Ivry

Léandri : “Il ne faut pas vivre la D2 comme une injustice”

Pascal Léandi_US Ivry

Après 57 ans au plus haut-niveau, l’US Ivry évoluera en ProD2 la saison prochaine. Un coup dur pour le deuxième club le plus titré du handball français, mais pas une fatalité pour la formation Ivryenne qui compte bien se relever rapidement de cette mésaventure. Une page se tourne, un nouveau chapitre va s’ouvrir pour peut être voir le club s’épanouir de plus belle dans les années à venir. Malgré un contexte concurrentiel toujours plus important et dense, Pascal Léandri, qui occupe désormais le poste de directeur général du club après avoir été joueur et entraineur, se veut optimiste pour l’avenir. Il s’est livré pour HandNews sur plusieurs sujets qui touchent à l’actualité de l’US Ivry, dans un entretien grand format. 

“Peut être que la prépa nous a un peu trompé”

HandNews : Avec maintenant un peu de recul, quel bilan tires-tu de cette saison ?

Rudovic Ivry

Novica Rudovic

Pascal Léandi : “La première chose c’est qu’il faut reprendre au départ la construction de l’équipe. On avait fait le choix de changer trois arrières. Diego était parti, et quand on voit la saison qu’il a fait à Montpellier c’était un élément très important, notre facteur X, capable de faire basculer les matchs. On a fait le choix de le remplacer par deux joueurs, Pablo demi-centre et Novica Rudovic (arrière gauche), et de recruter un arrière droit qui devait nous apporter un capital but important (ndlr Javier Humet). Quand on change trois arrières, il faut espérer que ça marche tout de suite. En préparation c’était pas mal, malheureusement, peut être que la prépa nous a un peu trompé. On a fait de très bonnes choses contre des équipes de standing européen (ndlr victoire face au Vardar Skopje, St Petersbourg…), mais peut être que ça ne nous a pas préparé au championnat. La LNH est un peu plus rugueuse, et ces trois joueurs qui ont renforcé notre base arrière, sont des joueurs étrangers, qui ne sont pas habitués à cette forme de championnat, plus technique et plus physique. Le problème c’est qu’arrivé à la première journée, Pablo est blessé, du fait des compétitions internationales ou l’Argentine a beaucoup tiré dessus ; Javier fait le premier match et après se blesse (ndlr face à Nantes), et Rudovic a mis quatre mois à s’adapter. Donc au final, tu as trois arrières qui doivent être quasiment titulaires et qui ne sont pas là.

“On espérait d’avantage et on est tombé d’un peu plus haut”

En plus de ça, on a raté le premier match contre Nantes et ça nous a fait mal. On fait un bon Marrane, on arrive avec quelques certitudes, et elles volent complètement en éclat contre Nantes. Ils nous ont dominé physiquement, techniquement… et on n’a pas existé. Après il y a le match de Aix, qu’on arrive pas à gagner alors qu’on peut peur être faire match nul. Après c’est un enchainement. Tes titulaires ne sont pas là, on a constamment essayé de construire une équipe, de la re-construire en faisant face aux blessures.

Pablo Simonet Ivry

Pablo Simonet

Pendant la préparation, on n’a pas suffisamment su relativiser nos résultats intéressants. On espérait davantage et on est tombé d’un peu plus haut. On avait quasiment tout le monde sur ces matchs avec de bonnes prestations de Novica, Javier, et puis tout a volé en éclat. Il a fallu reconstruire et cela explique qu’on a eu une première partie difficile. On a pas réussi a remplacer Diego, et avec les blessés… On a constamment chercher un équilibre, que l’on pensait avoir trouvé après la victoire face à Nîmes, et puis on a replongé dans certains de nos travers face à Sélestat. On mène à la mi-temps et on est incapable de conclure. C’est un peu l’histoire de notre saison, souvent on a eu les balles pour finir, et on n’a pas su trouver les ressources. Dans les money-times, on a souvent eu des occasions, que l’on a pas concrétisé. Quand tu perds une fois d’un but c’est la faute à pas de chance, mais quand ça se répète, il faut se dire qu’il y a des choses que l’on n’a pas réussi à régler. Globalement on a été assez intéressant en défense, même si par moment on se fait trop sanctionner comme sur le match de Tremblay. Offensivement on a manqué d’un leader qui marque des buts pour assurer une certaine continuité.”

