LFH

Retour sur la quatrième journée

Issy-Paris qui corrige Nice, Nîmes qui reste invaincu à l’UMB-B et Dijon qui remporte sa première victoire au Havre. Voici les principaux faits marquants de la quatrième journée de LFH. Résumés et réactions de ce nouvel acte.

Attingré Issy-Paris

15 arrêts et une première mi-temps de feu : Armelle Attingré peut jubiler après la victoire des siennes face à Nice.

Dans l’antre habituelle du PSG Handball, Issy-Paris, qui restait sur une précieuse victoire à Toulon Saint-Cyr (30-26), recevait un OGC Nice en besoin de points après ses deux défaites de suite, au Havre (22-25) et face à Fleury (31-32). Deux équipes dont la dynamique opposée s’est confirmée vendredi soir.
Dès le début du match, Nice se met dans des conditions délicates pour la suite de la rencontre. Après un premier temps mort posé très rapidement (2-0, 5′), Sébastien Gardillou lâche son deuxième carton vert au quart d’heure de jeu (7-3, 15′). L’attaque azuréenne est extrêmement poussive tandis que la défense parisienne redouble d’efforts pour museler la pivot Elisabeth Chavez. En défendant bien, les joueuses de Pablo Morel peuvent mettre en place leur jeu de transition rapide. L’écart se creuse alors que les Niçoises tombent une à une dans les bras de l’arrière garde parisienne. Kalidiatou Niakaté, symbole du renouveau défensif de l’inter-saison à IPH, se régale et fait état de ses progrès réalisés match après match, y compris en attaque. Derrière, Armelle Attingré se charge de colmater les quelques brèches dans lesquelles les Niçoises parviennent à s’engouffrer (14-8, MT). “C’est vraiment dur car rien n’a vraiment fonctionné, analyse Cléopatre Darleux, la portière azuréenne de retour de blessure après deux matchs sans jouer. On a manqué d’agressivité, manqué de rythme, perdu trop de ballons… On a pêché dans beaucoup de secteurs de jeu. Tout ce qu’on avait travaillé à l’entraînement cette semaine n’a pas été appliqué sur ce match.” Entrée d’un deuxième pivot ou des jeunes, Sébastien Gardillou tente tout pour essayer de trouver la faille en attaque. Mais la défense parisienne veille. “Oui, notre chantier défensif progresse, admet Pablo Morel, l’entraîneur d’IPH. Mais nous continuons à travailler tranquillement. Je dispose d’un groupe qui aime défendre. En ce moment, comme les filles défendent bien, Armelle Attingré est encore meilleure. Du coup, les filles veulent défendre encore mieux. C’est un cercle vertueux et nous devons essayer de surfer sur cette bonne dynamique. Mais je ne pensais pas que Nice allait lâcher aussi vite…” A un quart d’heure de la fin, Issy-Paris mène en effet de dix buts (24-14, 45′) face à des Niçoises bien loin du niveau qu’elles avaient affiché en préparation ou face à Fleury notamment. Après cette large victoire (31-24, FT), IPH pointe à la quatrième place du général. Les Azuréennes, elles, sont septièmes.

Issy-Paris – Nice : 31-24 (14-8). Les stats : IPH – Gardiennes : Garba (1 arrêt/4), Attingré (15/36). Joueuses : Lassource (4 buts/6), S.Oftedal (6/12), Gardoni (3/3), H.Oftedal (1/3), Spincer (1/3), Niakaté (7/11), Wibe (1/1), Bekono, Jovanovic (8/13), Issifou.
Nice – Gardiennes : Darleux (5 arrêts/28), Falcon (3/11). Joueuses : Edwige (1 but/1), Rocha (4/9), Guillerme (1/1), Chavez, Kouyaté (0/1), Le Bihan, Knudsdottir (4/5), Bandelier (1/4), Escribano (4/6), Lacrabère (7/15), Daquin (1/3), Martel (1/2).

Le Havre

Première défaite du Havre cette saison face à Dijon.

