LNH

Les salaires des handballeurs pros

infographie salaires
Sujet souvent tabou dans le sport professionnel, les salaires des joueurs restent encore peu communiqués par les principaux intéressés. Handnews a mené l’enquête, aux côtés des sites Sportune et Score n’co,  afin d’en savoir plus sur la progression des masses salariales en LNH et en Pro D2.

La logique est implacable : fort d’un développement économique de premier plan depuis plusieurs années, la LNH voit non seulement les budgets de ses clubs progresser, mais aussi les salaires des joueurs augmenter. Les quatorze formations de l’Elite comptent 213 joueurs professionnels cette saison au plus haut niveau, en légère baisse par rapport à la saison passée (226 joueurs). En moyenne, les effectifs de LNH sont composés de 15 joueurs pros (contre 16 en moyenne la saison passée) dont 6 joueurs étrangers, un chiffre stable depuis deux ans. Si les effectifs tendent à se resserrer, ils conservent une moyenne d’âge équivalente depuis 2012 (28 ans). La véritable évolution concernant en revanche les salaires moyens.

Un salaire moyen en hausse de 6%

Grebille MontpellierLe salaire fixe brut mensuel est en effet de 6.725€ en moyenne cette saison en LNH. Il est en progression de 6% par rapport à la saison passée et de 13% par rapport à l’exercice 2012-2013. Son évolution reste donc plus mesurée que celle du budget moyen de LNH (+9% cette saison), les ressources additionnelles des clubs étant avant tout utilisées pour leur développement marketing et celui de leurs infrastructures. A noter que le salaire moyen de LNH reste inférieur à celui de Pro A de basket, qui s’élève à plus de 10.000€ brut par mois, ainsi qu’à celui d’un rugbyman du Top 14 qui gagne en moyenne 14.500€ brut par mois. Si l’arrivée de stars a mécaniquement entraîné une croissance importante du salaire moyen, nombre de joueurs moins reconnus ont un salaire plus mesuré. Le salaire fixe brut médian est en effet de 4.819€. Des primes de matches et d’objectifs peuvent venir s’ajouter à ce chiffre selon les politiques de rémunération mises en place par les clubs. Les stars de LNH peuvent toucher jusqu’à 500.000€ par an, un montant évoqué à l’arrivée de Mikkel Hansen au PSG. Cela correspond au salaire moyen d’un joueur de Ligue 1 de football.

« J’ai constaté une évolution à la hausse raisonnable, dans des proportions liées à ce que nous autorise notre budget », analyse Vincent Momper, le président du Directoire de Sélestat. Il reconnaît que la professionnalisation de la LNH explique en grande partie cette croissance. « Le développement des clubs est notamment lié au développement de la LNH et a, par conséquence, un impact sur les salaires des joueurs. » De trois clubs avec le statut de société en 2004, le handball hexagonal est en effet passé à 11 clubs cette saison. 62 matches de LNH sont désormais retransmis à la télévision cette saison, contre seulement 11 il y a dix ans.

Dunkerque, une triple augmentation des salaires

Afgour Dunkerque 3Le cas du champion de France en titre, Dunkerque, est plus atypique. Sevré de trophées jusqu’en 2011, il a vu sa masse salariale augmenter de manière plus importante depuis trois ans. « Cette augmentation des salaires est directement liée aux contrats signés par les joueurs, explique Jean-Pierre Vandaele. Lorsque je suis devenu président en mars 2011, il y avait une clause dans chaque contrat qui prévoyait une évolution de 5 % des salaires si le club remportait soit la Coupe de France, soit la Coupe de la Ligue, soit le championnat. » La Coupe de France décrochée en 2011, la Coupe de la Ligue en 2013 et le championnat un an plus tard ont impacté la masse salariale nordiste. «  Les salaires ont subi trois augmentations cumulées, poursuit Jean-Pierre Vandaele. J’ai enlevé cette clause des contrats arrivant à chaque échéance. Mais les renouvellements se sont faits sur une base haute .J’ai transformé cette augmentation de 5 % en primes versées sur un plan d’intéressement. »

Peut-on envisager une croissance continue des salaires en LNH ? L’arrivée de BeIN Sports et la répartition des droits TV vont constituer dès cette saison une source de revenus supplémentaires. Mais la prudence est de mise pour les présidents. « Sauf arrivée d’un très gros partenaire, l’évolution des salaires de Sélestat dépendra forcément de notre situation économique, qui est étroitement liée à celle du pays », avoue Vincent Momper. Du côté de son homologue dunkerquois, même son de cloche. « Nous attendons  les revenus marketing de la LNH à répartir entre les clubs, poursuit Jean-Pierre Vandaele. Mais nous attendons surtout une reprise économique afin d’amplifier le nombre de nos sponsors. » L’enjeu est de taille pour l’USDK, qui a vu son budget diminuer de 2% cette saison.