HN : Est-ce que cela marque la fin d’une histoire pour l’US Ivry ?

“Ce n’est pas un livre qui se ferme, c’est toujours la même histoire, par contre c’est un autre chapitre. Il y en a eu beaucoup dans l’histoire du club. Des grandes périodes, d’autre plus délicates. Malheureusement on n’a pas réussi à maintenir le club dans une période délicate, c’est un épisode douloureux. Est-ce que c’est un mal pour un bien…j’aurais préféré qu’on reste en première division. Par contre cela fait prendre conscience à tout le monde qu’il faut que l’on soit plus vigilant, plus performant sur notre modèle, pour pouvoir résister à l’émergence de clubs comme Nantes, Dunkerque… Il y a une montée en puissance de certaines villes de province qui doit nous rendre plus performant sur notre modèle.

“C’est un épisode douloureux”

Romuald Kolle_US Ivry

Romuald Kolle

On a eu deux problématiques depuis le titre de 2007. Avant on avait un renouvellement ou les joueurs signaient un premier contrat professionnel chez nous après le centre de formation, et souvent en signaient un deuxième. Quand ils arrivaient à maturité, ils étaient encore des joueurs de l’US Ivry et cela permettait d’avoir de bons résultats. On a eu après le titre de 2007, des départs réguliers après leur premier contrat. Au moment ou ils arrivaient à maturité, ils n’étaient plus chez nous et cela entrainait un turnover plus rapide ne laissant pas le temps aux plus jeunes d’être réellement prêts. Après il y a aussi le fait qu’après le titre, on a pas su faire fructifier en terme de structuration, de budget et on a reculé un peu par rapport aux autres.

L’équipe qui vient d’arriver (ndlr sous la présidence de Marc Olivier Albertini), a de nouveau un projet très ambitieux à défendre. Malheureusement c’est en repartant d’un peu plus bas, mais le projet reste valable. C’est une étape douloureuse, mais qui doit nous ramener encore plus fort et plus haut.”

“Il ne faut pas vivre la D2 comme une injustice”

HN : Qu’en est-il de l’effectif et des recrues pour la saison prochaine ? 

“Je vois cet effectif comme une équipe avec des joueurs qui ont envie de prouver ou qui sont revanchards. Il ne faut pas vivre la D2 comme une injustice. Il faut vivre cela comme quelque chose que l’on a pas bien fait l’année précédente, et on veut montrer tous ensemble qu’on a notre place en première division. Les recrues vont dans ce sens. Thomas a envie de démontrer qu’il a sa place dans une équipe comme Ivry qui, même si elle est en D2, reste un club prestigieux. Pour lui c’est toujours une progression, il est international belge, il était à Mulhouse, il veut montrer qu’il peut aller encore plus loin.

Ivan Stankovic a eu des moments délicats à Créteil. Il a envie de démontrer que c’est toujours un bon joueur. Ca correspond à cet esprit revanchard et c’est comme ça qu’il va falloir aborder cette nouvelle saison. Le groupe est plus jeune, et tout l’enjeu pour le staff va être de faire en sorte que les joueurs parviennent à enchainer les performances. L’enchainement de victoire qui nous a fait défaut cette saison, va vraiment être la clé. Toujours avoir l’envie d’avoir plus et ne pas être soulagé.”

