Euro 2014

Les Bleus s’offrent la Croatie

Crédit photo : EHF

Crédit photo : EHF

Après trois succès lors du premier tour, les Bleus ont poursuivi sur leur lancée face à la Croatie (27-25) lors du match au sommet du tour principal de l’Euro. La France a su gérer un temps faible en première période pour ensuite contenir les attaquants croates et retrouver le sens de la marche. Les tricolores ont un pied en demi-finale.

La France allait-elle entretenir la « tradition » à l’Euro face à la Croatie ? Avec cinq victoires, un nul et deux défaites face à leurs meilleurs «ennemis » depuis 1994 et un moral gonflé à bloc après leur premier tour sans accroc, les Bleus étaient attendus de pied ferme pour passer au révélateur croate.

Karabatic – Duvnak, duel royal

fernandez franceLe rythme est soutenu dès le départ. Le duel royal entre Nikola Karabatic et Domagoj Duvnjak est bien sûr au premier plan, avec une défense musclée des croates. Le jeu rapide et sans temps mort offre du spectacle et une pluie de buts (5-5, 6’).Les deux équipes sont fidèles à leur réputation et ne se font aucun cadeau. Alilovic ferme la boutique pour la Croatie tandis que Dumoulin est en souffrance dans les cages françaises. Le manque de solutions en attaque pour les tricolores permet aux croates de creuser l’écart (6-9, 11’).

La France vire en tête à la pause

La France manque de précision à la finition, reste muette en attaque pendant près de cinq minutes mais ne s’affole pas. C’est l’une des marques de fabrique des Bleus, qui profitent d’un temps mort de Claude Onesta pour reprendre leurs esprits. « Il faut être agressif et les faire reculer, demande le sélectionneur national. Commencez à les faire reculer ! » Le message est passé cinq sur cinq. Avec quelques arrêts d’Omeyer dans les cages, il n’en fallait pas plus pour que la France retrouve le sens de la marche. Accambray et Narcisse trouvent la mire en attaque. Mieux, les Bleus refont leur retard alors qu’ils sont en infériorité numérique. Un penalty de Guigou à la dernière seconde offre même un avantage inespéré d’un but à la pause (18-17).

Omeyer et la sérénité tricolore

Crédit photo : EHF

Crédit photo : EHF

« Il faut qu’on soit plus agressif pour les faire reculer » reconnaît Claude Onesta au micro de Canal + Sport. La défense française, bien aidée par Thierry Omeyer, sait qu’elle détient l’une des clés du match. L’avalanche de buts est beaucoup moins forte au retour des vestiaires. Karabatic, Sorhaindo et Guigou donnent de l’air à la France au tableau d’affichage (22-19, 38’). Le rapport de force s’est inversé : les Bleus ont désormais le match bien en main. Avec Thierry Omeyer qui se rappelle au bon souvenir de la Croatie, la France fait preuve d’une belle sérénité.

Un pied en demi-finale

Les attaquants croates se cassent les dents sur un Thierry Omeyer retrouvé, véritable gardien du temple tricolore. Les Bleus ont retrouvé leurs repères offensifs et laissent beaucoup moins d’espaces aux croates en défense. La fatigue se fait néanmoins ressentir au cœur de la seconde période, les tricolores ayant ensuite plus de difficultés à trouver le chemin du filet (23-20, 48’). « Ne vous énervez pas ! Reprenez de la lucidité » ordonne Claude Onesta à ses troupes. Avec un Omeyer des grands soirs et un Guigou omniprésent, la Croatie n’inscrit que 3 buts en 18 minutes. Les Bleus tremblent jusqu’au bout mais les coéquipiers de Kopljar doivent baisser pavillon sur un dernier but de Karabatic (27-25). La France a un pied en demi-finale.


Résumé Handball – Euro 2014 France 27 – 25 Croatie – 19/01/2014 by Handnews

8 CommentairesPoster un commentaire

  1. Alexandre - le 20 janvier 2014 à 00h11

    Quel match ! Belle victoire !

    Les piliers de la victoire : Guigou, Omeyer et Karabatic, dans une moindre mesure Sorhaindo et Narcisse.

    Pour le reste, si c'est rassurant à court terme, ça l'est moins à long terme : les piliers de la victoire sont tous issus de la "vieille" génération, celle des Experts. Dumoulin (comme je le craignais) a été invisible, Accambray pas transcendant, le reste n'a pas joué…

    Mais ne jouons pas les rabats-joie, c'est une très belle victoire qui en appellera bien d'autres je l'espère et notamment en finale.

    • wiwixilo - le 20 janvier 2014 à 00h35

      Guigou ça fait des années que je l'admire et pour une fois qu'il est pas blessé il peut jouer à son meilleur niveau et clairement ca demenage. Meme en defense c'est du solide.

      la jeune génération arrive faut pas s'affoler on a quentin Mahé qui attends sagement son heure Pierre Soudry pareil Anic est pas rentré mais il a pas été mazuvais les derniers fois grébille même constat…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).