LFH – J11

IPH et Metz à la relance

Respectivement tenu en échec par l’Union Mios-Biganos Bègles (26-26) et défait à Fleury (30-27), Issy-Paris Hand et Metz avaient à cœur ce week-end de renouer avec la victoire contre Nîmes pour les Parisiennes et Nantes pour les Lorraines. Si les premières ont mis une mi-temps avant de prendre le meilleur sur leur adversaire (34-27), les secondes ont rapidement pris le meilleur sur l’équipe visiteuse (29-17). Dans le troisième match ce samedi, Toulon/Saint-Cyr a battu Besançon (32-25).

Gardoni

Crédit photo : LFH

Galvanisées par leur dernier succès face au Havre (29-26), les Nîmoises venaient en terre parisienne avec la ferme intention de faire un nouveau mauvais coup à une équipe de tête. La doublette Maja Son – Klara Cerna montre le chemin des filets aux Nîmoises en début de recontre face à une défense isséenne spectatrice du jeu d’attaque adverse (8-10, 14′). “Notre état d’esprit défensif que nous avons d’habitude nous a manqué en première mi-temps“, souffle Arnaud Gandais, le technicien parisien, avant qu’Anne-Sophie Kpoze ajoute : “défensivement, ça n’allait pas du tout. Nous ne jouions pas ensemble“. En difficulté en défense, Issy-Paris ne peut pas compter sur ses performances offensives puisque Marina Pantic met les tireuses adverses en échec (11-15, 23′). Mais en face, Armelle Attingré sonne le son de la révolte parisienne avant la mi-temps pour que les locales ne rejoignent les vestiaires qu’avec deux buts de retard (14-16, MT).

C’est avec un visage bien différent qu’IPH revient en deuxième période. “A la mi-temps, nous nous sommes dit qu’il fallait qu’on retrouve nos valeurs défensives pour faire la différence“, explique Anne-Sophie Kpoze. Plus mobiles en défense, plus rapides en attaque, Issy use son adversaire en manque de rotations (24-19, 42′). Sur son aile, Karolina Gardoni se régale. “On savait qu’on aurait des temps-faibles et Issy les a bien géré, regrette Christophe Chagnard, l’entraîneur nîmois. Avec nos absentes, c’est toujours compliqué.” Pourtant, la jeunesse nîmoise ne lâche rien. Johanna Lombardo puis Cindy Champion permettent aux visiteurs de rester au contact et d’amorcer leur course-poursuite dans l’emballage final (24-22, 47′). Mais les arrêts d’Armelle Attingré combiné au match de lucidité des Gardoises scellent finalement le sort de la rencontre. “On tente le tout pour le tour sur la fin, on prend des risques, même si ça n’a pas payé“, souffle le technicien nîmois. IPH s’impose finalement largement (34-27, FT) avant un déplacement à la Stella Saint-Maur mercredi en coupe de France.

Arnaud Gandais (IPH) : “Nous avons moins bien défendu que d’habitude en première période. On a donc mis les filles devant leurs responsabilités à la mi-temps en leur disant qu’elles devaient retrouver leur impact défensif. Il fallait retrouver notre handball en se basant sur nos compétences pour faire la différence en deuxième période.

Christophe Chagnard (Nîmes) : “Les filles se sont bien battues, on a réussi à longtemps faire douter notre adversaire. Ce qui est rageant, c’est qu’on a eu l’occasion de revenir à -1 en fin de match mais on n’a pas converti nos occasions. C’est maintenant que notre championnat commence puisqu’il faut désormais prendre les points face à nos concurrents directs pour les play-downs.

IPH : Chatellet 4/14, Attingré 15/32 ; Lassource 3/5, Oftedal 4/8, Briemant 1/3, Gardoni 6/7, N’Gouan 0/1, Mordal 2/3, Goudjo 4/4, Spincer 4/6, Wibe 3/3, Camara 1/2, Signaté 4/7, Kpoze 2/4.

Nîmes : Carretero 4/15, Pantic 6/29 ; M.Marchal 2/4, Lombardo 2/4, Charbonnel 1/3, Champion 5/9, Carrat 3/6, Ayglon, Asperges, Son 5/9, Limal 2/6, Cerna 7/12.

Les autres matchs de la onzième journée :

Toulon

Crédit photo : Gérard Vuillaume, Toulon.

Metz s’est imposé face à Nantes (29-17). En tête au quart d’heure de jeu (10-5), les Messines se sont lentement détachées au score, notamment grâce à leur recrue Ana Gros (5 buts), meilleure buteuse de son équipe. En tête à la mi-temps (17-9), jamais les Nantaises n’ont pu espérer revenir face notamment à deux portières lorraines en grande forme : Barbora Ranikova avec 7/16 et Déborah Dangueger avec 9/17. Déborah Kpodar (3 buts) donne dix buts d’avance à Metz (22-12) à dix-huit minutes de la fin de la rencontre. Côté nantais, les sept buts de Wendy Lawson n’auront pas suffi.

De son côté, Toulon/Saint-Cyr a confirmé son bon résultat ramené de l’UMB-B une semaine auparavant (28-27).  Au coude à coude durant le premier quart d’heure avec Besançon, Toulon parvient à créer un écart important juste avant la mi-temps (18-11). Avec les ailières Laura Gaudefroy (7 buts) et Audrey Deroin (5 buts) en grande forme, Toulon s’envole vers son cinquième succès de l’année même si les Bisontines reviennent au score en fin de match (29-24, 52′) avec Amanda Kolczynski (6 buts) une nouvelle fois très en vue sur son aile. Mais les filles de Thierry Vincent s’imposent finalement 32-25 et se rapprochent petit à petit d’une qualification pour les play-offs de la compétition.

Pub Espace Pronos LFH

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).