SEHA

Rien ne va plus au Metalurg

Crédit photo : Jean-Yves Lhors

Crédit photo : Jean-Yves Lhors

La crise couve à Skopje depuis le début de la saison. Alors que plusieurs sources au sein du Metalurg font état de salaires non payés depuis le début de la saison, la rupture de contrat à l’amiable de l’emblématique gardien Darko Stanic il y a trois semaines n’a fait que confirmer ces échos. Et le départ de Stanic semble être uniquement le premier symptôme d’une crise qui risque de faire des dégâts.

En effet, ce soir avait lieu une réunion entre les joueurs et l’encadrement du club à laquelle n’assistait pas Minco Jordanov, principal mécène du club et homme d’affaires dans le milieu de l’industrie macédonienne. Ne se voyant pas apporter de garanties quant au paiement de leurs salaires, vingt joueurs ont donc décidé de ne pas prendre part au déplacement pour Zagreb où doit se tenir le prochain match de la ligue SEHA. La liste de joueurs soumise à l’organisation de la ligue SEHA comptait 28 joueurs en début de saison, or le départ de Stanic ainsi que cette “grève” de 20 joueurs ne laisse plus que sept joueurs à Lino Cervar pour défendre les chances du Metalurg.

Les joueurs qui ont quitté la réunion en refusant de se déplacer devraient faire des déclarations à la presse locale dès demain, affaire à suivre…

MAJ 04/11 à 23h50: le gardien serbe Miroslav Kocic arrivé cet été en provenance de Vojvodina a demandé la rupture à l’amiable de son contrat ce soir.

HandNews nouvelle application

9 CommentairesPoster un commentaire

  1. YokYok - le 5 novembre 2014 à 10h56

    Ca confirme la fragilité des clubs ne dépendant que d'un seul et unique mécène. Si celui-ci retire ses billes, la chute se fait en en quelques mois à peine.

    Enfin, si Atman cherche un point de chute, peut être que Nantes peut lui convenir… *charognard*

    • Olivier1 - le 5 novembre 2014 à 18h21

      Tout à fait d'accord, c'est pour ça que le projet d'un club comme le PSG ne m'a jamais fait rêver, parce que du jour au lendemain 18 joueurs peuvent se retrouver sans contrat, sans compter les fans déçus et les employés du club, c'est donc pas une affaire stable.

      • Prototype - le 5 novembre 2014 à 19h34

        C'est mieux de vivre au dessus des ses moyens comme l'a fait Montpellier pendant des années et de n'être sauvé au final que parce que les collectivités locales "forcent" la main à plusieurs "investisseurs"?

        Il n'y a pas de solutions idéales à mon avis. Quand on regarde des clubs comme Nantes ou Chambéry, on peut se demander jusqu'à quand les partenaires vont mettre de l'argent sans que le club gagne des titres…

        Tant que le hand ne génèrera pas assez d'argent en droits télés et en sponsors, ce sera compliqué de vivre sans mécène ou sans collectivité locale.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).