LNH – MAHB

V. Kavticnik : “Satisfait de la préparation”

Kavticnik Montpellier

Lundi soir, juste après la fin de l’Eurotournoi, Vid Kavticnik était l’invité de l’émission de radio allemande “Kreis-Ab”. L’occasion pour lui de revenir rapidement sur ses années allemandes, mais aussi sur la saison à venir avec Montpellier, qui commencera dès samedi avec le trophée des Champions.

Vid, comment s’est déroulée la préparation ?

– Tout s’est bien passé, nous venons de finir la préparation lors de l’Eurotournoi à Strasbourg. Nous avons perdu face à Paris en finale, mais dans l’ensemble il n’y a pas eu de problèmes. Nous avons battu Kielce et nous sommes satisfaits de ce que nous avons produit. On se remet doucement dans le bain, on arrive petit à petit à notre point de forme optimale et on espère que tout va continuer à bien se passer.

– Nous t’avons vu jouer demi-centre lors de cet Euroutournoi. Est-ce que cela va être quelque chose de régulier dans la saison ?

– En fait, j’ai déjà commencé à jouer au centre la saison dernière, en plus d’être la doublure de Jure Dolenec sur le poste d’arrière droit. Je suis heureux de naviguer entre les deux postes, d’autant plus si cela peut aider l’équipe. Cela me permet aussi d’essayer des choses nouvelles.

– Donc ce n’est pas juste une option tactique momentanée, mais quelque chose de nouveau pour toi…

– Oui, c’est vraiment quelque chose de complètement nouveau. C’est un peu plus difficile, un peu plus complexe. J’ai encore besoin de temps pour trouver les bonnes sensations, le poste de demi-centre est plus compliqué. Mais j’ai l’impression de m’améliorer de match en match, les sensations sont meilleures, et j’espère juste que le coach est satisfait de ce que je produis.

– On tient peut être le nouveau Ljobomir Vranjes ou le nouveau Talant Dujshebaev !

– Non, je ne pense pas que je sois capable d’être aussi bon qu’eux (rires). Je fais de mon mieux, mais mon poste naturel reste celui d’arrière droit, mon passage au poste de demi est juste pour filer un coup de main à l’équipe.

– Quand tu es arrivé à Kiel, il y a quelques années, tu jouais uniquement sur l’aile droite. Comment se fait-il que tu joues principalement sur la base arrière désormais ?

– A Velenje, où je jouais avant d’arriver à Kiel, je jouais déjà sur les deux postes. Quand je suis arrivé à Kiel, je me suis fixé sur le poste d’ailier parce qu’il y avait beaucoup de concurrence à l’arrière et à l’époque c’était le meilleur choix. Quand je suis arrivé à Montpellier, il y a eu une époque avec beaucoup de blessés sur le poste d’arrière droit, et Patrice Canayer m’a donné l’opportunité de tenter ma chance. Je crois qu’il a été satisfait de ce que j’ai produit, on a remporté des matchs quand je jouais arrière droit, et c’est quelque chose que j’apprécie.

– On parlait de Kiel. Est-ce que c’est une époque qui te rappelle de bons souvenirs ?

– Bien sûr ! Des fois je me souviens des matchs que l’on disputait avec Kiel quand on jouait avec Steffan Lövgren, Nikola et les autres…Mais cette opportunité de venir à Montpellier était belle de venir jouer un style de handball différent et aussi avoir un style de vie différent. Je m’éclate bien ici à Montpellier, moi et ma famille sommes très heureux et l’équipe dans laquelle je joue est vraiment bonne.

– Comment compares-tu l’atmosphère en France et en Allemagne ?

Les salles sont différentes, plus petites si on enlève Montpellier et Bercy. Mais j’ai de la chance, parce qu’à chaque fois que nous jouons à l’extérieur avec le MAHB, les salles sont pleines? J’espère que le développement va continuer, les équipes françaises dépensent de l’argent pour construire de meilleures équipes et de nombreux joueurs étrangers viennent ici pour jouer.

– Cela fait cinq ans que tu es en France, et tu as quelques soucis physiques ces dernières saisons. Comment te sens-tu ?