La Pro D2 en retrait

Molinié Chartres 2En Pro D2, la professionnalisation est également en marche même si elle reste encore plus mesurée que celle de la LNH. Le budget minimum est passé à 830.000€ cette saison, avec l’obligation de compter au moins neuf joueurs professionnels à temps plein dans chaque effectif, contre huit la saison passée. Les disparités restent encore grandes d’un club à l’autre. « Jusqu’à la saison 2013-2014, nous avons assisté à une demande en hausse de la part des joueurs, explique Christian Lafitte, le président de Billère. Mais cette augmentation est restée raisonnable. Depuis deux saisons maintenant, le marché est plus atone. Hormis quelques demandes fantaisistes auxquelles je ne donne pas suite, les joueurs sont plus mesurés et sont beaucoup plus dans les prix du marché. Les joueurs français semblent plus en difficultés pour trouver des contrats. »

Philippe Fabris, son homologue de Nancy, a en revanche pu mesurer une « évolution régulière à la hausse depuis cinq ou six saisons. » Quant à Chartres, leader de Pro D2, « l’évolution la plus notable est la très forte diminution des modes de rémunération “exotiques” et non légaux du fait d’un contrôle accru de la CNCG et du cahier des charges de la Pro D2 » selon son président, Philippe Besson.

Un salaire moyen en Pro D2 supérieur à 3.000€ par mois

Milasevic Billère (3)Dans un contexte économique morose, et avec une exposition moindre que la LNH, la Pro D2 joue avant tout la sécurité côté salaires. Si aucun chiffre officiel n’est communiqué, le salaire moyen mensuel est estimé entre 3.000 et 3.200€ en Pro D2. Il est en revanche plus proche des 3.700€ voire 4.000€ pour les clubs avec les budgets les plus élevés. Les présidents n’envisagent en effet pas de casser leurs tirelires et misent sur des joueurs étrangers revanchards ou des joueurs de LNH en fin de carrière pour encadrer leurs jeunes pousses. « A Billère, nous restons très prudents dans tout projet d’augmentation salariale, reconnaît Christian Lafitte. Pour les saisons à venir bien sûr nous envisagerons des évolutions salariales mais principalement si nous changeons de niveau de jeu. Dans le cas d’un maintien en Pro D2, notre enveloppe financière restera globalement stable à 750 ou 800 K€. » Du côté de Nancy, Philippe Fabris aimerait disposer d’un effectif élargi, mais le recrutement de joueurs additionnels est lié à l’arrivée de nouveaux partenaires. « Je souhaiterais avoir bien sûr deux ou trois joueurs en plus pour afficher des ambitions plus élevées et permettre au coach d’avoir la possibilité de faire tourner davantage son effectif. Cette évolution de salaire sera en parallèle liée à l’accroissement du partenariat privé. » En LNH ou en Pro D2, attirer de nouveaux sponsors reste donc le défi majeur des clubs pour continuer à grandir au plus haut niveau et attirer des joueurs avec un CV plus rempli.

Sources LNH, LNR, LFP, LBB.

HandNews nouvelle application

25 CommentairesPoster un commentaire

  1. Filip - le 3 novembre 2014 à 10h49

    Les salaires des footballeurs c'est un scandale on pourrait rembourser la dette en leur prenant tous leur argent XD

  2. paul - le 3 novembre 2014 à 12h06

    Ce serait bien de savoir sans Paris parce que certains salaires doivent fausser un peu les resultats !

  3. balou - le 3 novembre 2014 à 12h59

    C'est gros salaires font également parti notre la LNH donc il faut compter avec…et puis le salaire median est la pour ça.

    Alors retirons aussi les plus petit salaires dans ce cas la. 🙂

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).