LFH – IPH

Mendy : “Née sous une bonne étoile”

Mendy 2

Claudine Mendy portera le numéro 88 avec Issy-Paris Hand.

De retour en France après une escapade réussie au Buducnost Podgorica, Claudine Mendy (24 ans) s’est confiée pour Handnews sur ses attentes et ses objectifs avec son nouveau club d’Issy-Paris. En attendant impatiemment de reprendre la compétition…

Handnews : Comment s’est déroulée votre reprise et votre intégration dans votre nouveau club?

Claudine Mendy : “Aujourd’hui, je fais encore des entraînements spécifiques adaptés à ma reprise. Je fais beaucoup d’exercices physiques, essentiellement pour la musculature. Je travaille donc à part, mais je vois mes coéquipières à tous les entraînements, ce qui est vraiment bien. J’avais la chance de connaître plusieurs filles avant mon arrivée, du coup, je m’adapte plutôt bien à l’équipe. Maintenant, j’ai hâte de rejouer.

HN : Justement, à quel moment pensez-vous reprendre la compétition?

C.M : Il ne faut pas brûler les étapes et tout se fera progressivement. Cependant, j’espère être prête d’ici la fin du mois.

HN : Comment s’est passée votre arrivée à Issy-Paris, puisque vous avez dû résilier votre contrat avec le Vardar Skopje avant l’été après l’annonce de votre grossesse ?Mendy France

C.M : Après avoir appris ma grossesse, j’ai échangé avec Arnaud Gandais qui m’avait demandé si je comptais reprendre la compétition et si je comptais revenir en France. Pour moi, revenir dans l’hexagone était une priorité. Plusieurs clubs m’ont contacté, ce qui m’a un peu surprise, mais la proposition d’Issy-Paris m’a parue être la plus intéressante. C’est une belle équipe qui sera toujours performante l’an prochain. C’est un club structuré, avec un préparateur physique reconnu (ndlr : Arthur Yapo), ce qui était très important pour moi. De plus, jouer ici me permet d’être proche de ma famille.

HN : Vous avez signé pour deux ans et demi. Y a-t-il des projets sur le long terme avec Issy-Paris ?

C.M :  Je ne crois pas que la durée de mon contrat soit forcément liée au club. Ça n’aurait pas été juste vis-à-vis d’Issy-Paris de ne demander à signer que pour six mois. Il fallait penser aux deux parties, la mienne mais aussi celle des dirigeants isséens. Tout d’abord, j’avais pensé à un contrat d’un an et demi, puis j’ai réfléchi sur le long terme en pensant aux Jeux Olympiques de 2016. Changer de club avant une telle compétition aurait été compliqué. Un contrat de deux ans et demi nous a paru être la meilleure solution.

HN : Justement, l’équipe de France, vous y pensez déjà ?

C.M : Lorsque j’ai repris, je me suis dis que je voulais tout reprendre. Je sais que ça va être difficile, je sais qu’il faudra que je fournisse énormément de travail. Mais je suis prête à le faire.

Mendy BuducnostHN : Petit retour en arrière. Qu’allez vous garder de votre année à Buducnost Podgorica ?

C.M : Je crois que Buducnost est la meilleure expérience que j’ai pu vivre sur beaucoup d’aspect. Là-bas, il était possible de mêler travail exigent et grandes amitiés. J’ai d’ailleurs découvert quelque chose d’un peu paradoxal. On a pour habitude de dire que les filles sont souvent rancunières et qu’elles ne disent pas les choses en face. Pourtant, dans ce club, il était possible d’avoir des amies en dehors du terrain tout en exigeant de leur part un degré de travail important à l’entraînement ou en match. On se disait vraiment les choses. Aussi, j’ai découvert une nouvelle façon de travailler le handball, de l’aborder. Et puis, la ferveur populaire, cette salle toujours remplie, en résumé voir que le handball féminin pouvait autant passionner, c’est quelque chose que je n’avais pas l’habitude de connaître en France.

HN : Vous voilà revenue en France et des choses ont changé depuis votre départ (elle a accouchée mi-novembre d’une petite fille). Comment se déroule la nouvelle vie de Claudine Mendy?

C.M : Elle est vraiment top ! Je dois être née sous une bonne étoile. Après l’accouchement, j’ai pu reprendre très vite le sport. Ma fille est très sage, très calme… J’arrive même à avoir de vraies bonnes nuits (sourires). Je suis vraiment contente.”

Pub Espace Pronos LFH

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).