlar, 22 ans),  Kristian Bjørnsen (AiD, Fyllingen Bergen, 24 ans), Steffen Berg Lokkebo (AiD, TV Emsdetten, 26 ans)Magnus Gullerud (PV, Sønderjyske, 22 ans)Joakim Hykkerud (PV, TSV Hannover-Burgdorf, 27 ans), Bjarte Myrhol (PV, Rhein Neckar-Löwen, 31 ans)

L’équipe type: Erevik (GB) – Tvedten (AiG) – Lie Hansen (ArG) – O’Sullivan (DC) – Reinkind (ArD) – Lokkebo (AiD) – Myrhol (PV)

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).