LFH – Tour des Clubs

Le Cercle Dijon Bourgogne

Dijon

Cercle Dijon Bourgogne Handball

Résultats l’an dernier :

Classement en D2F : 1er

Parcours en Coupe de France : Quatrième tour contre Vaulx-en-Velin – N1 (20-26)

Parcours en Coupe des Coupes : Troisième tour contre Odense – Dan (22-24 / 19-25)

L’effectif pour la saison 2014/2015 :

Gardiennes : Noura Ben Slama, Marina Pantic, Lena Le Borgne (CF), Marine Tubio (CF)
Ailières droites : Marie Prouvensier (CF), Kimberley Bouchard (CF)
Ailières gauches : Léa Terzi, Mégane Ribeiro (CF), Joanna Lathoud (CF)
Arrières droites : Dijana Stevin, Barbara Moretto, Fanny Millot (CF)
Arrières gauches : Anastasiya Pidpalova, Kenza Houlet (CF)
Demi-centres : Martina Skolkova, Marie François, Audrey Favelier (CF)
Pivots : Kellya Zulemaro (CF), Alexia De Diego (CF), Eloïse Dewez (CF)

Entretien avec l’entraîneur de Dijon, Christophe Maréchal

Handnews : Présentez-nous vos nouvelles recrues.

Christophe Maréchal : Anastasiya Pidpalova (Brest – N1F) va nous apporter toute son expérience au sein d’un effectif très jeune. C’est une joueuse que j’observais depuis un moment. Elle a disputé la finale de la Coupe EHF avec Metz, et nous avait mis cinq buts en finale de Coupe de France il y a deux ans. J’ai eu de bons échos sur elle, notamment à propos de sa mentalité. D’autre part, avec le départ de Béatrice Edwige à Nice, je devais remplacer l’une des meilleurs défenseurs du championnat. Anastasiya est une joueuse qui sait aussi défendre. C’est donc un bon compromis. Nous étions à la recherche d’une deuxième gardienne pour évoluer avec Noura Ben Slama, donc nous avons engagé Marina Pantic (HBC Nîmes). Elle avait joué avec nous lors de la fin de saison 2012/2013 et tout s’était bien passé. Je souhaitais avoir deux gardiennes complémentaires : Noura Ben Slama est plus petite et plus joueuse que Marina. Et Marina dispose d’une belle marge de progression. Ces deux recrues sont aussi en corrélation avec notre budget serré.

HN : Le départ de Béatrice Edwige est une page qui se tourne à Dijon. Comment envisagez-vous la suite et qui sera la nouvelle capitaine?

C.M : Léa Terzi prendra le brassard cette saison. L’an dernier, elle était déjà une sorte de capitaine de vestiaire. Elle a pris du grade et s’est imposée comme numéro 1 à son poste. J’entretiens de bonnes relations avec elle. C’est aussi une pure Dijonnaise. Plusieurs raisons qui font que j’ai confiance en le fait que tout sera passera bien cette saison.

HN : Quel bilan tirez-vous de votre préparation?

C.M : Nous avons fait le choix de ne pas disputer trop de matchs amicaux. En début de préparation, nous avons affronté plusieurs équipes de D2F pour pouvoir bien travailler. Nous avons notamment un chantier en attaque et il était important de mettre nos combinaisons en place. Il n’y aurait pas eu d’intérêt de jouer contre des grosses écuries dès nos premières rencontres et de subir de grosses défaites. En revanche, on a aussi choisi de finir au tournoi de Plan-de-Cuques avec plusieurs équipes de LFH. Mes joueuses y ont d’ailleurs fait une bonne prestation. Nous ne sommes pas en retard sur notre plan de marche, on n’a pas eu trop de bobos… On sera prêt pour la reprise.

HN : Quel regard portez-vous sur cette année en D2? Peut-on la considérer comme un mal pour un bien?

