LFH

A.Duraffourg : “Monter un grand projet à Achenheim”

Après six ans passées au Havre, Aurélien Duraffourg (29 ans) prendra la tête d’Achenheim Truchtersheim, formation alsacienne tout juste reléguée en Nationale 1 Féminine. Là-bas, il remplacera Bénédicte Ducrocq qui occupait le poste depuis 2000. Pour Handnews, il explique les raisons de son choix et revient sur son aventure normande.

Duraffourg

Lors de son dernier match à domicile, face à Fleury, Havraises et Fleuryssoises ont fait une haie d’honneur pour saluer le travail d’Aurélien Duraffourg en Normandie.

Handnews : Pourquoi avoir choisi Achenheim Truchtersheim ?

Aurélien Duraffoug : Leurs dirigeants ont été les premiers à me contacter, quelques jours après l’annonce de mon éviction du Havre. L’Alsace est une terre fertile au niveau du handball et Achenheim est un endroit propice pour monter un grand projet. Le club est dirigé par des gens de valeurs qui veulent tout mettre en œuvre pour rebondir après leur descente en Nationale 1.

HN : Vous signez pour trois ans. Quel est le projet à long terme?

A.D : J’ai signé pour trois ans mais tout le monde sait que désormais, les durées de contrats ne veulent plus dire grand chose. Cependant, nous voudrions faire repartir le club sur des bases solides pour donner à Strasbourg le club féminin d’envergure qu’il mérite. Nous souhaitons aussi cultiver nos relations avec les autres clubs de l’agglomération comme l’ASPTT Strasbourg. Faire remonter le club en deuxième division et le pérenniser à ce niveau est notre principal objectif. Ensuite, mais tout dépendra aussi du contexte économique et politique, nous pourrions songer à passer le club dans la sphère professionnelle, et pourquoi ne pas viser un Top 10 français sur le long terme ?

HN : Quel effectif allez-vous avoir l’an prochain ?

A.D : Nous allons essayer de garder un maximum de filles qui étaient là cette saison. Nous savons que Roselyne Ngo Leyi (Fleury), Aline Varinot (Chambray) et Ana Djuric (Octeville) vont nous quitter mais nous allons les remplacer par des jeunes joueuses de talent.

Duraffourg 2

Aurélien Duraffourg (à gauche) et Marko Ivanovic, son adjoint. Crédit photo : LFH / Pillaud

HN : Aujourd’hui, quel regard portez-vous sur votre saison au Havre ?

A.D : Je crois que nous avons réussi notre saison. Le Havre va retrouver la Coupe d’Europe et nous avons été éliminés en demi-finale du championnat par Metz, le futur vainqueur de la compétition (27-26 / 25-26). Je crois qu’on a fait de belles choses même si nous avons vécu une période compliquée en janvier et février. A ce moment, j’ai été l’un des seuls à toujours croire en mon équipe malgré la tempête. Notre année a été réussie, d’autant plus que des jeunes comme Amandine Tissier ou Marine Desgrolard ont progressé tout au long de la saison. Cette équipe aura un vrai potentiel pour la saison prochaine.

HN : Et plus globalement, que retiendrez-vous de vos six saison passées en Normandie ?

A.D : C’est une vraie tranche de ma vie ! Là-bas, j’ai découvert le très haut niveau avec des finales de Coupe de France, de Coupe de la Ligue, de championnat. J’ai donc découvert le plus haut niveau français, mais aussi les coupes d’Europe. J’ai beaucoup appris là-bas.

HN : Après une saison réussie, quel sentiment éprouvez-vous vis-à-vis de vos dirigeants ?

A.D : Je n’ai pas de sentiment négatif envers eux. Cependant, je pense que j’aurais pu apporter davantage au club, que nous n’étions qu’aux deux-tiers de notre projet. Nous avons, en deux ans, posé les bases solides d’un groupe Elite et un Centre de Formation performant. Avec quelques ajustements judicieux, je pense que nous aurions pu continuer à le faire progresser, notamment en attirant des joueuses plus renommées, qui auraient bonifié encore le travail des jeunes joueuses comme Aminata Sow ou Hawa N’diaye. J’ai juste ce sentiment que j’aurais pu encore mieux faire l’année prochaine, malgré le fait que les équipes de la LFH se renforcent toujours.

HN : Sandor Rac prendra les commandes du Havre la saison prochaine. Comment voyez-vous le prochain exercice pour les Ciels et Marines?

A.D : Désormais, je ne serai plus qu’un spectateur avisé. Je continuerai à regarder les résultats du club. Je souhaite évidemment que le Havre réussisse à avoir de bons résultats à l’avenir. Je pense laisser une équipe avec des bases concrètes et qui est, surtout, sur une dynamique positive. Je sais que le Havre peut prétendre à se battre pour les plus hautes places européennes et rester dans le Big Four.

Voir aussi : L’hommage du public havrais et de Fred Bougeant à Aurélien Duraffourg.

Pub Espace Pronos LFH

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).