Pro D2 – Bordeaux

Les dirigeants écrivent à Alain Juppé

Andrieu Bordeaux
Alors que les joueurs bordelais sont désormais à la recherche d’un point de chute après le dépôt de bilan des Girondins, les dirigeants continuent à espérer un soutien de dernière minute de la ville de Bordeaux. Ils ont ainsi écrit une lettre ouverte au Maire, Alain Juppé. Handnews la publie dans son intégralité.

“Lettre ouverte à Alain Juppé

Monsieur le Maire

Il est inutile de revenir sur le processus historique qui a conduit à créer le club des Girondins de Bordeaux Handball Club en 1986, sous la bannière du scapulaire célèbre et parfois redouté. Vous en connaissez l’histoire et les étapes qui conduisent au retour de l’équipe fanion au haut niveau tant espéré.
Il a fallu pour cela l’enthousiasme, le talent, la générosité et l’abnégation de beaucoup, venus d’horizons différents.
Il a fallu aussi créer de nouveaux partenariats, publics ou privés, afin de stabiliser une structure vulnérable à la conjoncture économique et aux résultats sportifs.

L’acteur fondamental de ce partenariat est depuis sa naissance, la ville de Bordeaux à partir d’un projet sportif commun : favoriser par le sport une vie harmonieuse dans la cité et ce à la demande de Jacques Chaban-Delmas alors maire de Bordeaux. On y retrouvait là les accents de sa « nouvelle société ». Il nous a donc accompagné et encouragé dans nos efforts. Sa porte et celle de ses collaborateurs était ouverte pour évoquer les problèmes et essayer de les résoudre.
Plus tard, le club a été transféré, à sa demande sur la rive droite de la Garonne. Il considérait qu’il y avait dans cette nouvelle localisation une « ardente obligation »d’aider des populations défavorisées à s’intégrer, par le moyen de la réussite sportive incarnée par le haut niveau du handball et des Girondins de Bordeaux, associant ainsi football et handball.
La ville de Bordeaux a continué, sous votre magistrature, à être la seule collectivité à vraiment aider financièrement le club et à le soutenir dans les moments difficiles où la réussite sportive fuyait.. Nous avons conscience que les autres collectivités locales ont participé avec trop de parcimonie, à ce projet.

Notre ville toutefois a semblé souvent trop mollement engagée dans son soutien. Les arbitrages touchant l’enveloppe sportive à Bordeaux ont la plupart du temps été plus favorables à d’autres sports que le handball pourtant largement dominant dans les sport scolaires et en pleine réussite internationale grâce aux résultat de l’équipe de France.
Votre accès direct a été soigneusement protégé par des collaborateurs ou adjoints certes zélés mais peu attentifs en réalité aux problèmes qui se posaient au club, en particulier dans le domaine financier.
Il n’est plus le moment d’ergoter sur le fait de savoir s’il y a eu des fautes de gestion dans le passé ou des maladresses, ou des impondérables. Nous témoignons comme anciens présidents du club de la difficulté de la tâche de dirigeants de structures de cette nature.
L’abandon significatif des apports financiers des dirigeants, la participation des fournisseurs par des dons, l’étalement de la dette sociale et fiscale sur 24 mois constituent un effort significatif du club.
Les réformes de structures engagées, notamment dans la réduction de la masse salariale, doivent améliorer la situation budgétaire du club.
Il est sollicité de la ville de Bordeaux, dans ce plan de sauvetage et de rigueur d’attribuer immédiatement 150 000 € au club et de maintenir cette aide supplémentaire pendant une durée de quatre ans.
Nous connaissons et partageons votre volonté de contenir la progression des dépenses publiques autant pour la France que pour la ville de Bordeaux avec en corollaire la stabilisation voire la diminution de la pression fiscale.

Il ne peut toutefois pas vous échapper que l’impossibilité d’accompagner financièrement le succès d’un club dans le haut niveau a un cout social très difficile à évaluer financièrement mais sans doute beaucoup plus élevé pour le reconstruire.
Un tel échec altèrerait aussi la crédibilité du modèle de réussite que nous nous sommes toujours engagés à présenter aux jeunes sportifs, dans notre société si peu porteuse d’enthousiasme et de projets fédérateurs.
Nous ne pouvons imaginer que soit mis ainsi fin ainsi à une expérience aussi stimulante, qui a largement apporté les preuves de son utilité humaine et sociale. Vous restez notre seul recours
En espérant que cette lettre vous parvienne, soyez assuré, Monsieur le Maire de notre attentive et respectueuse considération.

Alain ETCHEVERS, Michel DUSCLAUD, Joël GUEGAN”

Pub Espace Pronos Proligue

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).