L’effectif version 2014-2015 :
Gardien : F-X Chapon, R. Gervelas ; Demi-centre : S. Simonet, P. Simonet, L. Martinez (CF) ; Arrière droit : I. Stankovic, J. Humet ; Arrière gauche : R. Kolle, F. Ruiz, Ailier gauche : V. Mabire, Ailier droit : T. Zirn, T. Cauwenberghs ; Pivot : M. Bataille, B. Khermouche (CF), J. Poignant (CF), S. Bouchillou (CF)

HN : Après avoir joué le maintien en LNH ces dernières saisons, le club va devenir l’un des favoris en ProD2, un statut difficile à porter ? 

ivry

Sebastian Simonet

“La seule vérité que l’on connait c’est celle du terrain. Oui comme on est le club qui descend, il va falloir apprendre à jouer avec notre nouveau statut où le fait de nous gagner va peut être représenter une performance pour nos adversaires. Mais comme je le dis, la vérité sera sur le terrain, on doit démontrer tous les weekend que l’on a l’envie et le potentiel de monter. Et à la fin de la saison on verra si on a répondu à ses attentes. Evidemment de voir ce qu’a fait Créteil, Paris ou Nîmes en remontant directement, cela nous donne de l’espoir, mais il y a quand même un peu de peur car c’est un endroit que l’on ne connait pas. On essaie de reconstruire une équipe compétitive pour quelle puisse retrouver le plus vite possible la première division.”

HN : Quel regard portes-tu sur la Pro D2 ?

“L’ensemble des joueurs va devoir se préparer à un jeu peut être plus rugueux. Mais ce sera à eux d’être en capacité d’imposer les choses pour pouvoir s’en sortir. Après ça reste du hand. Le championnat de ProD2 ne doit pas être résumé à un championnat plus rugueux, il y a des équipes qui jouent bien au handball, avec des joueurs qui ont beaucoup de fierté à défendre leur maillot.

“Tout le monde peut battre tout le monde”

C’est tellement un championnat un peu fou, où tout le monde peut battre tout le monde, que j’ai du mal à définir des favoris. Cette année Mulhouse était mal embarqué et a fini par arracher les Play-Offs pour faire une bonne demi-finale ; Billère a mal commencé et a joué la finale ; Chartres devait y être et n’y a pas été… Par contre ce que je sais, c’est que chaque weekend va être difficile et c’est ça la particularité de la D2. Il faut être prêt tous les weekend à livrer un combat physique, technique et mental pour pouvoir avancer.”

Stefanovic IvryHN : Un mot sur Rastko Stefanovic, nouvel entraineur du club pour la saison prochaine. 

“On pense qu’il a toutes les compétences pour être exigeant dans le haut-niveau, parce qu’il sait très bien ce que c’est. On avait vraiment ce désir d’avoir un coach qui connait le très haut-niveau, le souci du détail. Après il sera entouré par un bon staff avec David Degouy (ndlr entraineur adjoint) et Daniel Hager (entraineur du CF et préparateur physique). Il est un peu comme les joueurs, il n’est pas revanchard, mais il va avoir tout à démontrer. C’est très intéressant pour le club, c’est un beau challenge pour lui de faire en sorte que cette équipe joue bien. Si il a accepté c’est qu’il connait les enjeux, la pression. Je ne suis pas inquiet sur sa capacité à devenir un très bon coach. Dans le hand on a souvent eu des exemples d’entraineurs qui débutaient et qui avaient tout de suite des apports forts comme Patrick Cazal, Christian Gaudin…”

HN : Pour terminer, parles nous de tes nouvelles fonctions au sein du club. 

“Quand la nouvelle équipe avait présenté son projet, il y avait la volonté de recruter un directeur général. Mon rôle est de mettre en application le projet du club et d’être aussi force de proposition pour continuer à faire avancer le club. Le projet et de retrouver l’élite et un peu plus tard une place dans la première partie de tableau, tout en s’appuyant sur la formation des jeunes. Mais aussi une volonté d’offrir du sport pour tous. Mon rôle est donc le haut niveau, la formation et le sport pour tous. On croit vraiment en cette capacité d’offrir à tout le monde la possibilité de s’épanouir en faisant du handball. Gérer la structure pour que ces trois piliers fonctionnent du mieux possible.”

Pub Espace Pronos Proligue

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. J-M - le 20 juin 2014 à 19h04

    Beau programme…

  2. Olivier1 - le 22 juin 2014 à 12h03

    Il y a une faute dans l'article:

    " Après il y a le match de Aix, qu’on arrive pas à gagner alors qu’on peut peur être faire match nul"

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).