Euro U18

La demi finale au bout du suspense

Equipe de France Jeunes

Crédit photo: NORBERT BARCZYK

Ils l’ont fait ! Les Bleuets devaient réaliser un sans fautes sur trois matches pour aller en demi-finale de l’Euro jeunes en Pologne. Ils viennent de réussir cette performance dans un final dantesque hier soir face aux Allemands. Ce n’est qu’un match nul 30-­30, mais au vu du scénario, c’est une grande victoire mentale.

Une bonne première mi temps

Qu’elle fut longue cette route. Depuis la défaite contre la Hongrie, les Bleuets s’étaient rassurés contre la Croatie et la Pologne. Resta alors l’Allemagne, auteur d’un très bon Euro mais douché la veille par une équipe de Hongrie décidément très surprenante (30­-20). L’équipe de France pouvait donc se permettre de faire match nul.

Mais c’est bien la victoire qui était prisée. D’entrée de match, les Bleuets impriment le tempo et s’installent devant au score avec des buts de Garain mais surtout de Minne très à l’aise en début de rencontre. Cependant, le capitaine Allemand Dominik Claus ne comptait pas rendre la partie si facile aux Bleus, tout comme Porath dans les buts qui se montre très explosif. La partie va alors se durcir avec deux blocs défensifs très agressifs.

Côté français, tout est en place…excepté dans les buts où Julien Meyer est pour la première fois en dessous de son niveau (19% à la mi-­temps). Cependant même avec cet élément majeur en difficulté, les Français jouent en faisant la course en tête. Mais les sanctions vont tomber en fin de mi-temps et ce maigre avantage ne pourra pas être conservé (16-­16 à la mi temps).

Le retour des vestiaires est également compliqué, heureusement Ludovic Fabregas et un joli contre permet de rattraper vite un premier break allemands (18­-18). La tension est forte, Bonneau répond bien à Porath mais n’empêche pas le lent détachement de l’Allemagne. Qui va culminer jusqu’à cinq buts d’écart à six minutes de la fin ! Les Français semblent bien émoussé alors que Keller se permet de placer un schwenker d’école… La partie s’annonce perdue.

À cœur vaillant…

Sauf que ces Bleus là sont fait d’envie. Et ce n’est pas l’Allemagne qui va arrêter leurs rêves de titres !

Avec un Melvyn Richardson retrouvé (4 buts) installé en demi-­centre et une 2-­4 très haute, les Bleus perturbent les Allemands qui craquent complètement et ne font plus grand chose à part temporiser. Le tournant est probablement cette interception de Dika Mem qui file vers le but et ramène les Bleus à un but à deux minutes de la fin. Jochen Beppler va alors poser son temps mort pour secouer ses troupes mais ses joueurs vont alors tirer hors cadre puis sur un Meyer qui aura signé un retour au mental en seconde mi­-temps.

On arrive alors dans les secondes qui vont faire la légende des sélections jeunes françaises. Il reste 15 secondes quand Eric Quintin prend son dernier temps ­mort. Le jeu reprend, mais c’est sur un tir à angle très fermé que s’engage Yannis Lenne…qui sera probablement surpris de voir Porath avancer si loin sur un tel tir. Avec une grande lucidité, il fixe le gardien d’un lob assuré qui finit sa course au fond des filets. L’homme du match allemand n’aura que ses yeux pour pleurer lorsque les Français vont se jeter les uns dans les bras des autres.

France 30-30 Allemagne :

France : Meyer, Bonneau – Minne (4), Bouchillou (2), Fabregas (4), Nozeran (3), Zahm, Mocquais (5), Mem (2), Richardson (4), Lenne (2), Billant (1), Garain (3), Kounkoud.

Allemagne : Porath, Birlehm – Blos, Zintel (1), Jo. Muller, Jé. Muller (5), Keller (3), Claus (7), Mertens (2), Struck (1), Barten, Haider, Kirchenbauer (4), Schade (2), Weisberger (5), Williams.

Les Bleus finissent second de leur poule, une position qui ne promet pas une opposition des plus simple. C’est confirmé, avec l’Espagne qui se dresse devant eux. Si les Espagnols sont loin de tout écraser sur leur passage tel la Hongrie, ils n’en restent pas moins invaincus et possèdent un groupe fort avec des individualités qui se sont déjà illustrées. On notera le gardien Ledo Mendez, actuellement premier en pourcentage d’arrêts, le buteur Fernandez Fernandez, ou l’arrière droit qui a été bronzé en junior : Gomez Abello.

Une rencontre qui s’annonce très complexe face à cette rugueuse équipe dirigée par Alberto Suarez, très habile pour sortir des matchs difficiles avec la victoire puisque trois des cinq victoires obtenus par l’Espagne l’ont été  par deux ou trois but d’écart !

Pour revisionner le match, cliquez sur la vidéo ci dessous et sélectionnez le match de la France à l’aide de la petite icône Playlist en bas à droite.

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. jean - le 21 août 2014 à 11h11

    Bravo les petits bleus ! C'est ce qui s'appelle un nul arraché. Belle combativité. Les allemands vous ont mis la tête sous l'eau en 2de mi-temps parce qu'ils avaient bien lu votre système défensif. J'espère que vos coachs sauront proposer plus de variations de ce côté-là contre l'Espagne. On est avec vous !

  2. skancho - le 21 août 2014 à 11h36

    Formidable ! Il y a moyen d'avoir une revanche contre la Hongrie en finale…

  3. Ed - le 21 août 2014 à 21h07

    Aymeric Minne, deux fois élu meilleur joueur, est très impressionnant !! Et Tom Nozeran à l'aile gauche est très agréable à voir jouer… Allez les minots, on est tous avec vous !!!!!

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).