Après un début de saison quasi-parfait, les Havraises sont tombées pour la première fois cette saison, sur leur parquet, face à Dijon. Sans Martina Skolkova, touchée à la cheville, les Bourguignonnes ont, une nouvelle fois, joué à fond la carte de l’envie. De l’envie et du talent puisque le Havre s’est retrouvé, après un quart d’heure, bien malmené sur son parquet. Portée par leur gardienne, Noura Ben Slama – sortie à la mi-temps sur blessure – les filles de Chrisophe Maréchal ont appliqué à la lettre les directives de leur coach en début de saison : sauter sur chaque équipe en difficulté face à elles. Après avoir usé deux temps-morts en seize minutes (4-9, 16′), les Havraises ont mis longtemps à retrouver leur efficacité offensive, handicapées par la sortie précoce d’Ana de Sousa (11-15, MT). Avec une base arrière en réussite, Anastasya Pidpalova et Barbara Moretto en tête, tout recommençait tranquillement pour Dijon en seconde mi-temps (12-19, 40′) mais, piquées dans leur orgueil, la les Normandes inscrivent un 6-1 bienvenu (18-20, 45′). Mais, et c’est là où elles avaient pêché à Nîmes, les Dijonnaises ne se sont pas affolées pour parvenir à garder la main sur le ballon même dans les instants les plus chauds (23-23, 57′). Trois coups de canon plus tard, deux de Pidpalova et un Dijana Stevin, le CDB s’envolait vers un premier succès en LFH (24-26, FT).

Julie Dazet (HAC Handball dans Paris Normandie.fr) :Nous sommes évidemment très déçues, mais notre défaite n’est pas liée à un phénomène unique. C’est un tout, tant en défense qu’en attaque. On n’a pas su trouver la faille dans le jeu dijonnais et on a trop perdu de ballons. Bien sûr nous sommes revenus à 23–23, mais nous avons alors manqué de lucidité, et puis il faut bien avouer qu’on n’y était pas, il nous a surtout manqué une bonne défense.

Christophe Maréchal (CDB dans Paris Normandie.fr) :Bien sûr, nous sommes très contents, car ça faisait deux matches où nous avions fait la course en tête sans être récompensés par une victoire. Ce soir, je trouve qu’on a bien travaillé en attaque placée, et en défense nous ne sommes pas trop montés. La blessure de Ana de Sousa a certainement gêné nos adversaires, et nous avons su profiter de leurs difficultés.

Le Havre – Dijon 24-26 (11-15). Les stats : Le Havre – Gardiennes : Pradel (9 arrêts/29), Castellanos (1/7). Joueuses : Tissier (5 buts/13), Dazet (1/3), H.Sawaneh (2/2), Alonso (1/1), Corkovic (2/4), Pekarskyte (5/12), Florean (0/1), Frécon, Cissé (3/9), De Sousa, Desgrolard (2/3).
Dijon – Gardiennes : Pantic (8 arrêts/21), Ben Slama (10/21). Joueuses : Terzi (1 but/1), Pidpalova (6/12), Zulemaro (0/1), Lathoud (1/2), Ribeiro, Moretto (7/12), François (4/5), Prouvensier (4/4), Millot, Dewez, Stevin (3/5).

Son Nimes

Maja Son et Nîmes ont eu chaud en Gironde mais remportent tout de même une quatrième victoire en autant de rencontres. Crédit photo : UMBB

Nîmes se savait très attendu en Gironde et n’a pas été déçu. Face à un adversaire qui restait sur une grosse fessée sur son parquet face à Metz (25-43), les filles de Christophe Chagnard se sont même fait très peur alors qu’elles avaient la main mise sur la rencontre. Le début de match était pourtant complètement en faveur des Gardoises. Dans le sillage de Mouna Chebbah, les crocodiles croquaient alors leur adversaire dès le début de la rencontre (1-6, 10′). Des ballons mal négociés en attaque ne permettaient pas à l’UMB-B de refaire son écart. Stine Lund tentait pourtant de maintenir le cap des offensives girondines (10-14, MT). Le début de second période était de nouveau mal négocié par l’Union. Maja Son, très en vue, et les Nîmoises créaient un nouvel écart (12-18, 38′)… avant d’encaisser un 7-0 en neuf minutes (19-18, 47′) ! La fin du match était très serrée mais Nîmes l’emportait finalement (23-25, FT).

