LDC – J7

La jeunesse dunkerquoise triomphe

Emonet Dunkerque 3

Emonet (5 buts), un des symboles de la jeunesse triomphante de Dunkerque.

 

Le groupe de Patrick Cazal ne partait pas avec beaucoup de certitudes au Danemark. Face au troisième de la poule, toujours sans son arrière droit fétiche Soudry, sans le pivot international Afgour et sans son ailier droit Touati, la tache s’annonçait plus que complexe ! Cazal a alors fait appel au vivier du club déjà entrevu en LNH contre Nantes. La confiance est donné à Caussé, Emonet qui commencent le match. De leur côté, les Danois comptent peu d’absents mais parmi eux le gardien Norvégien Ole Erevik – bourreau des tireurs nordiste à l’aller – ainsi que Guardiola, meilleur buteur (6) lors de la première opposition.

Au final, ce sont bien les nordistes qui emportent la mise et se replace idéalement pour la qualification avec une victoire maîtrisée 25-28. On retiendra la jeunesse rafraîchissante de Caussé, Emonet, Joumel, Nieto, Billant et – évidemment – Pelayo qui a su répondre aux attentes et porter le club du nord vers sa seconde victoire européenne de la saison.

Un début solide.

Pour la première fois cette saison, les Dunkerquois rentrent bien dans une rencontre européenne. Dans ce début de match, la jeune recrue polonaise Paczkowski montre à son club pourquoi il a été recruté. Mais même avec le début tonitruant de son arrière droit, Dunkerque ne fait pas l’écart, la faute à un très bon Slundt (8-8).

Les mauvaises nouvelles arrivent vite pour Cazal. Une nouvelle blessure, celle justement de Paczkowski qui est semble souffrir de la cheville. Il est alors obligé de lancer Tom Pelayo dans le bain européen, quelques jours seulement après son baptême du feu contre Nantes. Celui-ci s’illustre d’entré de jeu en délivrant une passe caviar pour Mokrani. Le 7m récolté par le pivot algérien va permettre à Emonet de soigner sa feuille de stat (4/4 au 7m à la mi-temps).
Dunkerque prend la mesure de son adversaire au point de faire un premier break sous la force du bras de Nagy (5 buts à la mi-temps). L’écart aurait pu être plus fort en profitant des exclusions temporaires danoise, Dunkerque rejoint tout de même le vestiaire avec un petit avantage (13-15).

Pour une fin enthousiasmante.

Il fallait maintenant confirmer pour les Français cette bonne première mi-temps. Face à une défense rouge qui se montrait plus agressive, la tâche devenait complexe. Heureusement, Vincent Gérard est dans un bon jour est se montre rassurant en sortant les arrêts au bon moment. Devant c’est la folie de la jeunesse qui permet à Dunkerque de casser le verrou scandinave : à la limite du refus de jeu, le jeune Tom Pelayo inscrit son second but, avant que quelques minutes plus tard Caussé saute en double appui plus haut que la défense danoise et crucifie Westphal. Des buts qui permettent de faire pencher la balance, jusqu’à +5 à un quart d’heure de la fin sur un but de… Joumel.

Cette jeunesse fait preuve d’une maturité déconcertante mais a besoin d’un coup de pouce des anciens. Que ce soit par l’intermédiaire de Butto impeccable sur son aile et qui offre un festival entre une interception lumineuse en infériorité numérique ou un but depuis son camp – profitant d’un mauvais jeu de chasuble des danois. En défense, soulignons le travail de Grocaut, qui avait bien manqué en début de saison, ainsi que de Nieto – un autre fleurons de la jeunesse nordiste.
La fin de match se fait en maîtrise, avec derrière Vincent Gérard presque impeccable sur les dix dernières minutes. Tom Pelayo à son relais va confirmer l’issu du match à deux minutes du gong (24-27 ; 58e). On regrettera l’écart final (25-28) qui ne permet pas d’avoir un avantage de but particulier suffisant en cas d’égalité. Revenu dans les limites de la qualification, Dunkerque devra confirmer face à Zaporozhye, avant le mois de février et un déplacement à Kielce avant peut-être une réception décisive face à Schaffhausen.

Statistiques :

Aalborg 25 – 28 Us Dunkerque

Aalborg : Westphal (60′ – GB), Jorgensen (GB) – Barud (2), Slundt (6), Berggren (4), C. Jensen (2), S. Jensen (1), M. Jensen, Grace, Gustafsson (exclusion 51e), Larsen, Engelbrecht (4), Sagosen (6), Tvedten, Pedersen.

Us Dunkerque : Gerard (60′ – GB), Annotel (GB) – Grocaut, Nieto, Emonet (5), Butto (4), Nagy (5), Joumel (1), Lamon (1), Mokrani, Pacskowski (2), Pejovic (1), Pelayo (4), Causse (5), Billant.

Pub Espace Pronos EHFCL

4 CommentairesPoster un commentaire

  1. Huiti - le 30 novembre 2014 à 20h39

    Mokrani est algérien

    • Sego - le 30 novembre 2014 à 21h32

      Erreur dans le feu de l'action. Corrigé, merci !

      • rkj - le 30 novembre 2014 à 23h19

        Heu ! À mon avis, Mokrani est plutôt français d'origine algérienne. Il est né à Ivry et a eu quelques sélections en Edf dans les années 2000. Mais c'est vrai que son origine lui permet de jouer dans la sélection algérienne.

        Par ailleurs, bravo à Dunkerque. Au vu de leurs absents et de leur parcours, je ne les voyais vraiment pas gagner.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).