– Cela fait même six ans cette saison ! C’est vrai qu’il y a deux ans, j’ai eu un gros souci au genou gauche, je me suis blessé pour la seconde fois et j’ai été absent pendant huit mois. Mais maintenant tout va bien, je suis satisfait de comment j’ai récupéré de cette blessure? Je fais des exercices spécifiques pour renforcer ma jambe et mon genou mais je n’ai plus de souci quand je joue. Donc tout va bien et je suis pressé que la nouvelle saison commence.

– Est-ce que cela aide, physiquement, que tu ne joues que 26 matchs de championnat parce qu’il y a moins d’équipes ?

C’est sûr que sur ce plan, c’est un peu plus facile qu’en Allemagne ! On a un peu plus de temps libre qu’à l’époque où j’étais à Kiel, donc je peux aller prendre le soleil tranquillement ! (rires)

– La LNH est actuellement considérée comme le second meilleur championnat au monde. Penses-tu qu’il puisse devenir le meilleur un jour ?

– Je ne sais pas, je pense qu’actuellement l’Allemagne est toujours devant. Je me souviens en Allemagne, les salles étaient plus grandes, toujours remplies quel que soit le jour…C’est quelque chose qu’ils ont et que les clubs français n’ont pas. Ici, cela commence à prendre aussi. Les villes donnent de l’argent aux clubs pour qu’ils grandissent, et c’est un bon début. Peut être faudrait-il mettre plus d’équipes en première division et passer à un championnat à 16 pour rendre les choses encore plus intéressantes.

“Cette saison, on va devoir être plus forts collectivement”

Kavticnik Montpellier– Parlons un peu de la saison à venir. Qui vois-tu comme favoris ?

Je vois évidemment le PSG, mais j’espère que nous allons pouvoir prendre part à la lutte également. Dunkerque, Saint Raphaël sont de bonnes équipes et je pense qu’il y aura aussi des surprises, comme Toulouse la saison dernière.

– Es-tu surpris que Paris n’ait pas réussi à remporter le titre la saison dernière ?

– Bien sûr, tout le monde me pose la question. Je pense que cette année ils vont vraiment avoir envie de se rattraper et que pour les autres clubs, cela va être compliqué d’aller chercher des titres. Mais il n’y a que sur le terrain que la décision sera faite, et ils peuvent aussi perdre des matchs. On joue le trophée des champions ce weekend, et on espère les battre d’entrée puisqu’on les joue en demi-finale.

– Vous avez perdu cet été Thierry Omeyer et William Accambray qui se sont engagés avec le PSG. Qui va les remplacer et que pensez-vous arriver à réaliser sans eux ?

– Oui, on a perdu deux bons gars et deux très bons joueurs. Mais c’est la vie et on va devoir faire sans eux. Venio Losert, qui est un très bon gardien, et Borut Mackovsek, un arrière gauche slovène qui sont arrivés pour les remplacer. Bien sûr, Borut n’est pas encore au niveau de William, c’est un jeune joueur qui va avoir besoin de temps pour se développer. On va devoir être plus forts collectivement et si on arrive, on devrait être capable de gagner des gros matchs.

– En plus, Jure Dolenec semble parti pour tout casser cette saison…

– C’est un petit peu le pendant de Borut à droite. Ils sont tous les deux jeunes et font tous les deux partie de notre petite colonie slovène ici à Montpellier. Ce sont deux super joueurs avec beaucoup de potentiel, et ils ont ici le cadre idéal pour se développer. Je suis très heureux de pouvoir de jouer avec eux.

– Pour parler de la sélection nationale, vas-tu continuer à y jouer ou penses-tu prendre ta retraite internationale prochainement ?

– Non, non pas du tout, le projet est de jouer jusqu’en 2016 et d’espérer qu’on soit capable de se qualifier pour les JO de Rio. C’est ma motivation première désormais. Ce qui est sûr, c’est que je n’arrêterai pas avant Rio, et après on verra bien comment mon corps va.

1 CommentairePoster un commentaire

  1. Olivier1 - le 4 septembre 2014 à 21h11

    Merci à handnews pour ce superbe article qui met en exergue encore une fois les problèmes de la LNH qui sont des salles trop petites et ce championnat à 14 qui devrait passer à 16 pour accroître la visibilité du championnat en France.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).