Emmanuel Mayonnade (UMB-B) :Je suis peiné pour nous. Je ne dis pas qu’on aurait dû gagner, mais le match nul n’aurait pas été immérité… C’est vraiment malheureux. Quand on enflamme un peu la partie, on se prend à rêver d’une première victoire cette saison… Et puis non… Ce serait bien que la chance tourne… Idéalement mardi à Toulon, ce serait une excellente idée. Au début du match, les intentions ne sont pas si mauvaises, mais une nouvelle fois on a couru après le score. Autant contre Metz, on avait fait une bonne première mi-temps et on était resté calé à -4, autant là, en jouant moins bien, on n’était pas largué non plus… C’est vraiment dommage.”

UMB-B – Nîmes 23-25 (10-14). Les stats : UMB-B – Gardiennes : Deschamps, Foggea (15 arrêts/40). Joueuses :  Durand (2 buts/3), Garcia (2/2), Derrien (1/1), Andreassen (4/10), Borg (3/8), Lepère, Boyer, Lévêque (7/11), Lachaud (1/2), Maubon (2/4), Foggea, Lorillard (1/3), Gonzalez (0/3)
Nîmes – Gardiennes : Carretero (9 arrêts/25), Colic (4/11). Joueuses : Marchal (1 but/2),  Champion (5/10), Carretero, Dancette (3/6), Asperges, Ceccaldi (2/4), Chebbah (5/11), Clavel (0/2), Nicolas, Son (8/14), Goiorani (1/4), Feuvrier.

Gros Metz

A l’image d’Ana Gros, les Messines ont rendu une belle copie, aussi bien offensivement que défensivement, contre Toulon.

Du côté de la Moselle, Metz n’a pas fait de détails face à Toulon Saint-Cyr. Même si les filles de Jérémy Roussel se sont relâchées dans le dernier quart d’heure de la rencontre, au moment même où les Varoises se sont mises à pratiquer un handball de meilleure qualité, les Dragonnes ont réalisé une très belle performance défensive notamment. Elles n’auront ainsi encaissé aucun but dans le dernier quart d’heure de la première mi-temps (6-5, 15′ puis 15-5, MT). L’occasion pour Ailly Luciano (5 buts/7), de retour de blessure à l’épaule gauche, de se montrer, déjà, sous un très bon jour, tout comme Laura Glauser (10 arrêts/24) dans ses cages. Face à une défense 3-2-1, les Toulonnaises auront donc mis plus d’une mi-temps avant de trouver un jeu plus fluide en attaque. A noter, tout de même, les bonnes entrées de deux jeunes pousses du club, Léa Serdarevic (9/24) dans les buts et Djénéba Tandjan (3/4) sur son aile gauche. Troisième victoire (30-24) de la saison pour Metz tandis que Toulon est toujours en quête de son premier succès.

Jérémy Roussel (Metz dans Le Républicain Lorrain) : L’essentiel était fait en première période. C’est compliqué ensuite de conserver la même intensité de jeu lorsqu’on mène de dix buts. Normalement on doit savoir amplifier son score en deuxième mi-temps mais on a lâché. Chacune a fait un peu moins de manière inconsciente. Elles étaient moins engagées et nous avons laissé Toulon reprendre la main sur le jeu.

Thierry Vincent (Toulon dans Le Républicain Lorrain) : En première mi-temps, j’étais très inquiet , confie le coach varois, Thierry Vincent. Mais la réaction d’orgueil de mes filles en deuxième mi-temps, ça me satisfait même si je ne peux pas en dire autant du reste. Quand on ne joue que trente minutes sur soixante, c’est forcément très compliqué.

Zoqbi

Darly Zoqbi de Paula peut exulter : Fleury a eu chaud face à Nantes !

Dans le dernier match de cette quatrième journée de LFH, Fleury s’est imposé face à Nantes (30-27). Sans Beatriz Fernandez, touchée à la voute plantaire, les Fleuryssoises n’ont pourtant jamais vraiment su se faciliter la tâche. Sans tuer le match malgré six buts d’avance durant une grande partie de la rencontre, les Panthères ont ainsi toujours laissé un espoir de revenir aux Nantaises. Camille Aoustin, en inscrivant un 3-0 en trois minutes à quelques minutes de la fin (29-27, 55′) l’avait bien compris. Mais Fleury ne craquera pas et empochera son quatrième succès en quatre matchs.

HandNews nouvelle application
Pub Espace Pronos LFH

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).