C.M : On nous pose souvent la question… Je pourrai y répondre dans quelques semaines ! Aujourd’hui, je n’ai pas la réponse. Ce qui est sûr est que cette année nous a permis de faire jouer de jeunes joueuses de 20 ou 21 ans, je pense notamment à Marie Prouvensier, Barbara Moretto, Kellya Zulemaro et Marie François, qui n’auraient pas forcément eu autant de temps de jeu en LFH. On a ainsi pu les façonner sur les terrains de D2F. J’espère que ces joueuses continueront à progresser très rapidement en LFH. D’autre part, cette année nous a aussi fait du bien d’un point de vue psychologique. Nous avons remporté beaucoup de rencontres et c’est important pour le moral des troupes. Mais attention, tout n’a pas été simple. Le premier trimestre de la saison dernière fut d’ailleurs compliqué. Nous avions commencé par une victoire d’un but à Cannes (30-29) puis une défaite face à Yutz (19-20). Il a fallu digérer le traumatisme de notre descente.

HN : Comment avez-vous vécu le fait que votre club n’ait reçu l’aval de la CNCG pour évoluer en LFH que le 1 juillet?

C.M : J’ai été prévenu très tôt, dès décembre, par mes dirigeants que la remontée serait compliquée d’un point de vue financier et que le budget n’était pas encore assuré. Mais ils ont beaucoup travaillé et ont été efficaces pour finalement réussir à nous faire accéder en LFH. J’ai apprécié leur sincérité. Nous avons prévenu les joueuses plus tard pour les protéger. Mais les dirigeants ont toujours été confiants. Après, je ne vous cache pas que lorsque la CNCG a refusé notre dossier pour la première fois, ça a jeté un froid… Mais les dirigeants y ont toujours cru.

HN : Et comment avez-vous ressenti cet épisode d’un point de vue personnel?

C.M : J’avais déjà vécu des épisodes avec la CNCG plusieurs fois avec Besançon en 2004, 2005 et 2006. Une fois, on nous avait donné l’autorisation de jouer en première division le 24 juillet, une autre fois début août.. Forcément, les vacances ne sont pas forcément très sympas dans cette situation là. Ce n’est jamais simple. Mais il ne faut pas oublier que Dijon n’est pas le seul club qui ait subi les exigences de la CNCG : Issy-Paris et beaucoup de clubs de ProD2 ont aussi eu des soucis. Mais ce n’est jamais très agréable, c’est sûr…

HN : Quels vont être les objectifs de Dijon cette saison?

C.M : La saison va se dérouler en deux temps. Nous allons disputer dix matchs jusqu’à la trêve de cet hiver. J’ai la chance de disposer d’un groupe qui se connaît et qui s’entend bien. Beaucoup de clubs ont recruté plusieurs joueuses ou ont même changé d’entraîneur. Il faudra que leurs plans de jeu se mettent en place. Si nous arrivons à décrocher quatre ou cinq victoires d’ici la trêve, la sixième place serait un objectif abordable. Mais si nous comptons entre zéro et trois victoires en janvier, il faudra changer notre fusil d’épaule et se mettre dans l’esprit de de préparation aux play-downs. Nous avons le plus petit budget de LFH et tout le monde nous voit terminer derniers. Nous voudrions jouer les trouble-fêtes mais surtout, dès qu’un adversaire aura un coup de moins bien, il faudra être prêt à lui sauter à la gorge pour s’imposer.

HN : Qui voyez-vous pour remporter le titre?

C.M : Metz et Fleury font figures de favoris, mais l’UMB-B, avec plusieurs changements lors de l’inter-saison, dispose aussi d’une belle équipe. Issy-Paris, avec une équipe rajeunie, a aussi un groupe de belle qualité. Et Nice pourrait aussi prétendre à jouer le haut de tableau. L’arrivée de Cléopatre Darleux, notamment, que j’ai eu deux ans à Besançon est une arme redoutable. Avec sa précision dans ses relances, elle est la première attaquante de son équipe. Mais le groupe niçois n’a pas encore l’expérience que les Messines ou les Fleuryssoises peuvent avoir.

Les matchs amicaux de Dijon :Défaite face à Metz : 20-31 ; Victoire face à Bourg-de-Péage  (D2F) : 24-23.
Vénus Cup – Victoire face à Octeville (D2F) : 32-16 ; Victoire face à Cergy (D2F) : 28-19  ; Victoire face à Rennes (N1) : 29-19.
Tournoi de Plan de Cuques – Victoire face à Plan-de-Cuques (N1) : 41-21 ; Victoire face à Toulon : 25-24 ; Finale perdue face au Havre : 19-20.

Les autres clubs de LFH.

Pub Espace Pronos LFH

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).